Article 

Une saison qui peut être historique, Lyon, les blessées, les détails sur les grosses confrontations, la série d'invincibilité en cours, la conf' de Marie Katoto et Jocelyn Prêcheur avant OL/PSG

Publié le vendredi 19 avril 2024 à 16:05 par Bruno Hermant
L'attaquante internationale française Marie-Antoinette Katoto et le coach du PSG féminin Jocelyn Prêcheur se sont présentés pour la conférence de presse d'avant-match précédent la demi-finale aller de la Ligue des Champions face à l'Olympique Lyonnais. Avant le match au Groupama Stadium, les deux protagonistes côté PSG ont montré toute leur envie de bien faire et de se rendre à Lyon avec beaucoup de détermination. Propos en intégralité.

Question pour Marie Katoto et Jocelyn Prêcheur : Est-ce que on se rend compte, quand on arrive en fin de saison, qu'on peut être à l'approche d'une saison un peu historique pour le Paris Saint-Germain ?

Marie Katoto : « Oui, je pense qu'on en est conscientes. Toutes les personnes dans l'équipe sont déterminées à faire une très grande saison. Pour l'instant, on est très bien. On s'est donné la chance de rêver très très grand. Donc on va tout faire pour montrer que cette saison a été fantastique.»

Jocelyn Prêcheur : « Oui après, il faut garder cet élan. Il faut aborder cette dernière période de la saison avec ambition bien entendu. Mais on va garder également la même approche qu'on a eu depuis le début. C'est-à-dire qu'on prendra les matchs un par un, essayer de performer du mieux qu'on peut sur chaque rendez-vous. Et puis on verra si cette saison effectivement est couronnée de succès. Mais rappelons que, pour le moment, on a absolument rien gagné. Et que ça va se jouer maintenant sur cette dernière partie de saison.»

Question pour Jocelyn Prêcheur : Pouvez-vous faire un point sur les blessées, sur les joueuses aptes à jouer demain ?

Jocelyn Prêcheur : « Sur le plan de l'effectif, Elisa De Almeida et Lieke Martens ont repris l'entraînement cette semaine progressivement. Comme le timing est très serré, j'aurais une réponse vraiment définitive ce matin. Mais on va dire qu'on peut être assez positif. En tout cas, sur les premiers tests qui ont été réalisés cette semaine. Par rapport à Eva Gaetino, on va attendre aussi un petit peu ce matin, voir comment elle se sent au niveau d'une petite douleur au niveau du quadriceps droit.

Puis après les autres blessées ne seront pas aptes à reprendre. Pour Laurina Fazer, ça sera plutôt pour la semaine prochaine. Claire Hunt, ça prend un peu plus de temps que prévu. On espère quand-même qu'elle puisse nous rejoindre assez rapidement. Et puis après, ce sont les blessures de longue durée. Paulina Dudek, qui a repris l'entraînement avec nous, n'est pas encore apte à reprendre la compétition. Et Oriane Jean-François est de retour aussi très rapidement sur les terrains, mais bon là on parle d'un retour à la compétition quand-même qui va être tardif.»

Question pour Marie Katoto et Jocelyn Prêcheur : C'est la 7e confrontation entre les deux équipes, c'est devenu un classique au niveau européen. Quelle sensation, quel sentiment cela vous procure en pensant à ce match ?

Marie Katoto : « Toujours le même. C'est toujours bon d'avoir deux équipes françaises en demi-finale de Ligue des Champions. Deux équipes françaises de haut niveau, c'est vraiment une fierté. Après je pense qu'on est deux meilleurs ennemis. On se connaît, ça va être 50/50, un match ouvert, un beau match. On y va avec détermination et on se prépare tranquillement.»

Jocelyn Prêcheur : « On s'était beaucoup exprimé la dessus quand on avait abordé cette potentielle demi-finale en Ligue des Champions contre Lyon. On sait très bien quand on arrive de toute façon à ce stade de la compétition que vous jouez forcément à un gros morceau. Comme l'a dit Marie, il faut y aller avec conviction et détermination, peu importe l'adversaire qui est en face de nous. C'est l'Olympique Lyonnais, ça aurait pu être Chelsea ou Barcelone. De toute façon je viens de le dire, c'est forcément un très gros d'Europe et il faut y aller avec, encore 1 fois, toutes nos qualités. Et surtout une force de conviction importante.»

Question pour Marie Katoto  : Vous avez exprimé que vous aviez ressenti un coup de mou, comment ca va ? Comment avez vous géré ce moment ?

Marie Katoto : « Comme il faut. J'ai bien écouté le staff et le staff médical. Sincèrement, je ne m'attendais pas à ce que ce soit aussi bien. Et franchement, il n'y a rien à dire. J'ai tout accepté, les moments où j'ai pas bien joué, les moments où ça allait, les moments bien, les moments où ça allait moins bien. Et puis là, ça va être une bonne journée.»

Question pour Jocelyn Prêcheur : Qu'est-ce que vous a appris les rencontres face à Lyon depuis le début de saison ?

Jocelyn Prêcheur : « Ce genre de rencontre se joue quand-même sur des détails. On connaît leurs points forts. On va dire qu'ils ont l'expérience de ce type de rendez-vous. Si on est lucides sur les dernières saisons, ils ont un peu plus d'expérience que nous sur ce type de rendez-vous. Ils ont aussi un effectif plus étoffé que le nôtre. Maintenant, on a aussi nos qualités et c'est ça qu'il va falloir exprimer demain.

Il faut y oublier un petit peu le passé. Il faut se focaliser sur nous avant de penser à notre adversaire. Il faut bien que chacune des joueuses maîtrise bien sa partition. Parce qu'on sait qu'à ce niveau-là, ce sont les détails comptent. Souvent, des petites erreurs dans un sens ou dans l'autre. On l'a encore vu d'ailleurs sur la campagne des garçons ces derniers jours. Ca ne se joue à pas grand-chose, dans un sens ou dans l'autre.

Donc nous, même si on en a un peu moins, on a aussi cette expérience quand-même au Paris Saint-Germain de ce type de rendez-vous. Il faut qu'on prenne ce match avec la bonne approche. Que mentalement, on soit confiantes. Que tout le monde donne le meilleur, la meilleure version d'elle-même, individuellement et collectivement. Et surtout, encore une fois j'insiste, vraiment y aller avec conviction parce que ça a beau être l'Olympique Lyonnais, demain il ne faudra pas trop le respecter quand-même.»

Question pour Jocelyn Prêcheur : Surtout qu'on peut se rappeler du match de championnat, un match nul 1-1 au final, mais le PSG a dominé la rencontre et a failli l'emporter. Il n'y a pas de complexe à faire par rapport à cette équipe...

Jocelyn Prêcheur : « C'était un bon match. On avait dominé dans le dans le jeu, on avait eu la maîtrise. Après, Lyon avait été également très dangereux sur coup de pied arrêté. Je parlais des éléments clés, on sait que c'est un élément aussi important par rapport à ces doubles confrontations. Maintenant, c'est un contexte différent. C'est bien, on l'avait beaucoup analysé, ce match. Depuis les deux équipes ont aussi fait leur chemin.

Donc demain, c'est un autre contexte, une autre compétition. Il faut repartir avec les enseignements de ce match-là mais ce match, et les autres d'ailleurs qu'on a joué en coupe d'Europe doivent nous donner suffisamment de confiance pour aborder ce match avec ce sentiment de vraiment y croire, et de faire quelque chose.»

Question pour Marie Katoto et Jocelyn Prêcheur : Avec l'accumulation de blessures à Lyon, est-ce que vous sentez que cette équipe est encore plus prenable que d'habitude ?

Marie Katoto : « Non, pas du tout personnellement. Ce sont deux matchs qu'on a face à eux. On va tout donner sur les deux matchs, peu importe qui sera aligné en face, peu importe les compositions d'équipe. Et puis, je pense que c'est pareil de l'autre côté.»

Jocelyn Prêcheur : « Je rejoins ce que dit Marie, on l'a dit tout à l'heure. Peu importe qui est en face de nous. On a aussi une infirmerie qui est loin d'être vide, bien trop remplie à mon goût. Mais peu importe les joueuses qui sont là, je l'ai dit, il faut se consacrer, se concentrer, se focaliser sur nous d'abord. Lyon, on les connaît, on en a beaucoup parlé. Le message qu'on a essayé de faire passer cette semaine, c'est que la clé est de notre côté. A nous d'abord de faire une bonne performance, peu importe les 11, 12, 13, 14 ou 15 joueuses qui seront face à nous demain soir.»

Question pour Marie Katoto : Sentez vous un élan particulier avec ce qui s'est passé cette semaine chez les garçons ? Est-ce que vous en parlez aussi entre vous ? Est-ce que ça vous encourage aussi pour y arriver ?

Marie Katoto : « Oui, franchement, on est très contentes de la qualification des garçons. Je pense qu'ils le méritent au bout de la saison. On est derrière eux, comme n'importe quelle équipe du Paris Saint-Germain. Je pense que ça a été un petit plus cette saison qu'on soit tous ensemble.

Ca se voit, on est beaucoup plus soudés, on suit beaucoup plus ces équipes. On passe plus de temps aussi au Campus. On espère vraiment faire une bonne saison pour le club parce que je sais qu'on le mérite, qu'on a beaucoup travaillé, qu'on a beaucoup, beaucoup donné. Et que ce soit les garçons, les filles ou les jeunes, on nous souhaite tout le meilleur et une très belle fin de saison.»

Question pour Marie Katoto : Est-ce toujours un plaisir pour vous de rencontrer des coéquipières que vous avez aussi en équipe de France ? Ou alors vous dites-vous que c'est une habitude maintenant ? 

Marie Katoto : « Non, c'est toujours un plaisir de jouer contre mes anciennes coéquipières, et mes coéquipières aussi actuelles de l'équipe de France. Après je pense que pendant une semaine autour du match, on ne va pas être copines, c'est comme ça, c'est le football. On accepte, on le sait, il n'y a aucun souci là-dessus. Et on va montrer le meilleur des deux côtés, tout en respect et que la meilleure équipe gagne au final.»

Question pour Marie Katoto : C'est peut-être une saison qui peut se jouer, comment vivez vous cela tout au long de la semaine ?

Marie Katoto : « On le vit très très bien, on se prépare très bien. On sait ce qu'on a à faire. On a beaucoup travaillé. Et je pense qu'avec les années précédentes, je dirais pas qu'on a l'habitude, mais je pense qu'on a gratté un peu plus d'expérience. On a souvent été dans le dernier carré. On est souvent tombés face à Lyon. Maintenant, je pense que cette saison, ce sera un tout autre match.»

Question pour Marie Katoto : Sur les précédentes confrontations en Ligue des Champions face à Lyon, qu'est-ce qu'il a manqué ? Qu'est-ce qu'il va falloir mettre comme ingrédient supplémentaire pour enfin faire basculer du bon côté face à Lyon ?

Marie Katoto : (elle réfléchit) « Hmm, je pense que ça se jouera surtout sur les détails. Si je me souviens bien, on en parlait un peu dans le vestiaire, la dernière demi-finale contre Lyon, je pense qu'on a fait beaucoup beaucoup de cadeaux. Enormément de cadeaux. Et la concentration et le goût de l'effort, l'envie de tout donner jusqu'à la fin sur les deux matchs. Et je pense que le match retour va être aussi très important pour nous, même si elles ont l'habitude. Mais j'espère en tout cas qu'on battra le record d'affluence au Parc, qu'on fera venir du monde. On a hâte aussi de jouer chez elles sans pression, mais vraiment beaucoup, beaucoup de détermination.»

Question pour Jocelyn Prêcheur : C'est votre 1ère saison au PSG, est-ce déjà une saison réussie ? Avec une finale de coupe de France, une demi-finale de Ligue des Champions, les playoffs qui sont accrochés. Ou est-ce que ce n'est que le début de ce que vous avez en tête ?

Jocelyn Prêcheur : « Non, je ne peux pas dire qu'elle est est réussie pour le moment. Au risque de paraître prétentieux ou autre, quand on vient au Paris Saint-Germain, l'objectif, c'est de gagner quelque chose. L'année dernière, on a toujours cette frustration de ne pas avoir remporté un trophée. Pour l'instant, ce qui est bien, c'est qu'on est engagés sur les trois compétitions. Ce n'était pas chose aisée. On manquait peut-être de temps en temps, d'un peu de profondeur de banc pour jouer sur les trois tableaux. Mais on est là quand-même.

Les filles ont fait un boulot remarquable tout au long de la saison. Elles se sont vraiment données corps et âme à chaque match. Et on s'offre une fin de saison qui est vraiment palpitante. C'est pour ça qu'on bosse. Maintenant le bilan, ce n'est pas maintenant qu'il faut le faire. On en rediscutera dans un mois j'espère, 5 semaines ça serait fantastique. Et on verra si on gagne quelque chose mais c'est ça qui est le plus important ici. C'est ce que j'essaie de communiquer aux filles : les bonnes saisons, c'est quand on gagne un trophée, voire deux, voire peut-être plusieurs. Et c'est ça qui reste. C'est ça qui doit nous motiver, pas simplement se contenter de faire un beau parcours.»

Question pour Jocelyn Prêcheur : est-ce que ce n'est pas dans la tête que se joue ce genre de duel entre le PSG et Lyon ?

Jocelyn Prêcheur : « Forcément, l'aspect mental est important. Il est important parce que vous avez deux équipes de qualité. On a, au Paris Saint-Germain, des joueuses de grande qualité aussi. Certaines font vraiment partie pour moi des meilleures joueuses du monde. Il y a de la qualité en face. On se connaît bien. Tactiquement, il va y avoir forcément des petits détails mais cela ne va pas être une révolution non plus d'un côté ou de l'autre.

Marie a parlé de détermination tout à l'heure, oui ces aspects-là, ces aspects mentaux vont être importants. Il faut être bien concentrés et de manière générale, vraiment avoir cette envie de bien faire qui doit surmonter un potentiel stress. Peut-être une anxiété dont on a besoin pour sublimer les performances. Mais il faut que ça soit maîtrisé. La détermination et la volonté de gagner, c'est sur ces matchs-là où souvent cela peut faire la différence.»

Question pour Marie Katoto : A quel point la série d'invaincibilité qui dure cette saison (24 matchs) vous anime ? A quel point vous en parlez entre vous ? Avez vous évidemment envie de ne plus perdre ? 

Marie Katoto : « Je pense qu'on est toutes des compétitrices. On n'aime vraiment pas perdre. Cette série, elle fait plaisir forcément. Parce que malgré tout je pense qu'on veut la garder jusqu'au bout. Et quitte à gratter un point où on va le prendre. Après, bon, je pense qu'à mon goût, on prend beaucoup trop de buts, beaucoup d'erreurs. Après, on apprend aussi, on est un onze et un groupe très jeune. Mais, si on n'aime pas perdre, c'est quelque chose où quand tu te lèves le matin, c'est déjà en toi donc on va essayer de la poursuivre jusqu'au bout.»


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.

News 

Aujourd'hui

mercredi 22 mai

mardi 21 mai

lundi 20 mai

dimanche 19 mai

samedi 18 mai

vendredi 17 mai

jeudi 16 mai

mercredi 15 mai

mardi 14 mai

 

Soutenez CulturePSG 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee