Article 

Paredes, un but pour couronner un match de haut niveau

Publié le dimanche 11 avril 2021 à 23:29 par Thibaut Brossard
Homme de base de Pochettino qui l’a titularisé pratiquement à tous les matches où il était disponible, Paredes semble en pleine confiance. Au point même d’inscrire son premier but en Ligue 1 samedi à Strasbourg (victoire 4-1 du PSG) d’un sublime coup franc. La cerise sur le gâteau d’un match de haut niveau de l’Argentin.

Et la 53e frappe fut la bonne ! Après 52 échecs en Ligue 1, Leandro Paredes a enfin inscrit un but dans le championnat de France. Il avait en effet marqué en Coupe de France la saison dernière (face à Pau) et cru marquer à St-Etienne en décembre 2019 (mais le but fut accordé à Neymar qui détourne légèrement sa frappe). Cette fois, pas de doute possible. Il est bien l’auteur de ce coup franc de la 79e minute. Et quel coup franc ! Profitant des absences simultanées de Neymar et Di Maria, les tireurs attitrés, il a pris sa chance et a enroulé un amour de frappe autour du mur strasbourgeois.

Il répare ainsi cette anomalie d’être resté « vierge » en termes de buts après plus de deux saisons au PSG. Non pas qu’il soit un buteur prolifique, mais il avait l’habitude de marquer partout où il était passé :

Il était donc anormal qu’il n’ait pas encore trouvé le chemin des filets en France, surtout dans une équipe comme le PSG qui se procure de nombreuses occasions. Espérons que l’éventuel blocage psychologique soit levé et qu’il enchaîne les buts désormais.

Il apporte des frappes de loin et du jeu long, deux carences du jeu parisien

Si l’Argentin n’avait pas encore marqué, c’est aussi parce qu’il tente sa chance presque exclusivement de loin. Les chances de marquer sont donc évidemment moindres. Mais cette arme de la frappe lointaine fait cruellement défaut au PSG et il est l’un des seuls, avec Di Maria, à apporter ce type de danger.

D’ailleurs 10 de ses 15 buts en carrière européenne recensés ci-dessus l’ont été de l’extérieur de la surface. Avec le PSG, il a pris 56 de ses 58 frappes (Ligue 1 et Champions League confondues) de cette distance.

Les frappes de loin ne constituent pas son seul apport aux carences du jeu parisien. Si Pochettino le fait aussi souvent jouer alors qu’à la base, il ne correspond pas forcément aux critères du coach argentin faits d’intensité et de pressing, c’est aussi parce que Paredes est l’un des seuls à amener du jeu long. Le PSG est en effet toujours l’équipe qui réussit le moins de passes longues par match. Malgré les efforts de l’ancien Romain.

Hier encore, à Strasbourg, Paredes s’est livré à un véritable « clinic » en matière de transversales. Le site whoscored.com recense 11 passes longues réussies sur 14. Il s’agit de ses records depuis qu’il évolue dans la capitale. Quand Marquinhos et Verratti ne sont pas là, il est peut-être le seul à avoir cette faculté à basculer le jeu et prendre de vitesse les blocs adverses.

A la Meinau, particulièrement en deuxième mi-temps, il a enchaîné les passes de quarterback à destination de ses attaquants, dont une merveille d’ouverture pour Kean plein axe qui perdra son face-à-face avec le gardien strasbourgeois (61e), ou encore pour Sarabia à la 66e qui servira Kean pour une frappe arrêtée par Sels.

Pas vraiment dérangé par le pressing alsacien, étonnamment soft (seulement 8 fautes commises), l’Argentin a dicté le tempo et fait progresser le jeu parisien à sa guise. Sa stat des passes entrant dans le dernier tiers (14, record du match) traduit bien sa faculté à trouver ses attaquants au cœur de la défense adverse.

Grâce à son jeu long et ses passes qui cassent des lignes, il est, et de loin, le joueur qui a fait le plus progresser le ballon :

Au total, il a fait gagner 929 mètres par ses passes (774) et sa conduite de balle (155). Le second, Danilo, cumule pour sa part « seulement » 577 mètres. C’est plus du double de son binôme du double-pivot Herrera (438 mètres). Les 774 mètres gagnés rien que la passe font partie du Top 3 de ses performances depuis qu’il joue au PSG.

Et, plus important, ce furent des mètres utiles. On a déjà cité quelques-unes de ses transversales qui se sont conclues par des tirs. L’indicateur des xG Chain, qui comptabilise l’ensemble des joueurs participant à une action aboutissant à un tir, traduit cette contribution offensive. Le site understat.com lui impute 1.79 xG Chain, soit sa meilleure performance de la saison.

Impliqué sur les quatre buts parisiens

Il faut dire qu’il a été à la base de presque toutes les actions parisiennes, soit en revenant chercher le ballon entre ces centraux, soit en réenclenchant une offensive après une récupération.

Sa carte des ballons touchés ci-dessous traduit bien son volume de jeu et sa présence aux quatre coins du terrain (hormis les 18 mètres adverses)

Il est logiquement le joueur qui a touché le plus de ballons, avec 117, devant Herrera (101) et Danilo (93).

Sans avoir mis les pieds ou presque dans la surface, il réussit la performance d’être impliqué sur les quatre buts parisiens : il est passeur pour Mbappé sur le premier, avant-dernier passeur vers Danilo sur le second, auteur d’une récupération importante dans les pieds de Bellegarde à l’entrée de sa propre surface sur le troisième (avant de trouver Herrera qui donnera à Mbappé pour le but de Kean), et auteur de ce coup-franc magistral sur le quatrième.

Il est en outre crédité de quatre passes clés, son record (égalé) de la saison, dont la passe décisive (généreuse pour le coup) pour le premier but de Mbappé.

Signe qu’il était en confiance, il s’est permis quelques « gourmandises » balle au pied, dont un numéro d’équilibriste le long de la ligne de touche (69e) avant de trouver Mbappé dans la diagonale pour une nouvelle frappe du Français.

Très présent défensivement aussi

Et la défense dans tout ça ? Il est vrai qu’il est déjà arrivé à l’ancien de Boca de régaler offensivement, mais ce sont ses trous d’air en défense que ses détracteurs pointent souvent du doigt. Face aux hommes de Laurey, hormis son tacle désespéré sur le but strasbourgeois, il a rendu une copie de haute facture.

Il est par exemple le joueur qui a récupéré le plus de ballons (10).

Ces ballons récupérés ont d’ailleurs constitué autant de cartouches pour lancer une contre-attaque (comme sur le 3e but). Pour récupérer ces ballons, il a beaucoup taclé : 6 tacles réussis sur 7 (alors qu’il tourne à 1.6 tacle réussi/90 minutes en Ligue 1). Personne n’a fait mieux que lui sur ce match.

Surtout, il a gagné la majorité de ses duels : 8 sur 11. Un phénomène rare puisqu’il tournait jusque-là à seulement 47 % de duels remportés en Ligue 1 cette saison.

Alors que ses collègues du milieu de terrain ont perdu la majorité de leurs duels (15 sur 25 pour le duo Herrera-Rafinha), Paredes n’en a perdu que 3. Le tout sans commettre une seule faute, ce qui peut parfois constituer son péché mignon.

Bref, un match de très haute volée pour Paredes : ultra-décisif offensivement, créant du liant entre le milieu et l’attaque, et très solide défensivement. Peut-être son meilleur match sous les couleurs parisiennes, son plus complet en tous les cas.

A confirmer mardi face à un pressing adverse qui sera néanmoins d’une toute autre ampleur. L’occasion pour lui de montrer qu’il peut répondre présent aussi dans les grands rendez-vous.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

vendredi 14 mai

jeudi 13 mai

mercredi 12 mai

mardi 11 mai

lundi 10 mai

dimanche 09 mai

samedi 08 mai

vendredi 07 mai

jeudi 06 mai

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux