Article 

Lama tacle Simone, Fernandez et Wörns

Publié le mardi 28 février 2017 à 19:57 par Philippe Goguet
Dans un entretien à So Foot, l'ancien gardien parisien Bernard Lama s'est expliqué à propos de quelques anciens partenaires. Marco Simone, Christian Wörns ou encore Luis Fernandez ont les oreilles qui sifflent.

Gardien emblématique du PSG dans les années 1990 et capitaine lors de la victoire en Coupe des Coupes en 1996, Bernard Lama est sorti de sa réserve à l'occasion d'une interview accordée à So Foot. S'il évoque bien évidemment son poste de gardien, il a aussi parlé de quelques uns de ses anciens partenaires.

Le premier à se faire tailler en pièces par l'ancien Parisien est Luis Fernandez, son entraîneur au PSG durant deux saisons (1994-1996): «C'était le folklore.» Lama précise ensuite : «Fernandez, c'est un entraîneur de coupes, pas un entraîneur de stabilité. Toutes les semaines, fallait qu'il change l'équipe. C'est quelqu'un qui n'a pas compris où il était. C'était trop haut pour lui. Intellectuellement, il y avait un décalage [...] Dans la gestion humaine, il était à côté de la plaque.» Il finit toutefois par une note positive : «Maintenant, il n'y a plus de soucis, il m'appelle (pour des interviews), je réponds à ses sollicitations.»

Lama est aussi revenu sur la saison 1998-1999 du PSG, une des pires de l'ère Canal+ avec de nombreuses crises, et il a critiqué deux de ses ex-équipiers, l'attaquant italien Marco Simone et le défenseur allemand Christian Wörns. Après avoir les avoir accusés de «se la jouer perso », Lama va tailler en pièces ses deux anciens partenaires : «Simone, c'est un gros con qui se la racontait. Wörns touchait un gros salaire mais c'était un lâche. Il était limité et ne savait faire que le marquage individuel.»

Histoire d'habiller l'équipe de France en plus du PSG, Lama va évoquer Fabien Barthez :«C'est un bon soldat! Il est blanc, pas très intelligent, il ne fait pas trop d'histoires, il a été le chouchou à une époque mais aujourd'hui, on ne l'appelle pas pour parler de football [...] Avec Fabien, on s'entendait bien sans être potes. Les gens ont monté ce truc (de la rivalité, NDLR). Barthez a été un symbole de la lutte anti-Lama: des joueurs voulaient me sortir et des médias ont joué le jeu de Barthez.» 

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

Aujourd'hui

vendredi 09 avril

jeudi 08 avril

mercredi 07 avril

mardi 06 avril

lundi 05 avril

dimanche 04 avril

samedi 03 avril

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux