Article 

La Superligue officialisée, le PSG pour l'instant à l'écart du projet

Publié le lundi 19 avril 2021 à 10:46 par Renaud Lagord
C’est officiel : douze clubs anglais, espagnols et italiens ont décidé de ne plus participer à la Ligue des Champions et de créer une Superligue. Un projet qui s’organise pour le moment sans le PSG.

Peu avant minuit, le couperet est tombé. Douze clubs ont annoncé faire sécession en créant une Superligue, alors que devait se dérouler, ce lundi, le comité exécutif actant le projet de réforme de la Ligue des Champions en 2024. Il s’agit de six clubs anglais (Liverpool, Manchester United, Manchester City, Chelsea, Tottenham et Arsenal), de trois clubs italiens (Juventus, Milan AC, Inter) et des trois grands d’Espagne (le Real Madrid, le Barça et l’Atlético Madrid). Trois autres seront également invités - ramenant à 15 le nombre de membres fondateurs - afin de débuter « aussitôt que possible »

Autant dire que des doutes subsistent autour de l'identité des autres membres fondateurs. Selon les informations du quotidien El Mundo, le PSG pourrait entrer dans la danse à une date ultérieure, tout comme le Bayern Munich et le Borussia Dortmund. Ce dimanche, le club de la capitale avait pourtant confirmé publiquement ne pas être de la partie. Une position alors saluée par L'Elysée ainsi que par l'UEFA.  Du côté des tenants du projet de Superligue, on pousse en tout cas pour que deux clubs français minimum y participent chaque année, explique L'Equipe.

Vers une Superligue semi-fermée

L'hypothétique participation du PSG à cette Superligue peut s'expliquer par la mouture probable du projet. Dès la saison 2022-2023 (El Mundo parle d'un démarrage en août prochain), ce ne serait non pas quinze mais vingt clubs qui participeraient à cette Superligue. Cinq écuries - non fondatrices - seraient donc invitées annuellement. Ce qui pourrait avoir convaincu certains clubs comme le PSG peu familiers avec le caractère fermé initial du projet. La compétition s'organiserait d'ailleurs sous la forme de poules de dix équipes chacunes, à l'issue desquelles s'organiserait un système de playoffs. 

L’objectif : « proposer des matchs de meilleure qualité et générer des ressources supplémentaires pour toute la pyramide du football », selon un communiqué, sorti dans la soirée. Faisant le constat de la baisse des audiences globales de la Champion’s League, du fait du trop grand nombre de matches en phase de poule, les futurs participants à la Super Ligue estiment qu’il y a la place en Europe pour une telle compétition et qu’elle contentera massivement les fans de football.  L’Equipe explique qu’un accord avec la banque d’affaires JP Morgan a été passé sur près de 4 à 6 milliards d’euros garantis pour son lancement.

Les recettes du PSG en jeu

Pour quelle raison le PSG semble (pour l'instant) refuser de s’associer à ce sujet ? Bien au-delà de sa volonté de remporter la Champion’s League avec le PSG, Nasser Al-Khelaifi, resté proche de l’actuel président de l’UEFA Aleksander Ceferin, a aussi tout intérêt à maintenir à flot la compétition actuelle. BeIN Media Group, dont il est le président, diffuse en effet la C1 sur bien des territoires. 

A se tenir éloigné du projet de Superligue, le PSG pourrait y perdre gros sur le long terme. Les recettes en termes de billetterie, de sponsoring et de merchandising risquent de s’effriter, en l’absence d’affiches contre des cadors européens. Et ce, dans une Ligue des Champions qui perdrait automatiquement en valeur, en l’absence de ses gros clubs. A ce rythme-là, difficile d’attirer ou même de garder un Neymar ou un Mbappé. Il n’est donc pas exclu que Paris, en l’absence d’un accord entre les clubs sécessionnistes et l’UEFA, se décide à rallier la fronde. Et se mettent à dos, à son tour, les fédérations.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

jeudi 13 mai

mercredi 12 mai

mardi 11 mai

lundi 10 mai

dimanche 09 mai

samedi 08 mai

vendredi 07 mai

jeudi 06 mai

mercredi 05 mai

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux