Article 

Lille/PSG (0-2), les performances individuelles

Publié le lundi 27 janvier 2020 à 3:01 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 2-0 à Lille dans un match que les troupes de Thomas Tuchel ont dans l'ensemble bien géré. Retour sur les performances individuelle des Parisiens au cas par cas.

Navas : Si le LOSC a régulièrement rôdé dans la surface parisienne, le gardien costaricien n'aura pourtant eu qu'une seule vraie frappe à repousser, à savoir une tentative lointaine de début de match qu'il va parfaitement claquer. Pour le reste, c'est surtout au pied qu'il a été sollicité et le portier parisien n'a pas été très précis. Entre des relances longues sur des Lillois et des passes courtes pas évidentes pour ses partenaires, Navas n'a pas vraiment brillé avec ses pieds. Il garde malgré tout sa cage inviolée, ce qui reste le principal.

Meunier : Préféré à Dagba, le latéral belge va vivre un match dans l'ensemble assez neutre, tant offensivement que défensivement. Lille n'a que peu attaqué de son côté, créant d'ailleurs une belle opportunité après lui avoir chipé la balle dans les pieds, et il a aussi su faire de bonnes choses dans ce domaine (retour, têtes défensives). Offensivement, il a été assez peu servi mais donne un centre qui aurait pu être transformé en but si Mbappé avait été plus précis. 

Thiago Silva : Le capitaine parisien va vite rater une relance, le signe d'un joueur pas dans son assiette qui va vite se confirmer. Semblant subir le match et jouant à l'économie avec un nombre minimal de touches de balle, il va seulement s'illustrer sur une tête défensive en début de partie et il va finalement sortir dès la pause après cette mi-temps jouée avec des douleurs au pubis. D'où l'impression inhabituelle laissée.

Kouassi l'a remplacé et le tout jeune défenseur de 17 ans a sorti une sacrée performance. Sollicité d'entrée sur un centre dangereux, il va vite se mettre dans le match et va assurer pratiquement en toutes circonstances, seule son intervention un peu en retard sur Ikoné au départ de l'action du penalty pouvant être retenue contre lui. Pour le reste, il a été impeccable, notamment dans un duel de façon malicieuse face à Osimhen, et brillant dans la relance.

Kimpembe : Avec un partenaire axial fragile puis très jeune, ses responsabilités étaient importantes et le gaucher parisien a largement répondu présent. Un gros duel l'attendait face à Osimhen et il s'en est dans l'ensemble très bien sorti, contrant d'ailleurs le Nigérian au dernier moment sur sa seule occasion du match. Il va aussi se montrer régulièrement fort face à Ikoné et ses seules erreurs sont venues d'actions où il avait le ballon et tentait de le faire vivre. Animé d'une volonté totale d'utiliser au mieux la possession et de porter la relance parisienne, il a parfois pris un peu trop de risques mais a aussi été celui qui était le plus fiable en début de match quand le LOSC pressait fort. 

Diallo : De nouveau titulaire au poste d'arrière gauche, il avait un client pour le moins physique face à lui en la personne de Renato Sanches. Les deux vont se défier tout le match et le Parisien s'en est dans l'ensemble bien sorti. Un peu isolé avant la pause avec un Neymar qui défendait peu, il a bien mieux verrouillé le couloir par la suite quand le Brésilien s'est un peu plus impliqué pour gêner les montées de Celik. Du côté du négatif, il y a bien quelques fautes évitables mais sa culture défensive plus développée que Bernat aide aussi considérablement Kimpembe à ses côtés. Dans la relance, il a assuré en général, avec notamment une superbe passe à destination de Mbappé pour lancer un contre en début de match.

Dagba l'a remplacé pour la fin de match, se montrant solide et concentré sur la défense avant tout.

Gueye : De retour dans un stade qu'il connaît bien, il va malgré tout être invisible en début de partie face au pressing lillois, n'offrant aucune solution à ses partenaires. Il entre heureusement peu à peu dans le match, se mettant surtout en évidence dans un registre défensif avec des interceptions et des couvertures. Jamais spécialement en vue dans le collectif parisien, il va surtout se contenter de ce rôle défensif durant la majeure partie de la rencontre, montant seulement en gamme sur la fin de partie où il sera plus en vue, et dans divers secteurs du jeu. Dur de nier son utilité mais pas vraiment de quoi en faire un indispensable pour autant.

Verratti : Il a montré dès les premiers ballons qu'il était dans un grand soir et a très vite pris le jeu parisien à son compte. Pratiquement insensible au pressing, il est celui qui a longtemps remonté les ballons vers l'avant et sa capacité à trouver Neymar devant lui et dans de bonnes conditions aura signifié à elle seule la domination du milieu parisien sur le lillois. Il est d'ailleurs brillant devant la surface adverse quand il joue avec le même Neymar ce formidable une-deux aux 18m adverses. Impeccable balle au pied, Verratti va aussi se montrer infatigable dans les duels, s'accrochant en permanence face à des joueurs plus grands et plus puissants que lui. Tentaculaire et bagarreur, il va récupérer bon nombre de ballons dans son style caractéristique, donc à grands coups de tacles glissés et de maillots tirés. Dans son élan, il ira même jusqu'à plaquer un joueur, et sans être averti qui plus est !

Di Maria : Laissé sur le banc à Reims, l'Argentin va avoir bien du mal à rentrer dans sa rencontre et a sorti 20 premières minutes horribles au cours desquelles il va tout rater, même des choses simples en bonne position. Il se met en route peu à peu et il est celui qui sert Neymar devant la surface sur l'ouverture du score. La suite sera faite de hauts et de pas mal de bas. Il faut tout de même noter une passe qui aurait dû être décisive pour Mbappé en toute fin de partie et quelques ballons bien remontés. Défensivement, il a travaillé sans trop en faire non plus.

Neymar : Les Lillois ont bien tenté de lui marcher sur le pied d'entrée, cela n'aura pas suffi et Neymar a livré un grand match, un très grand match même. Après quelques ballons perdus en début de partie, il se met peu à peu dans le sens de la marche et commence à faire mal même si Renato Sanches va réussir à le freiner durant un temps. Personne ne pourra rien sur son but, incroyable enchaînement technique du début à la fin avec une touche de collectif de par cet échange fabuleux avec Verratti juste devant la défense adverse. La seconde période de Neymar sera tout aussi bonne, entre passes bien vues pour ses partenaires, percées qui font mal ou encore contrepieds pour éliminer des adversaires au départ des actions. Défensivement, il va aussi monter en gamme après avoir un peu trop abandonné Diallo en première mi-temps. Au passage, il transforme aussi un nouveau penalty pour s'offrir un doublé bien mérité.

Mbappé : Le génie était brésilien ce dimanche soir à Lille, pas vraiment français même si Mbappé a eu de nombreuses occasions de briller. Attaquant très libre qui n'hésite à aller dans les côtés, c'est surtout à gauche qu'il est trouvé et il fait régulièrement mal même si c'est côté droit qu'il provoque le premier avertissement du match. Sa première période est correcte dans le jeu mais il rate une belle occasion d'ouvrir le score sur un bon centre de Meunier avant de buter sur un défenseur bien revenu. Moins à l'aise dans le jeu après la pause, il est en revanche toujours régulièrement servi devant les buts mais va faire preuve d'un gros déchet inhabituel pour lui, particulièrement en fin de match quand il occupe la pointe de l'attaque. Di Maria va notamment lui offrir un ballon facile de but qu'il va envoyer sur Maignan, comme sur l'action du penalty. Sur cette dernière, il avait tout de même largement provoqué la main lilloise, ce qui est à porter à son crédit.

Icardi : Dans le creux de la vague actuellement, l'Argentin va même signer une première période de fantôme au cours de laquelle il parvient malgré tout à gâcher un très beau contre qui s'annonçait. Un peu plus disponible et mobile après la pause, il réussit notamment une remise intéressante vers Mbappé sur l'action du penalty et va dans l'ensemble être meilleur, sans que ce soit éblouissant pour autant, mais il va au moins se procurer une occasion avec une tête sur corner. Il sort malgré tout de façon logique avant la fin quand Tuchel a dû sacrifier un attaquant pour passer en 4-3-3. Un scénario amené à se répéter dans le futur ?

Herrera l'a remplacé pour les 20 dernières minutes et l'Espagnol a apporté de l'équilibre et de la consistance au jeu parisien, faisant bien circuler le ballon pour en priver les Lillois tout en assurant sa part de travail défensif.

Match lié 


News 

vendredi 21 février

jeudi 20 février

mercredi 19 février

mardi 18 février

lundi 17 février

dimanche 16 février

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux