Article 

Lens/PSG (1-1), les performances individuelles

Publié le dimanche 5 décembre 2021 à 1:50 par Philippe Goguet
Le PSG est reparti de Lens avec le point du match nul (1-1) à l'issue d'une partie où les Parisiens ont pourtant souvent été en difficulté. Retour sur les performances individuelles des joueurs du PSG au cas par cas.

Navas : De retour dans le but après sa suspension suite à son expulsion contre Nantes, le gardien costaricien a encore une fois coûté cher à son équipe avec ce but lensois où il a fait une faute de main incroyable pour un gardien qui a tant brillé sous les mêmes couleurs. À l'exception d'une relance mal sentie vers Bernat, c'est heureusement sa seule erreur du match et Navas a même été plutôt bon - voire très bon - sur les nombreuses occasions lensoises. Il a notamment tout repoussé en première période et su garder le PSG dans le match à 0-1. Mais face à un concurrent aussi fort que Donnarumma, cette erreur pourrait lui coûter cher.

Hakimi : Le latéral droit marocain a encore connu un match irrégulier, mais une nouvelle fois bien loin de son début de saison canon. D'un point de vue défensif, il a été dans l'ensemble plutôt solide dans les duels, rattrapant même parfois quelques coups grâce à sa vitesse, mais a eu plus de mal à lire les appels adverses, ce qui a forcé Marquinhos à couvrir de façon régulière. Offensivement, il a signé un début de match catastrophique avec le ballon avant de se reprendre sur la fin de la première période avec deux belles montées conclues par deux centres parfaits pour Icardi et surtout Di Maria. Sa seconde période a été moins irrégulière mais on ne l'a finalement vu en évidence à aucun endroit du terrain.

Marquinhos : Le capitaine parisien a été vite dans le match et il a signé d'entrée plusieurs bonnes interventions, en plus d'aller couvrir derrière Hakimi qui était en difficulté. Après ce début où il a été sursollicité et très présent, le brésilien a été un peu moins en vue bien qu'il se soit toujours montré solide tout au long de la partie, faisant parler sa lecture de jeu de façon régulière. S'il aurait pu faire mieux à la relance et prend de moins en moins d'initiatives dans ce domaine pourtant important, il faut saluer son dépassement de fonctions en seconde période pour tenter de remettre son équipe dans le bon sens.

Kimpembe : L'autre défenseur central parisien du soir a lui aussi été souvent sollicité et il s'en est bien sorti dans l'ensemble, malgré un loupé sur un centre en début de seconde période. S'il a parfois été trop agressif dans les duels au point de provoquer quelques fautes, il en a gagné un nombre non-négligeable et a assuré en jouant sur un fil durant une large partie de la seconde période. Il s'est dans l'ensemble montré performant sur les couvertures et c'est plus dans la relance, notamment les passes mi-longues, qu'il a été en-deçà. 

Bernat : Le latéral a pu mesurer tout le chemin qu'il lui reste à parcourir pour être crédible dans les gros matchs puisque l'intensité lensoise l'a fortement mis en difficulté. Athlétiquement et physiquement, il fait partie des Parisiens qui ont le plus souffert. Le très actif Clauss l'a trop souvent gêné, que ce soit en défense ou en attaque, et Bernat a pris de plein fouet les vagues adverses. Il a bien réussi à monter à quelques reprises mais la conclusion a rarement été au bout, confirmant son manque de justesse dans ses centres depuis son retour. 

Nuno Mendes l'a remplacé pour la fin de match et il a signé une entrée moyenne, mais a au moins forcé le côté droit lensois à défendre un peu plus.

Danilo : Trois jours après un match plutôt réussi contre Nice, le portugais a cette fois-ci complètement coulé, dépassé par le rythme du match et la mobilité de ses adversaires directs. Trop lent quand les Lensois arrivaient face à lui, il a été tout autant en difficulté avec le ballon et a concédé bien trop de pertes de balle largement évitables quand il l'avait le ballon. S'il a à peu près protégé sa défense centrale, c'est au sein de celle-ci qu'il a continué la partie après la pause mais il y a été totalement inutile. Inapte dans la relance, il a plus gêné la paire Kimpembe/Marquinhos qu'autre chose, les forçant à s'excentrer pour lui permettre d'évoluer dans le rôle axial où il serait le moins handicapant. Une aberration qui en dit long sur les soucis qu'il pose à un collectif déjà trop moyen.

Gueye l'a remplacé et il n'a pas spécialement brillé lors de son entrée. Il a même peiné à couper tout contre lensois alors qu'il semblait pourtant être entré pour ça.

Paredes : L'argentin retrouvait le onze de départ mais son positionnement dans cet obscur rôle de relayeur n'a pas été simple à comprendre. Avec le ballon, on l'a donc vu dans diverses positions et il ne l'a dans l'ensemble pas vraiment fait vivre comme il sait si bien le faire, ses fameuses passes verticales ne partant pas. Il a d'ailleurs surtout tenté de baisser le tempo d'un match trop rapide à son goût. Défensivement, c'est la même histoire avec quelques ballons grattés mais peu d'impact au final. Il sort, paradoxalement, alors qu'il semblait enfin être bien dans le match après un bon début de seconde période.

Wijnaldum l'a remplacé pour la fin de match et il est entré dans ce rôle de milieu très haut sur le terrain. Son entrée ressemblait à un énorme échec tant le néerlandais était introuvable jusqu'au moment où il a placé un bon coup de tête suite à une incursion axiale. 

Verratti : L'italien a probablement été le meilleur milieu parisien du soir, tout du moins celui qui a le plus pesé, et il a pourtant été sacrément trimballé par son entraîneur tout au long du match. Un coup à gauche, puis à droite, puis de nouveau à gauche avant de finir tout seul devant la défense, le petit milieu a tout connu et tout fait pour tenter d'ordonner le jeu parisien, avec une réussite aléatoire vu le match de certains autour de lui. Il s'est encore démultiplié sur le terrain, tant offensivement que défensivement, a défendu dans son style particulier, a pris un carton pour s'être plaint et a souvent été au coeur des actions quand celles-ci étaient intéressants. Pas du grand Verratti pour autant, mais heureusement qu'il était là dans l'entrejeu vu la paire adverse.

Di Maria : Comme Paredes et Verratti, l'ailier parisien a été baladé aux quatre coins du terrain et cela n'a probablement pas aidé puisqu'il a signé une partie avec bien plus de déchet balle au pied qu'il n'en a habituellement. Ce n'est même pas cette énorme occasion ratée avant la pause qui exprime le mieux ses manques du soir mais plutôt ses nombreuses transmissions loupées ou ses passes perpétuelles vers Messi même quand elles n'avaient aucun sens. Il a également eu du mal à pousser ses contres jusqu'au bout mais a eu le mérite de ne jamais renoncer, faisant partie de ceux qui tentaient de créer pour arracher le match nul.

Messi : Dans un rôle très libre mais plus axial qu'à ses débuts à Paris, Messi a encore soufflé le chaud et le froid. Le positif, ce sont ses quelques actions où il prouve toute sa classe : sa frappe sur le poteau, ses passes magistrales pour Mbappé ou Di Maria, ses échanges avec Verratti. Le négatif, ce sont encore une fois ses limites face à l'énorme impact physique adverse, même s'il semble mieux physiquement que dernièrement. Son manque de précision dans les passes en début de match puis dans ses frappes tout au long de la partie ont aussi été frustrants, de même que sa disparition dans le dernier quart d'heure quand Paris poussait. Mais malgré ses manques, il a encore donné plusieurs balles de but et été l'attaquant parisien le plus dangereux, Mbappé mis à part.

Icardi : De retour dans le onze de départ, l'argentin n'a bien évidemment pas pesé comme Mbappé et touché bien peu de ballons, certes isolé dans la défense adverse mais pas vraiment courageux au point de se battre et de faire en sorte qu'ils arrivent. Malgré tout, il a signé une première période intéressante, avec une bonne remise en appui, une frappe puissante sortie par Leca, une occasion où il doit faire mieux ou encore une passe en profondeur intelligente. Sa seconde période est en revanche complètement vide et il est logiquement remplacé alors que son équipe devait pourtant marquer pour égaliser. Un non-sens pour un buteur qui exprime bien à quel point il est loin du compte.

Mbappé l'a remplacé pour les 20 dernières minutes et il a été tout proche de marquer d'entrée sur une belle tête piquée, confirmant ses progrès dans ce secteur. Cela a pratiquement été le seul bon ballon qui a reçu et il a donc décidé de prendre les choses en main tout seul. Après avoir déjà fait trembler Leca, il a envoyé ce centre parfait sur la tête de Wijnaldum pour arracher le nul. Mais que le PSG paraît manquer de vitesse sans lui...

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

lundi 24 janvier

dimanche 23 janvier

samedi 22 janvier

vendredi 21 janvier

jeudi 20 janvier

mercredi 19 janvier

mardi 18 janvier

lundi 17 janvier

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux