Article 

L'infirmerie, les blessures, Di Maria, Kean, Marquinhos, etc, la conf' de Tuchel après PSG/Rennes (3-0)

Publié le dimanche 8 novembre 2020 à 1:32 par Bruno Hermant
C'est un Thomas Tuchel très heureux du match de son équipe qui s'est présenté en conférence de presse après PSG/Rennes (3-0). Il a forcément commenté l'état des joueurs, notamment les nouveaux blessés, a expliqué quelques-uns de ses choix et a félicité Kean et Di Maria, formidables buteurs du soir.

Satisfait de la victoire avec tous les blessés ?

« Je suis très satisfait, très fier avec cette performance-là, c'était très difficile de trouver un onze titulaire. On a utilisé quelques joueurs trop, par exemple Ander Herrera. Il était déjà mort avant le match, maintenant, il est vraiment mort. On est fiers, c'est exceptionnel ce qu'il a fait aujourd'hui. Le même chose pour Leo Paredes par exemple. On prend des risques. C'était normalement le plan de le laisser jouer maximum 60 minutes, mais, maintenant, c'était nécessaire qu'il joue tout le match. Pour Moise Kean, c'est la même chose. Non, je suis très fier parce que vous l'avez dit, on joue contre Rennes, une équipe qui joue la Ligue des champions, qui sont les 3e du classement, et on a montré encore une mentalité et une solidarité, un effort collectif. Je suis très très très content avec ça, très fier, c'est une très belle victoire. »

Les nouvelles des blessés du soir : 

« Alessandro n'est pas blessé, il est seulement très fatigué. Mais pas blessé. Moise a pris beaucoup de coups, il avait déjà des problèmes avant. On l'a utilisé lui parce que qu'est ce qu'il a donné durant les derniers matches physiquement, aussi avec la finition et les passes décisives mais bien physiquement, c'était exceptionnel. J'espère que ce n'est pas trop sévère pour lui. Pour Gana (Gueye), ce sont les adducteurs encore et c'est encore la même blessure au pubis pour Thilo encore. Cela veut dire que c'est grave. »

De l'espoir de récupérer des joueurs durant la trêve : 

« Si je suis inquiet ? Bien sûr. Je ne sais pas si des joueurs vont revenir. Mais peut-être que ceux qui vont partir avec les équipes nationales vont revenir avec des blessures, c'était déjà comme ça durant la dernière trêve précédente. Il y a beaucoup de voyages, beaucoup de matches des équipes nationales, le Coronavirus, on a des situations extraordinaires avec beaucoup de voyages. C'est très compliqué, très très compliqué. Pour moi, le plan est d'avoir Julian Draxler, Marco Verratti et Mauro Icardi pour l'entraînement de la semaine d'après, pas la prochaine. Ca veut dire trois jours avant le déplacement à Monaco. C'est le plan pour qu'ils reviennent à l'entraînement avec l'équipe. On joue avec Leo Paredes, il y a le nom de Leo Paredes, c'est lui sur le terrain mais il n'a fait que deux entraînements avec l'équipe et il doit jouer. Cela veut dire que nous sommes dans un cercle très compliqué. Parce qu'on utilise trop les gars, qu'on les laisse rejouer trop tôt. Mais on a pas le choix. Maintenant, on doit attendre (de voir) si quelqu'un peut revenir pour Monaco et si tout le monde revient de sélection sans blessure après la trêve.»

Un problème de préparation avec toutes les blessures ?

« Honnêtement, je ne sais pas parce qu'on joue... Je pense qu'on a fait 8 matches pendant 22 jours, ça veut dire qu'on ne fait pas d'entraînement. Cela veut dire que le planning pour l'entraînement est très facile puisqu'on ne fait rien. Seulement récupérer, récupérer, récupérer. On joue toujours à 21h, on manque de jours pour récupérer, parce qu'on a beaucoup de voyages, de matches à l'extérieur. C'est comme ça. Les dernières choses compliquées étaient après la trêve avec des décalages horaires différents, avec beaucoup de voyages. Et c'est la même chose maintenant encore. On joue vendredi, à l'extérieur, à Monaco. Quelques joueurs reviennent jeudi ou mercredi. Après deux ou trois matches avec des heures différentes, Voilà... C'est une explication. »

Danilo au milieu, Marquinhos en défense, un schéma à revoir ?

« On décide pour chaque match. C'était une décision de laisser Danilo faire une pause et Kimpembe était blessé. Pour cela, c'était clair qu'Abdou Diallo joue. Et à côté d'Abdou, c'était le choix de mettre Thilo Kehrer ou Marquinhos. Et j'ai décidé de laisser Marquinhos pour deux raisons. Pour donner à Abdou un peu d'expérience à côté de lui et afin de ne pas laisser Thilo commencer pour la première fois à côté d'Abdou qui n'a pas joué trop de matches pour nous. Pour cela, on a décidé de laisser Marquinhos de jouer intérieur et jouer avec Thilo à côté de lui parce que Rennes est très très dangereux de la tête sur coup de pied arrêté. C'était très important pour nous de mettre les quatre derrière qui soient très très forts de la tête. Danilo, c'était nécessaire de faire une pause. Marquinhos a vraiment tout donné physiquement pendant le match contre Leipzig et pendant le match précédent. Et c'était la décision de faire jouer Leo Paredes au milieu. Après, on a, comme vous l'avez observé, on a joué avec trois défenseurs en deuxième mi-temps, et ce n'était pas le moment de changer de poste. Et on a fini comme ca, avec Marquinhos à l'intérieur pour organiser toutes les choses. Parce qu'il connait toutes les choses qui sont nécessaires, tous les mouvements qui concernent la structure et ça reste le coeur et l'âme de l'équipe. C'était la décision aujourd'hui. »

Le match d'Angel Di Maria : 

« Angel est un joueur qui doit jouer beaucoup pour trouver un rythme. Il est habitué à beaucoup jouer, il aime ça, pour trouver un rythme et pour gagner en capacité (physique). C'est très très difficile pour lui et très grave pour nous qu'il ait pris une suspension de quatre matches. Pour cela, il a manqué totalement de rythme. Après la situation difficile, après un pénalty raté qui était une des situations clés à Leipzig, il était très très triste. Il a pris encore ses responsabilités ce soir, il a donné une très très belle réponse. C'est le sport. Il y a des moments durs, des moments tristes, mais on doit rebondir et il a fait ça, j'en suis très content, je suis très heureux.»

L'apport de Kean dans le jeu : 

« Un grand coeur, de l'intensité, il n'a pas peur, il est courageux, il fait ce qui est nécessaire. Il est vraiment bien. En ce moment, je ne voudrais pas être défenseur contre lui parce qu'il est dur, c'est vraiment dur de jouer contre lui. Cela est très important pour nous parce que dans quelques moments, il nous manque cela.»

Son activité sur le banc, quelque chose dont les joueurs avaient besoin ? 

« Oui c'était la décision. Comme je l'ai expliqué, c'était un match très difficile contre une équipe de Rennes, pour qui on a beaucoup de respect. Son développement depuis ces dernières trois saisons est exceptionnel. C'est très très difficile de gagner contre eux, cela va être un grand effort. Après, on a changé beaucoup de joueurs, c'était nécessaire. Durant le match, encore deux blessures, encore des changements et c'était un grand grand effort. Parce que s'il nous manque beaucoup de joueurs pour plusieurs semaines, ce n'est pas impossible de gagner mais c'est plus exigeant. C'est plus exigeant mentalement, plus exigeant physiquement, et c'est plus difficile. Et c'est pour cela, ce n'était pas possible qu'aujourd'hui je reste sur le banc, calme, les bras croisés. Ce n'est pas comme ça. C'était nécessaire que je pousse, que j'aide, que je donne de l'énergie, que tout le monde sache sur le terrain et le voit : "OK, on doit avancer, on ne doit pas s'arrêter". Parce que c'était un grand effort et dans quelques instants, le coach doit aussi donner un effort pour montrer, pour aider sur les côtés comme avec Colin (Dagba) et Mitch (Bakker), pour donner un support, c'est pourquoi j'étais très actif.»

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

dimanche 07 mars

samedi 06 mars

vendredi 05 mars

jeudi 04 mars

mercredi 03 mars

mardi 02 mars

lundi 01 mars

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux