Article 

Strasbourg/PSG (1-2), les performances individuelles

Publié le samedi 3 février 2024 à 1:52 par Philippe Goguet
Le PSG a souffert sur la fin de match mais il s'est imposé à Strasbourg malgré tout, ce qui ne lui était pas arrivé depuis trois saisons. Retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Donnarumma : Heureusement que le gardien parisien était, lui, prêt dès les premières secondes avec un énorme arrêt dans les pieds adverses. Il a ensuite surtout été sollicité dans les airs, ce qu'il a plutôt bien géré, jusqu'à la grosse dernière demi-heure strasbourgeoise. C'est alors sur sa ligne qu'il a brillé, avec notamment un double arrêt décisif puis plusieurs prises de balle impeccables, sur des frappes de près ou de loin. S'il est possible de le questionner légèrement sur le but encaissé vu à quel point la reprise est proche de la ligne de but, il n'en a pas moins signé une grosse performance.

Soler : Le latéral droit de fortune a montré en Alsace toutes ses lacunes. Dans les duels défensifs, l'Espagnol a fait ce qu'il pu mais il est trop limité, notamment dans les airs. Une remise ratée en première période avait abouti à une frappe sur la barre, son oubli de Bakwa a conduit au but adverse. Si son entraîneur a dû être satisfait du match qu'il a produit en termes de pressing et de courses vers l'avant vu qu'elles ont gêné l'adversaire, il a en revanche été trop moyen techniquement dans la durée, particulièrement en fin de match. Sa sortie était logique, ses défauts ressortant trop.

Mukiele l'a remplacé poste pour poste et le Français a signé une entrée catastrophique. Un premier ballon perdu bêtement, plusieurs erreurs techniques et des coup-francs évitables de concédés. 

Marquinhos : Parmi les rares à avoir commencé le match à la première minute, il a vécu une première mi-temps finalement assez tranquille même s'il est parfois loin sur quelques contres. En seconde période, il est plutôt solide dans l'ensemble, notamment sur plusieurs centres dangereux. Avec le ballon, il faut noter quelques renversements judicieux. Sa sortie est une vraie surprise, si elle ne cache pas un problème physique

Danilo l'a remplacé poste pour poste et il a signé une entrée solide, particulièrement dans les airs. 

Beraldo : C'est dans le rôle de défenseur le plus axial qu'il était positionné cette fois-ci et le jeune Brésilien s'y est montré beaucoup plus à l'aise dans l'ensemble. S'il a été mis en difficulté par la vélocité adverse sur quelques duels, il s'est tout le temps accrocé et a tenté de gêner. Sa fin de match a été compliquée, avec plus d'erreurs, mais sa première heure a été plutôt prometteuse. Outre ses facilités techniques encore bien en vue, le gaucher a montré son sens de l'anticipation et une très belle capacité à couvrir sur les contres, se retrouvant souvent devant les attaquants adverses grâce à sa lecture du jeu. Après une prestation inquiétante contre Brest, il a bien rebondi dans l'ensemble.

Hernandez : Dépassé par Sahi Dion sur l'énorme occasion adverse initiale, il a ensuite été bien plus dur dans les duels et en a gagné bon nombre, ne lâchant rien sur son côté gauche. Il a parfois été trop rude, concédant quelques fautes et étant averti, mais a fait vivre une dure soirée à ses adversaires directs, à l'image du gros duel gagné au départ de l'action du penalty. Alors que Strasbourg poussait fort à la fin, il a encore été solide.

Ugarte : De retour dans le onze de départ, l'Uruguayen a mis quelques minutes à se mettre dans le match mais il a ensuite fait preuve de son abattage habituel. Régulièrement présent à la récupération, il a cassé des contres adverses et plutôt bien protégé sa défense dans l'ensemble. Avec le ballon, ce fut plus neutre mais sa sortie très précoce n'a en rien aidé son équipe, fragilisant la défense.

Vitinha l'a remplacé et il a apporté un peu de technique au coeur du jeu et quelques courses mais il a surtout subi la furia strasbourgeoise sans pouvoir l'arrêter le moins du monde. 

Fabian Ruiz : Toujours titulaire mais relayeur droit plutôt que sentinelle, il a vécu une première mi-temps des plus quelconques, trop indolent dans les duels et guère plus saignant avec le ballon, avec quelques trop rares passes intéressantes. Sa seconde période est en revanche bien plus qualitative, et pas seulement en raison de son excellente passe décalant Mbappé sur le second but. Malgré une balle perdue bêtement qui aurait pu coûter cher, il a apporté de la présence à la récupération, jusque dans sa surface, et de la justesse au milieu. A son crédit également, une bonne frappe de loin. Quelconque depuis son retour de blessure, son second acte ressemble enfin à un pas en avant.

Zaïre-Emery : De retour au milieu dans un rôle de relayeur gauche inattendu, il est rapide à se mettre en évidence en envoyant Kolo Muani provoquer le penalty mais il a peu à peu disparu du match. Dans ce rôle qu'il connaît peu et trop excentré du coeur du jeu, il a eu du mal à peser et n'est finalement apparu que sur des actions individuelles bien menées mais pas forcément toujours conclues de la sorte. Il s'est en revanche bien battu défensivement. 

Asensio : L'homme en forme du moment enchaînait sa troisième titularisation consécutive et il a eu quelques difficultés à entrer dans la partie, coincé sur un côté droit qu'il retrouvait. Il a peu à peu trouvé sa place, ses partenaires le cherchant également, et il a finalement fait basculer la partie d'un pressing bien exécuté. On l'a retrouvé ensuite à la conclusion d'un contre express avec une jolie finition. Alors que Strasbourg commençait à pousser fort, il a été l'un des rares à ne pas couler et a pendant longtemps été une vraie solution pour ses partenaires. Il a eu plus de mal sur la fin, mais c'est bien compréhensible vu qu'il a aussi pas mal défendu. Sa blessure semble désormais loin derrière lui et il sera compliqué de le renvoyer sur le banc de touche.

Kolo Muani : De retour à gauche, l'attaquant français a su être malin d'entrée pour provoquer un penalty et celui lui a visiblement donné confiance puisqu'il a signé une très belle première période. Des prises de balle incisives, des courses vers l'intérieur qui font mal à l'adversaire et l'impression de voir un joueur libéré. Un contre mal joué avant la pause va lui saper le moral et l'a fait disparaître de la partie pendant un long moment avant qu'on ne le retrouve un peu pour finir, mais moins tranchant qu'en début de partie. Tout n'a pas été parfait mais l'attaquant a montré un vrai rebond après Brest.

Ramos l'a remplacé, pratiquement poste pour poste, et il a tenté sans vraiment y parvenir de faire du mieux possible dans un contexte de fin de match compliquée.

Mbappé : Toujours en pointe mais très libre dans ses mouvements et vu aussi souvent à gauche qu'à droite, il a connu un début de match compliqué : un penalty raté et pas très bien tiré, des dribbles trop compliqués côté droit, des pertes de balles, le Mbappé des mauvais soirs semblait de sortie. Mais il a finalement ouvert le score avec opportunisme avant de donner une passe décisive superbe sur le second. Quand les espaces se sont ouverts, il a fait mal à Strasbourg par sa vitesse mais n'a pas réussi à se retrouver en position de conclure malgré tout. La Meinau ne l'aime pas, mais il y brille à chaque fois.


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 

News 

Aujourd'hui

mercredi 24 juillet

mardi 23 juillet

lundi 22 juillet

dimanche 21 juillet

samedi 20 juillet

vendredi 19 juillet

jeudi 18 juillet

mercredi 17 juillet

mardi 16 juillet

lundi 15 juillet

dimanche 14 juillet

samedi 13 juillet

vendredi 12 juillet

 

Soutenez CulturePSG 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee