Article 

France/Grèce (1-0) : Petite victoire Française à Rennes devant 24800 spectateurs

Publié le samedi 4 juin 2016 à 1:06 par Bruno Hermant
L'équipe de France de Philippe Bergeroo s'impose lors de son septième match de qualifications pour l'Euro 2017 (France déjà qualifiée) lors d'un match digne d'un attaque-défense, le tout devant 24835 spectateurs, au Roazhon Park de Rennes.

Imbroglio administratif, casse tête pour la compo

Digne de l'épisode Guy Adam/Laurent Fournier, la FFF a été dans l'obligation de pondre un communiqué afin d'expliquer pourquoi le sélectionneur devrait se passer de 8 joueuses qu'il a sélectionné pour cette rencontre, et qu'il devrait aligner les seules joueuses présentes lors du dernier rassemblement en avril contre l'Ukraine. En effet, à la suite d'un « problème informatique, la FFF n'a pas été en mesure d'enregistrer 18 joueuses auprès de l'UEFA dans le délai imparti, à savoir le jeudi 2 juin à 12h. » Bergeroo s'est donc retrouvé avec seulement 15 joueuses, dont deux gardiennes. Les choix étant restreints, il se retrouvait donc avec seulement 4 joueuses sur le banc, trois attaquantes et une gardienne. 

Du coup, la composition a été quelque peu compliquée à mettre en place, avec des joueuses qui n'évoluaient pas à leur poste naturel pour quelques unes d'entre elles (Dali arrière latérale droite notamment).

Composition de la France : Bouhaddi - Dali, MBock, Delannoy (c), Karchaoui - Henry - Diani, Bussaglia, Abily, Majri - Le Sommer. Sur le banc, on trouvait donc seulement Gérard (GB), Délie, Léger et Thomis, toutes attaquantes.

Attaque-défense

A l'aller, les Grecques avaient laissé le ballon aux Françaises et avaient pris trois buts, à force de rester sur leur but repliées, elles ont fini par céder. Au match retour, on retrouve le même format. France à l'attaque, Grèce qui défend sur son but. La France faisait donc beaucoup tourner le ballon et profitait des espaces pour passer par les côtés, avec l'apport des latérales et des ailières, sans succès jusqu'à la 20è, ou Le Sommer, après un bon débordement, centrait pour Majri. La lyonnaise passait devant la défenseure pour couper la trajectoire, mais le ballon n'était hélas pas cadré.

Malgré quelques imprécisions techniques, on retrouvait souvent Le Sommer et Bussaglia dans les bons coups Français. Après la demi-heure de jeu, Henry au milieu du terrain envoie un long ballon sur Bussaglia dans la surface, qui s'enfonce jusqu'à la ligne des 6m. Elle est désaxée sur la gauche et centre de la tête pour Le Sommer sur la même ligne au centre de la surface. Le Sommer, démarquée, met une tête qui fait trembler le filet des buts grecs (1-0, 36e). La première tentative cadrée fût donc la bonne.

Dans la foulée, une passe de Majri dans la surface arrive sur Bussaglia, un jongle et une passe pour Le Sommer qui tente une superbe reprise de volée du droit et la balle s'en va s'écraser sur le poteau gauche de la gardienne Hellène, qui était battue. Le Sommer encore qui s'en va éliminer deux joueuses en partant un peu avant la ligne des 16m, s'excentre sur la gauche et à hauteur du point de pénalty, décoche un missile du gauche qui s'en va fracasser la barre transversale. La encore, la gardienne adversaire ne pouvait rien faire. Entre temps, c'est Abily, seule en position de tir, mais arrêtée, à 8m des buts qui trouvait la gardienne sur son chemin, qui avait réussie à capter le ballon issu d'une frappe du droit.

1-0 à la pause, peu cher payé pour la France.

Imprécisions et tentatives solo en seconde

Le Sommer met la France sur le même chemin qu'en première au bout de deux minutes, mais sa tentative est annonciatrice de ce qui va se dérouler en seconde période. Les Françaises veulent marquer, quitte à vouloir le faire toutes seules. On aura le droit à de belles tentatives, mais les initiatives personnelles, souvent contrées ou mal amenées, ont empêché la France d'alourdir la marque.

Malgré des occasions de Majri (frappe du gauche qui part dans les nuages 55e), Diani, de Dali, de Bussaglia (pas loin de tromper la gardienne sur un centre venu de la droite, mais elle tente une reprise avec la jambe, alors qu'elle aurait pu mettre la tête 74e), d'Abliy (coup franc non cadré 77e) ou de Marie-Laure Délie, entrée en jeu à la place de Le Sommer à la 60è, avec un tir contré par la jambe gauche d'une défenseure grecque à 30cm de la ligne de but (86e). Majri sur un centre se jette mais percute la gardienne.

Rien ne sera marqué. Mais la France avait fait l'essentiel.

Impact au classement

La France remporte donc son 7è match des qualifications pour l'Euro 2017. 7 victoires en autant de rencontres. 21 buts marqués, aucun encaissé. La France était déjà qualifiée pour la phase finale lors de la dernière rencontre (contre l'Ukraine). La France compte 21 points, 11 d'avance sur la Roumanie et l'Ukraine, mais qui n'ont joué que 6 rencontres.

Record d'affluence

Lors de ce match à Rennes, l'Equipe de France bat son record d'affluence pour un match officiel, avec 24835 spectateurs. Le record précédent datait de 2002, il s'agissait d'un France - Angleterre comptant pour la qualification à la Coupe du Monde 2003 (23680 spectateurs).

Déclarations d'après-match :

Philippe Bergeroo, sélectionneur de l'Equipe de France : « Il y a eu beaucoup de déchet technique, on sentait que c’était un match de fin de saison. Les filles sont un peu au bout du rouleau mais elles ont fait le job, il y a eu un but, des occasions et on a touché deux fois le poteau. On a manqué de justesse dans les passes notamment quand les ballons sont assez faciles à donner, c’est un manque de lucidité et de fraîcheur. On a eu un problème informatique. Heureusement que j’avais appelé quinze joueuses du dernier match contre l’Ukraine en avril, sinon on aurait déclaré forfait ! Il y a eu pas mal de problèmes d’Internet ! A 62 ans, je découvre cette situation. Alors bien sûr, on n’a pas aligné l’équipe qu’on avait prévue. Mais ça prouve aussi qu’il y a quelques ressources dans ce groupe. Dali, arrière droite, ce n’était pas une question tactique. Je ne voulais pas changer mon animation offensive avec Majri sur le côté gauche. On avait travaillé toute la semaine sur le 4-3-3, ce n’était pas la peine de changer, donc on a joué avec Dali sur le côté, je la remercie, car elle a de suite accepté. Elles ont été très embêtées par rapport à Filipe Pires (coordinateur administratif et logistique), c’est un super professionnel. Elles étaient toutes désolées pour lui, d’ailleurs le moment fort du match c’est après le but quand elles sont toutes allées lui faire une accolade. Mi-juin, j’ai une liste de 35 à donner, petit à petit on va l’éclaircir et c’est là que les problèmes vont commencer. J’emmènerai 28 joueuses en stage. En attendant, j’ai encore un match à aller voir, celui de l’équipe de France militaire (en finale de la Coupe du monde contre le Brésil, dimanche). Certaines filles peuvent m’intéresser pour la liste des 35. »

Propos recueillis par l'Equipe.fr.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

Aujourd'hui

mercredi 30 septembre

mardi 29 septembre

lundi 28 septembre

dimanche 27 septembre

samedi 26 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux