Article 

PSG/Nancy (1-0) vu du Parc

Publié le samedi 4 mars 2017 à 20:12 par Amezienne Rehaz
Le PSG s'est très difficilement imposé 1-0 au Parc des Princes face à Nancy, retour sur le match vu du stade en trois points.

La difficulté du bloc bas

Nancy était venu au Parc des Princes en connaissance de cause. Spectateurs du match contre Lille et le TFC, les hommes de Correa sont venus avec le même plan : mettre à mal l'animation du PSG avec un bloc bas, des lignes proches les unes des autres et des choix payants au niveau des individualités (Maouassa plus haut que d'habitude pour gêner la création des milieux de terrain parisiens). «On a voulu gêner Verratti» a avoué Correa après la rencontre en conférence de presse.

Cette fois, Paris l'a emporté. Les joueurs d'Emery ont essayé le plus souvent d'écarter le jeu et de joueur rapidement au sol. Malheureusement pas payant. Nancy a failli en profiter avec une frappe de Maouassa à la 15e bien détournée par Trapp. Jusqu'au but de Cavani donc. Encore une fois, Paris a souffert face à un bloc bas. Sans marquer rapidement, les hommes d'Emery se mettent en difficulté, l'adversaire gagnant en confiance. L'entraîneur a décelé les manques en conférence de presse cette semaine. À lui de trouver la solution.

Le double poteau de Busin

C'est une 75e minute qui aurait pu faire basculer la fin de saison du PSG. Suite à un corner du PSG, Aït Bennasser part en contre attaque. Le joueur recruté et prêté par Monaco cet eté s'avance ballon au pied et se retrouve vite avec deux solutions une à droite, une à gauche. Le milieu décale Busin sur sa gauche qui crochète Cavani et frappe. Trapp battu, le ballon vient heurter le poteau. Outre la construction de l'action, c'est surtout l'attitude défensive du PSG qui intrigue. Dans une telle situation, à un tel moment du match comment expliquer que, sur le contre nancéen, ce soit Cavani, Guedes et Pastore qui se retrouvent à défendre dans leur propre surface ? Cela aurait pu être fatal même si l'idée n'est pas de critiquer l'effort défensif de l'attaquant uruguayen. Mais défendre est un métier et le tacle de Cavani plein de naïveté l'a démontré. 

Les changements d'Emery

Face au système mis en place par Pablo Correa, le PSG a longtemps cherché la faille. Et Emery aussi. Titularisé une deuxième fois de suite, Krychowiak a une nouvelle fois peiné à la construction. À la mi-temps, Matuidi l'a remplacé dans un 4-2-3-1, libérant Pastore qui s'est de fait installé juste derrière Cavani sur le papier. L'entrée de Matuidi a comme souvent apporté de la verticalité et des courses dangereuses dans le couloir gauche. Un plus face à ce type de situations.

Ben Arfa a lui aussi effectué une très bonne entrée. Même s'il a toujours la touche de trop sur certaines séquences, l'ancien joueur de Nice a tenté d'apporter du dynamisme et de mettre sur le reculoir le bloc nancéen. C'est lui qui en une touche trouve Aurier sur l'action qui amène le penalty. Cette fois, ça a payé. Emery a tenté et ça a marché. Maintenant c'est Barcelone. Et notre petit doigt nous dit qu'il y aura beaucoup plus d'espaces que ce soir...

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

dimanche 07 mars

samedi 06 mars

vendredi 05 mars

jeudi 04 mars

mercredi 03 mars

mardi 02 mars

lundi 01 mars

dimanche 28 février

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux