Article 

Emery sur la remontada : «Avec le VAR, le Barça ne serait pas passé»

Publié le mardi 28 mai 2019 à 10:27 par Jean Chemarin
A quelques heures de disputer la quatrième finale de Ligue Europa de sa carrière, Unai Emery s'est confié dans les colonnes du quotidien généraliste espagnol El Mundo. L'occasion pour l'entraîneur espagnol de revenir sur la remontada face au Barça et de glisser un petit tacle à la presse française.

Ce mercredi soir à Bakou, Unai Emery pourrait remporter la quatrième Ligue Europa de sa carrière. Son Arsenal devra pour cela se défaire du Chelsea de Maurizio Sarri en finale. S'il a évoqué la rencontre à venir, l'ancien entraîneur du PSG a commencé son interview à El Mundo en évoquant son bien-être à Arsenal : «J'ai l'air changé ? Je dirais juste que j'ai moins de pression, rien de plus. Pourquoi ? Ici, ils me facilitent les choses. Arsenal est un club très grand, mais à la fois petit et chaleureux. Tout le monde est prêt à t'aider. Le respect, c'est la première chose que tu ressens ici», a-t-il lâché, avant de faire un parallèle peu flatteur avec son expérience parisienne : «Est-ce que je ne sentais pas de respect avant ? Je vais vous donner un exemple. Quand je suis arrrivé à Paris, j'ai essayé de parler français et la réponse sarcastique que j'ai reçue, c'est que je ne parlais pas bien le français. A Londres, j'utilise un anglais très basique et tout le monde me sourit et me remercie d'essayer.»

Unai Emery est ensuite revenu plus concrètement sur ses deux années parisiennes, dont le point culminant restera malheureusement pour lui la traumatisante remontada au Camp Nou : «Quand je suis arrivé à Paris, les choses ne se sont pas bien passées au début et je l'ai dit à Al-Khelaïfi. Il m'a répondu qu'il ne fallait pas que je m'en fasse, que j'étais dans un projet à long terme, sur deux ans. Nous avons gagné un championnat et deux Coupes, mais ils voulaient que je fasse quelque chose de grand en Ligue des champions.» 

Et le déplacement au Camp Nou est donc passé par là : «Nous nous sommes fait éliminer par le Barça et Aytekin (l'arbitre du match, ndlr) la première saison puis par le Real Madrid la suivante. Avec le VAR, aujourd'hui, le Barça ne serait pas passé et au Real, ils auraient annulé le premier but à Bernabéu contre nous. Curieusement, c'est le VAR qui élimine le PSG cette saison face à Manchester United. Nous en avons parlé avec Al-Khelaïfi récemment quand nous nous sommes vus. A Arsenal, c'est la première fois où j'ai l'impression de gagner pour construire, et pas de gagner pour survivre. Je sens du respect envers moi, même quand nous perdons.» 

Plus loin dans l'interview, Emery est de nouveau interrogé sur la remontada et reconnaît qu'il a aussi sa part de responsabilités dans cet échec : «J'ai toujours dit que toutes les expériences sont enrichissantes, pas seulement les positives. Après la défaite, j'ai dû recomposer mon puzzle personnel car il y a toujours des pièces que tu ne peux pas contrôler. Il y a certaines choses qui étaient de ma faute, et d'autres qui étaient de la faute de l'arbitre. Le VAR, comme je l'ai dit, nous aurait permis de nous qualifier. Je suis absolument favorable à son utilisation, car il offre plus de justice au football, mais je crois qu'il faut améliorer son interprétation.»

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

Aujourd'hui

mardi 27 octobre

lundi 26 octobre

dimanche 25 octobre

samedi 24 octobre

vendredi 23 octobre

jeudi 22 octobre

mercredi 21 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux