Article 

PSG/Angers (5-0), les performances individuelles

Publié le jeudi 22 avril 2021 à 0:50 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 5-0 face à Angers dans un match moins facile que le score ne le dit, au moins en première période. Retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Rico : Trois jours après une erreur contre Saint-Etienne qui avait failli coûter très cher à son équipe, le gardien espagnol a cette fois-ci été tout simplement impeccable. Après deux duels facilement gagnés sur des frappes où il se couche bien, il en remporte surtout un très délicat face à Bahoken alors qu'un but aurait relancé le match. Il a encore été sollicité à plusieurs reprises en seconde période et s'est montré attentif, claquant notamment une belle volée d'El Melali. Le seul reproche qui peut lui être fait concerne son jeu au pied, avec quelques relances mi-longues directement sur des adversaires. Pas de quoi l'empêcher de signer un joli clean sheet.

Dagba : Le latéral droit retrouvait sa place dans le onze de départ et il a plutôt assuré, une nouvelle fois. Offensivement, il a compté ses montées, le jeu penchant aussi souvent sur l'autre aile, mais deux d'entre elles ont fait très mal. La première est celle sur le but du break où Dagba a littéralement déposé toute la défense adverse avant de réussir un bon centre, la seconde a abouti au quatrième but parisien grâce à une belle entente avec Di Maria. Entretemps, Dagba avait été au départ du troisième but mais il a surtout défendu, ne lâchant pas grand-chose à l'exception d'un duel face à Diony en fin de partie. C'est probablement plus sur les courses de Cabot entre lui et Danilo sur des ballons de contre que le latéral droit a été le plus en difficulté, même s'il est plus une victime collatérale des pertes de balles initiales qu'autre chose.

Danilo : Le grand Portugais est retourné faire une pige en défense centrale et il a comme toujours assuré dans les grandes lignes. Dans le jeu aérien, il a forcément régné en maître et il a dans l'ensemble assez peu été sollicité au sol. C'est plus dans la gestion de la profondeur qu'il a été mis en difficulté puisqu'il a été pris dans son dos à plusieurs reprises en première période, que ce soit sur des longues courses depuis le milieu ou des ballons plus proches de son but. 

Pembélé l'a remplacé en fin de match et il a surtout été sollicité dans l'utilisation du ballon face à un adversaire résigné. Il s'est fait plaisir sur une jolie montée balle au pied, encouragé par son coach, mais conclue par une frappe un peu trop gourmande. A noter qu'il est entré dans l'axe, une première avec Pochettino.

Kehrer : Après l'axe droit contre Saint-Etienne, c'est sur la gauche de la défense centrale qu'il a joué ce mercredi et l'Allemand a réalisé... un bon match. Il aurait pu ouvrir le score d'une tête trop piquée en début de match et a surtout assuré au cours de la première période, avec peu d'erreurs mais aussi quelques interventions parfois pas très nettes. C'est surtout en seconde période que le Kehrer vu dans un lointain passé est réapparu. Dominant dans les airs, un moyen en général assez sûr pour évaluer son état de forme, il a gagné la plupart de ses duels et n'a fait aucune erreur qui aurait pu gâcher sa partie. Il a même été plutôt utile dans la relance. Un vrai bon match donc.

Bakker : Très offensif en début de partie avec une présence constante dans la moitié de terrain adverse, il a même délivré un centre parfait à Kehrer qui aurait dû le convertir. Cette activité offensive a peu à peu baissé, même s'il est à la base du troisième but, mais Bakker a un peu plus défendu par la suite et est donc moins monté. Il n'a pratiquement jamais été pris en défaut sur son côté, Angers passant aussi assez rarement par cette aile. 

Kurzawa a fait son retour sur les terrains pour le dernier quart d'heure et il a réussi un bon sauvetage d'entrée. Il a ensuite dû s'employer à quelques reprises défensivement et n'a pas vraiment pu se montrer devant.

Gueye : Le milieu sénégalais a probablement été le meilleur Parisien de la première période, à la fois au four et au moulin. Dans un PSG parfois très statique avec le ballon, il a apporté du mouvement et est par exemple à la base du 1-0 en déclenchant le mouvement par une course balle au pied. Il s'est aussi illustré défensivement en étant à la fois un des premiers à presser et un des plus efficaces pour récupérer le ballon plus bas sur le terrain. Il n'a pas pu tout compenser non plus et a bien loupé quelques passes mais il a été essentiel dans la mi-temps la plus disputée des deux. Il a ensuite été moins en vue après la pause, se contentant d'équilibrer le collectif parisien.

Paredes : L'Argentin n'était pas dans un très grand jour et cela s'est vu. S'il n'a pas hésité à décrocher pour tenter d'organiser le jeu parisien depuis l'arrière, il n'a pas vraiment trouvé de décalages marquants et il s'est surtout signalé dans les points chauds de la première période, averti de façon logique puis au coeur de l'embrouille avec Pereira Lage. Il n'a pas pour autant spécialement pesé défensivement et a globalement disparu du jeu après la pause. Après plusieurs bons matches, sa suspension contre Saint-Etienne semble lui avoir coupé les jambes et la reprise a été pénible.

Herrera l'a remplacé et il est vite entré dans le match, avec son style habituel. Prompt à presser et à défendre vers l'avant, il a aussi tenté d'organiser le jeu. C'est en général moins précis que d'autres mais une de ses passes vers l'avant mal repoussée est à l'origine du dernier but.

Di Maria : L'ailier droit du jour a refait un peu de sa demi-heure contre Saint-Etienne à l'échelle d'un match. Pendant une grosse heure, il n'a que peu été en vue, le jeu penchant certes surtout sur l'autre aile en première période, et il n'apparaissait que sur ses coups de patte. Forcément, sa technique le mettait en avant mais il ne pesait pas vraiment et défendait uniquement lorsque le ballon était dans sa zone, donc assez peu. Cela ne l'a pas empêché d'être tout bonnement génial sur le quatrième but parisien, juste avant de sortir, où il réussit ce geste exceptionnel, un coup du foulard en pleine course pour centrer. Alors, cela fait-il oublier les 68 minutes précédentes ? Aujourd'hui, probablement pas, mais il ne restera que cette inspiration de passeur hors-normes dans quelques années...

Sarabia l'a remplacé pour les 20 dernières minutes et il a surtout fait preuve d'une belle activité, se proposant en permanence à ses partenaires sans forcément être parfait techniquement. C'est d'ailleurs un léger souci technique qui l'empêche de faire marquer Icardi sur un excellent appel en profondeur que l'Espagnol avait réussi auparavant.

Draxler : Le pendant de Di Maria sur le côté gauche a signé un match finalement pas si éloigné dans l'idée, mais en beaucoup mieux. Draxler a étalé toute sa technique ce jour, et à plusieurs reprises. Contrôles orientés exceptionnels, remises parfaites, passes en profondeur impeccables, l'Allemand était inspiré. Pour autant, il a parfois manqué de continuité au sein du match, disparaissant par séquences, et ses deux ballons perdus en milieu de première période ont failli coûter très cher. Il n'en reste pas moins qu'il est double passeur décisif sur deux belles inspirations et qu'il a signé une belle prestation. Entre les lignes où il aime tant être comme en général dans son parcours au PSG, il est parfois dur à cadrer mais son talent reste indiscutable.

Neymar : Dans une position d'attaquant de soutien plus que de meneur de jeu, le Brésilien a mis un bon moment à entrer dans la partie même s'il est bien inspiré sur le premier but et proche de conclure sur le second. Secoué par des Angevins qui le marquaient de (très) près, le n°10 et capitaine a mis du temps à réussir à mettre en place son jeu. Parfois sans punch en première période et peinant à dribbler, il a retrouvé son mordant et sa capacité à déborder sur la fin, signant un second acte de qualité, et pas seulement à cause de son but. Comme Paredes, la coupure forcée semblait lui avoir coupé les jambes et il lui a fallu un certain pour se relancer. 

Kean l'a remplacé et il n'a été pas très inspiré sur ses premiers ballons. C'est allé un peu mieux ensuite, sans que ce ne soit spécialement marquant.

Icardi : L'Argentin était titulaire pour la première fois depuis plus d'un mois et il est l'homme du match, forcément. Il a fait basculer la partie d'un duel finement gagné sur ce qui était probablement son premier ballon puis a permis de creuser l'écart par la suite, clôturant aussi le spectacle d'une belle frappe après s'être bien imposé devant son défenseur. Entre temps, tout n'a pas toujours été aussi positif même si sa remise pour Draxler sur le troisième but est superbe. Des déviations, il en a justement réussi quelques-unes mais en a aussi loupé, notamment sur des contres à jouer vite. Et si Icardi a montré à quel point il est toujours exceptionnel devant les buts, il a aussi montré ses limites physiques du moment avec un joueur dont le manque de rythme se fait cruellement sentir sur certaines courses. Maintenant que la confiance revient, la forme est la prochaine étape.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

jeudi 05 août

mercredi 04 août

mardi 03 août

lundi 02 août

dimanche 01 août

samedi 31 juillet

vendredi 30 juillet

jeudi 29 juillet

mercredi 28 juillet

mardi 27 juillet

lundi 26 juillet

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux