Article 

Les Parisiens rattrapés par leur manque d’efficacité lors de PSG/Newcastle

Publié le mercredi 29 novembre 2023 à 11:43 par Arthur Verdelet
Victimes d’un manque de réalisme chronique cette saison, Luis Enrique et ses hommes ont une nouvelle fois dominé sans concrétiser. Un mal qui coûte cher en Ligue des Champions et a failli être sanctionné par Newcastle (1-1), ce mardi soir. Malgré ce constat partagé, le groupe reste serein avant d’entamer un mois de décembre décisif.

« Le ballon ne voulait pas rentrer ». Ces mots ont été répétés par Fabian Ruiz, Lucas Hernandez et leur entraîneur, Luis Enrique, au terme de PSG/Newcastle (1-1), ce mardi soir. Le PSG pouvait se croire débarrassé de son problème d’efficacité offensive après des dernières sorties convaincantes et un succès face à Monaco (5-2), vendredi, mais l’un des vices majeurs a ressurgi au pire des moments.

« Nous devons mieux finir nos actions. Nous avons eu beaucoup trop d’actions non conclues pour un match de Ligue des Champions », a estimé Kylian Mbappé, unique buteur sur penalty (90e+8). « Nous devons tuer dans un match couperet comme celui-ci », a-t-il ajouté, passablement agacé au micro de Canal+. Sans doute repensait-il aux très nombreuses occasions claires de la seconde période, conclues avec cinq attaquants sur le terrain suite aux entrées de Bradley Barcola (62e), Marco Asensio (82e) et Gonçalo Ramos (85e).

4,47 Expected Goals pour un seul but

Mais aligner les attaquants ne suffit pas toujours. Les statistiques plaident en effet dans le sens d’une domination parisienne stérile : 72% de possession et 31 tirs, pour seulement 7 cadrés. Un manque d’efficacité illustré par l’imposant différentiel (3,47) séparant l’unique but marqué sur penalty et les 4,47 Expected Goals que se sont procurés les Parisiens. Un triste record en Ligue des Champions (depuis 2013) selon Opta.

Ce manque de réalisme face au but, les Parisiens vont devoir « travailler » pour le solder, comme l’a répété Mbappé. Cependant, une fois le Bondynois muselé, comme c’est très principalement le cas dans cette campagne de Ligue des Champions (3 buts), les autres options semblent encore trop tendres, à l’image de l’entrant Barcola, très actif mais particulièrement maladroit à la conclusion de plusieurs situations (66e, 67e, 90e+1).

Enrique étonnamment positif

Son entraîneur n’a lui pas apprécié l’insistance des médias à ce sujet après la rencontre. « De quoi parle-t-on ? C’est du football, pas du basket. C’est normal », a feint de se questionner Luis Enrique. « Nous sommes l’une des équipes qui marquent le plus en Europe. Certains jours, le ballon veut rentrer dans le but, et d’autres non. C’est la beauté du football. »

Décidément habitué à prendre tout le monde à contre-pied, le natif de Gijon s’est dit « beaucoup plus fier qu’après de nombreuses victoires, du fait de notre capacité à lutter contre la frustration ». Une vision bien à lui, au terme d’une soirée qu’il ne faudra pas reproduire à Dortmund, le 13 décembre, au risque de dire adieux plus tôt que prévu à la Ligue des Champions.


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 

News 

Aujourd'hui

dimanche 03 mars

samedi 02 mars

vendredi 01 mars

jeudi 29 février

mercredi 28 février

mardi 27 février

lundi 26 février

dimanche 25 février

samedi 24 février

vendredi 23 février

 

Soutenez CulturePSG 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee