Article 

183 corners tirés, 1 but marqué, le PSG peine et cherche des raisons

Publié le dimanche 19 janvier 2020 à 18:05 par Philippe Goguet
Le PSG a obtenu pas moins de 183 corners cette saison mais un seul a fini au fond des filets, via une tête de Marquinhos (cf photo). Interrogé sur ce sujet, l'entraîneur parisien Thomas Tuchel a reconnu la faible efficacité de son équipe, tout en annonçant que c'était un thème au sein du staff et de l'équipe.

Des corners qui ne mènent pas souvent au but pour le PSG

25 août dernier, 83e minute d'un PSG/Toulouse facilement dominé par les Parisiens qui mènent alors 3-0, Angel Di Maria botte un corner au premier poteau que Marquinhos reprend d'une tête puissante et alourdit la marque. Le PSG a joué 30 matches cette saison, a hérité de pas moins de 183 corners toutes compétitions confondues mais ce corner est le seul qui a été transformé en but cette saison par les Parisiens. Cela signifie que le taux de réussite dans l'exercice est de 0,54% seulement. 

Alors qu'il est courant de dire que les coups de pied arrêtés sont un point important du football de très haut niveau, Paris ne brille vraiment pas dans ce domaine et il n'a d'ailleurs marqué que quatre buts de la sorte : le fameux corner de Marquinhos, le coup-franc direct de Neymar à Montpellier, celui de Di Maria face à Rennes lors du Trophée des Champions et, enfin, la reprise de la tête de Choupo-Moting sur un coup franc excentré de Verratti à Metz la semaine qui avait suivi le but sur corner de Marquinhos. En étant un peu généreux, on peut rajouter un coup franc de Verratti remisé par Mbappé et converti par Choupo-Moting de près au Mans.

La taille, la chance et la détermination 

Le bilan reste famélique alors que le PSG se procure un grand nombre d'occasions franches et domine dans l'ensemble largement les matchs qu'il dispute. Thomas Tuchel a été interrogé sur l'inefficacité parisienne dans le domaine en conférence de presse et il n'a pas nié quelques-unes des pistes qui lui ont été proposées. Notamment celle du manque de taille de ses joueurs : « Peut-être » a-t-il notamment avoué, avant de confirmer le constat : « Oui, on manque de buts offensivement, on a déjà parlé de ça avec l'équipe, de cette statistique. »

L'entraîneur parisien qui avait avoué l'an passé laisser ce domaine à ses adjoints Zoumana Camara et Zsolt Löw en a ensuite dit un peu plus, en repartant de la base d'un coup de pied arrêté qui est le tireur : « Je suis un peu surpris parce qu'on a beaucoup de qualités au niveau du ballon avec Ney et Ángel normalement. On manque un peu de grands joueurs, c'est vrai, mais avec Thiago, Marquinhos, Mauro et Edinson, on a beaucoup de joueurs qui sont forts de la tête. On n'a pas vraiment d'explications, c'est comme ça. »

Alors que son équipe peine dans ce domaine très particulier, il va aussi donner quelques pistes d'amélioration : « On travaille pour trouver des solutions offensivement et j'espère qu'on en trouvera. Peut-être qu'on doit retrouver la concentration sur des détails et ne pas jouer trop de variations. On a eu quelques occasions mais on manque peut-être aussi un peu de chance ou de détermination, je ne sais pas exactement. » Peut-être faudrait-il aussi se pencher sur la façon dont le PSG les tire, en témoigne cette compilation des tentatives d'Angel Di Maria, l'un des deux tireurs attitrés avec Neymar, au cours des dernières semaines :

Si Paris n'est vraiment pas bon pour marquer sur coup de pied arrêté, ce n'est pourtant pas faute d'essayer puisque les statistiques affirment que 65 des 321 tirs que le PSG a effectués en L1 cette saison sont issus des fameux coups de pied arrêtés, qu'ils soient directs ou indirects. Le chiffre peut paraître important mais il est en réalité assez quelconque. Alors que Paris est largement premier au nombre de tirs effectués en L1, il n'est que 10e sur le nombre de tirs effectués issus des coups de pied arrêtés, et les neuf équipes devant n'ont pas forcément plus de munitions dans ce domaine au départ. 

Le PSG assure au moins en défense

Tout n'est pas à jeter pour autant dans les coups de pied arrêtés parisiens et ils fonctionnent dans l'ensemble plutôt bien défensivement. Le PSG n'a d'ailleurs pris que deux buts de la sorte depuis le début de la saison : un corner envoyé dans ses propres filets par Paredes à Montpellier et le récent coup franc indirect converti par Bakayoko lors du match à Monaco. Là encore, le chiffre est à prendre avec des précautions puisque Paris n'a pas été malheureux non plus dans ce domaine.

Dimanche dernier, Monaco a été tout proche de marquer de cette façon à deux reprises sur corner par Glik puis Slimani, le premier trouvant le poteau après avoir dominé dans le duel... le petit Marco Verratti, signe d'une organisation visiblement pas si au point que ça. Dans ses buts, Navas a aussi fait quelques miracles qui améliorent fortement les statistiques des Parisiens sur coups de pied arrêtés. Le gardien fait bien sûr partie du jeu mais il ne pourra pas combler toutes les lacunes de ses partenaires quand le niveau va s'élever.

Pour faire mieux, le PSG va devoir travailler dans ce domaine, évidemment. Mais cela ne semble pas simple à faire à écouter Thomas Tuchel : « On essaye mais ce n'est jamais facile de faire des entraînements (dans ce domaine). Parfois, c'est quelque chose de très statique. Cela veut dire que si on fait un entraînement à 11h pour un match à 21h comme on aime le faire mais qu'il pleut ou qu'il fait froid, c'est aussi un grand risque de se blesser ou de tomber malade. Mais on essaye, oui. » Alors que Dortmund aura l'avantage de la taille, il serait temps de s'y mettre...



News 

Aujourd'hui

jeudi 27 février

mercredi 26 février

mardi 25 février

lundi 24 février

dimanche 23 février

samedi 22 février

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux