Article 

Le match, la tactique, l'intensité, Mbappé, etc, la conf de Tuchel après PSG/Napoli (2-2)

Publié le jeudi 25 octobre 2018 à 2:31 par Philippe Goguet
Après le match nul 2-2 du PSG face au Napoli, l'entraîneur parisien Thomas Tuchel s'est arrêté plus d'un quart d'heure devant la presse pour revenir sur la partie. Il a beaucoup été question des ajustements entre les deux mi-temps et des difficultés rencontrées.

Son analyse du match :

«Nous avons très bien commencé, durant les 15 premières minutes, avec une grosse occasion de Kylian, Neymar et Edinson. Après ça, je ne sais pas pourquoi mais nous avons perdu notre structure. Nous avons joué de façon trop compliquée, nous avons perdu plusieurs ballons faciles et nous avons ainsi perdu notre structure, notre confiance. Contre une équipe comme le Napoli qui joue ensemble depuis plusieurs années et est tactiquement d'un très haut niveau, c'est super difficile. Vu ces 30 dernières minutes de la première mi-temps, c'était logique que le Napoli marque un but. En deuxième mi-temps, nous avons changé, nous sommes passés en 3-2 (3 défenseurs et 2 milieux) pour jouer plus simple, plus vite, en première intention dans le camp adverse avec la possession du ballon. C'était mieux, beaucoup mieux, parce que les espaces ont été fermés, avec beaucoup d'intensité, plus de passes et de plus d'occasions de récupérer le ballon avec un pressing haut. On a pu mettre beaucoup de pression et nous avons mérité de marquer. Après ça, Naples a marqué un autre but et c'était trop aléatoire. C'était super dur de montrer encore une réaction face à une équipe de la qualité du Napoli mais nous l'avons montrée, encore. Pour moi, c'est un duel de 180 minutes contre le Napoli, nous sommes à la mi-temps à 2-2 et nous avons des occasions de gagner ce duel directement. On doit s'améliorer, c'est clair.»

Mbappé, son positionnement et son match :

«Nous avons commencé en 4-2-3-1 et Kylian a commencé à droite comme lors des derniers matches. En seconde mi-temps, nous avons joué avec deux numéros 10 si on peut le dire, et Edi en n°9 : dans les demi-espaces à gauche Neymar et Kylian à droite, tous très proches. Cela a été très dangereux pour Naples et nous avons eu une bonne réaction. C'était le défi pour Kylian.»

Un PSG favori en difficulté, une surprise ?

Question posée par un journaliste italien qui avait déjà fait du PSG le favori la veille, d'où le ton un peu particulier de Tuchel.

«Tu m'as déjà dit hier que le PSG était le favori et je t'ai déjà dit que non. Tu dois me croire parce que c'est comme ça (rires). Le Napoli joue ensemble depuis plusieurs années avec un entraîneur de top niveau et des grosses qualités individuelles. Ils ont gagné contre Liverpool et nous avons fait 2-2. C'est toujours compliqué de jouer une équipe italienne car elles ont la culture du jeu sans ballon, elles aiment ça. Tu dois respecter la culture du football des pays différents. Nous ne sommes pas une équipe italienne ni l'Atlético Madrid, nous sommes le PSG. Nous avons un autre style. Ils sont ensemble depuis plusieurs années, nous sommes ensemble depuis 11 semaines. On doit s'améliorer, c'est clair pour moi mais on a encore l'occasion de gagner ce duel direct.»

Neymar énervé à la sortie du terrain :

«C'est normal, il voulait créer une dernière occasion de gagner, c'est totalement émotionnel. L'arbitre a sifflé et c'était émotionnel mais pas un manque de respect. Qu'est-ce qu'il a fait ? (le journaliste explique que Neymar a shooté dans la protection des caméras) C'est comme ça, il n'est pas content, il veut gagner, toujours. Ce n'est pas de l'irrespect, pas du tout.»

Une non-qualification redoutée ?

«J'ai beaucoup de respect pour ce groupe mais on le savait avant que ça allait être super compliqué. Nous ne sommes pas les favoris face à Liverpool et au Napoli, tout le monde veut croire ça mais c'est ainsi. C'est super compliqué ce groupe, et on ne peut pas être surpris maintenant, on le savait avant. Ce match contre Naples dure à mon avis 180 minutes et c'est la mi-temps. On peut encore gagner ce duel. Mais j'ai entendu que le PSG n'avait pas gagné face à une équipe italienne lors des cinq derniers matches. C'est compliqué...

Le plus gros défi tactique qu'il a eu à relever ?

«Non parce que, pour moi, c'était vraiment clair que Naples allait jouer en 4-4-2, un 4-4-2 presque parfait. J'ai eu le sentiment qu'on n'a pas réussi à garder notre plan pendant 45 minutes. Je ne sais pas pourquoi mais c'est difficile pour nous. On a joué avec un plan et une structure pendant 15 minutes puis on l'a perdu et je ne sais pas pourquoi. En seconde période, on change le plan, on joue selon celui-ci et on a été mieux. Mais dans le top niveau, on ne peut pas perdre notre structure ni des ballons faciles. On doit jouer de façon fiable, totalement fiable. On doit s'améliorer tactiquement, mais aussi dans notre tête. Il faut respecter l'importance de notre possession, de notre position et de notre structure avec et sans le ballon. C'est un défi pour nous.» 

L'attitude des joueurs :

«Nous avons dit à la mi-temps que nous avions perdu notre structure et que nous n'avons pas joué ensemble pendant 30 minutes. C'est ce que Thomas Meunier a voulu dire en parlant d'attitude. C'est difficile pour nous de respecter notre jeu, notre plan de jeu, notre structure et jouer de façon fiable pendant toute une mi-temps. En seconde période, cela a été complètement différent alors que c'était la même équipe de Naples. Avec deux buts encaissés, nous avons montré une bonne réaction et une bonne attitude.»

Deux gros chocs de L1 pour préparer le retour, une bonne chose ?

«Oui, peut-être. Mais ce sera des matches du même niveau. A Marseille et contre Lille, ce sera super difficile et c'est bien pour nous que ça soit comme ça. On peut s'améliorer dans ces matches parce que ce n'est pas possible de faire des erreurs. L'adversaire est très fort et c'est bien pour être prêt. Mais le prochain match contre Marseille sera le plus difficile.»

Le manque d'agressivité du PSG :

«Je peux comprendre pourquoi tu le ressens comme ça. Votre collègue à la télé m'a aussi parlé du manque d'intensité mais ce n'est pas comme ça. On manque de structure compacte. Si tu ne joues pas compact, tu ne peux pas jouer avec intensité. Ce sont deux choses différentes et on ne peut pas mélanger cela. On a commencé avec intensité durant les 15 premières minutes mais on a perdu notre structure. Je peux comprendre pourquoi tu ressens ça mais quand les espaces sont trop grands, tu ne peux pas jouer avec intensité. C'est donc très important de fermer les espaces, avec ou sans le ballon. C'est notre défi de s'améliorer. Nous  avons l'intensité en seconde mi-temps parce que nous sommes ensemble dans le camp adverse, nous sommes ensemble avec des passes simples et faciles et on peut mettre la pression. Après ça, c'est plus facile de faire un contre-pressing avec intensité. Mais ce n'est pas une question de joueurs pas prêts ou de 70% d'intensité. Mais je peux comprendre que tu le ressentes comme ça. C'est notre structure qui a manqué, d'où cette impression.» 

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

mardi 26 janvier

lundi 25 janvier

dimanche 24 janvier

samedi 23 janvier

vendredi 22 janvier

jeudi 21 janvier

mercredi 20 janvier

mardi 19 janvier

lundi 18 janvier

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux