Article 

Le PSG face au fair-play financier

Publié le jeudi 17 août 2017 à 15:45 par Rédaction
Le PSG vit le mercato le plus fou de son existence avec des chiffres qui dépassent la raison. Inexorablement la question du fair-play financier qui régule le football européen se retrouve au cœur des préoccupations des supporters rouges et bleus. Décryptage.

Transferts et fair-play financier

En cette période de transferts, nombre d’interrogations apparaissent concernant les coûts des opérations de transfert, les charges pour le club ou la manière de rentabiliser un transfert. Et le casse-tête est complet quand les chiffres deviennent compliqués à manier et qu’ils se basent le plus souvent sur des informations partiellement exactes comme pour les montants des transferts qui sont souvent évalués par la presse mais quasiment jamais confirmés par les clubs.

Cet article a pour but de s’adresser aux profanes sans trop entrer dans les détails et de la manière la plus simple possible. Cette vulgarisation évitera donc d’évoquer les différents modes d’amortissement, les provisions sur les joueurs, les primes à la signature ou les clauses activables qui peuvent faire monter le prix d’un transfert. De plus, puisque nous traitons du PSG, nous n’aborderons pas de normes comptables autres que françaises.

Le fair-play financier, ou FPF, a été créé en 2010 par l’UEFA. Il a pour exigence qu’un club ne dépasse pas un montant de perte comptable sur 3 ans de 30M€ en cumulé. Son objectif est d’épurer les comptes des clubs et de réguler le montant des transferts de club à club. Il se base sur la comptabilité et non sur les finances. La nuance est fine mais elle a toute son importance. 

Les transferts – achats :

Chaque saison, les clubs effectuent différents transferts pour constituer leurs équipes. Le PSG achète, vend ou loue des joueurs à d’autres clubs.

Nous allons prendre l’exemple du dernier joueur transféré par le PSG de manière onéreuse à ce jour: Yuri Berchiche. Comptablement, lorsqu’il est acheté par le PSG, on passe à l’actif le montant d’achat, de 16M€ dixit transfertmarkt, et cela quelques soit les délais de paiement négociés par le PSG avec la Real Sociedad. Le joueur, toujours dixit transfertmarkt, a signé un contrat de 4 ans jusqu’au 30/06/2021.

A chaque fin de saison, au 30 juin, le PSG va passer un amortissement égal au montant d’achat divisé par le nombre d’années du contrat. Pour le cas de Berchiche, 16M€/4 ans soit 4M€ d’euros par an. L’amortissement est une charge comptable qui diminue donc le bénéfice du PSG (ou augmente la perte du PSG) sur un exercice.

A l’actif, la valeur brute du joueur ne variera pas tant que le joueur est au PSG, et restera donc toujours de 16M€, mais intervient alors la valeur nette du joueur qu’on calcule ainsi : valeur brute – amortissements.

Ainsi, pour Berchiche, au 30 juin 2018, on aura

  • Valeur brute : 16M€
  • Amortissements : 4M€
  • Valeur nette : 12M€

Au 30 juin 2019, on doit comptabiliser un nouvel amortissement de 4M€ et on obtient :

  • Valeur brute : 16M€
  • Amortissements : 8M€ (on cumule tous les amortissements passés pour le joueur)
  • Valeur nette : 8M€ (12M€ – 4M€ d’amortissement)

Un an plus tard, le joueur aura une valeur nette de 4M€ et à la fin de son contrat, une valeur nette de 0 (et il pourrait partir libre).

Voyons rapidement la différence entre les finances et la comptabilité sur un transfert :

Du point de vue financier, Berchiche a été acheté 16M€ mais un échéancier de paiement a été mis en place entre les deux clubs (PSG et Real Sociedad) que l’on ne connait pas. Chaque saison, certaines sommes vont devoir être payées par le PSG au club espagnol. Ensuite, le PSG va devoir payer les salaires du joueur, les primes, les cotisations sociales…

Par contre du point de vue comptable, Berchiche va charger le PSG pour un montant égal à ses salaires, ses primes, ses cotisations sociales et donc son amortissement de 4M€ par an.

On voit qu’on aura des différences chaque saison entre la charge comptable et le coût financier pour le club.

Le cas Neymar

On a aussi eu cette saison le cas d’un joueur brésilien qui est arrivé libre au PSG. Sa valeur brute est donc de 0 (pas de montant de transfert) et, il n’y aura donc pas d’amortissement pour lui sur la durée de son contrat.

Se pose donc la question du cas Neymar ! Juridiquement, il ne s’agit pas d’un transfert, mais du rachat par Neymar de sa clause. On sait tous qu’en réalité, le joueur n’a pas payé de lui-même sa clause et qu’un montage assez compliqué a été mis en place. Par contre, l’UEFA, à travers le FPF, risque de considérer qu’il s’agit d’un transfert sans tenir compte du montage et qu’il va certainement retraiter nos comptes afin de faire apparaitre les amortissements sur les 222M€ de la clause sur les 5 ans de contrat.

L’UEFA passerait alors dans les comptes du PSG un amortissement annuel de 44,4M€ d’euros qui aurait pour conséquence d'augmenter chaque année les charges d’un montant loin d’être négligeable.

Les transferts – ventes :

Si financièrement, la presse arrive souvent à donner le montant d’une vente et qu’il y a une tentation compréhensible de dire que la plus-value est égale au prix de vente moins le prix d’achat (ce qui est vrai financièrement), c’est différent comptablement.

Comptablement, la plus-value (ou moins-value) est calculée ainsi : prix de vente – valeur nette. Si on vend la saison prochaine Berchiche pour 15M, on fera une moins-value financière mais une plus-value comptable de 3M€ (15M€-12M€) (il a été expliqué les 12M€ dans la partie précédente de l’article). Mais si on vend Berchiche le 16 aout 2019 (donc dans 2 ans) à 15M, la plus-value comptable devient 15-8 = 7M€ alors que la plus-value financière n’aura pas bougé.

Donc, le moment de la vente pour la plus-value comptable est très important.

Enfin, si on vendait Alves à la fin de la saison, comptablement, comment calculer la plus-value ? Elle serait égale au prix de vente – la valeur nette comptable (qui est de 0 vu que le joueur est arrivé gratuitement). C’est la même chose lorsqu’on a vendu Augustin, la plus-value comptable est égale à son prix de vente.

Prêter Jesé plus intéressant qu’une vente pour le PSG ?

Pourquoi, outre l’aspect sportif, vendre Jesé aujourd’hui 10M€ serait un souci comptablement et toujours dans cette logique, pourquoi serait-il largement préférable que le joueur soit prêté si son salaire est pris en charge de manière totale ou très importante ?

Jesé a été acheté le 8 aout 2016 pour une somme de 25M€ d’euros pour 5 ans avec une fin du contrat prévu le 30/06/2021. La valeur brute du joueur est donc de 25M. Au 30 juin 2017, le PSG a passé un amortissement de 5M€ d’euros. Sa valeur nette comptable est donc de 20M. Si on le vend aujourd’hui 10M, on devrait comptabiliser une perte comptable de 10M€ (20-10) dans nos comptes qui ferait donc baisser notre bénéfice cette saison d’autant. Or, si on ne vend pas le joueur et que son salaire (et les charges qui vont avec) sont totalement prises en charges par Stoke, on devra juste passer pour ce joueur un amortissement de 5M€ au 30 juin 2018 (augmentant les charges d’autant). L’influence comptable d’une vente à 10M€ du joueur aujourd’hui serait donc qu’au lieu d’avoir une charge de 5M€ cette saison, on en aurait une de 10M€ !

Vendre Matuidi, intéressant comptablement ?

Blaise Matuidi est arrivé au PSG le 25 juillet 2011 pour 8M€ d’euros et un contrat de 3 ans. On peut facilement calculer et comprendre que le joueur a été presque intégralement amorti. Il avait été prolongé en février 2014 pour un nouveau contrat de 4 ans. Il lui reste une année de contrat donc un petit montant de valeur nette comptable. Sa plus-value comptable est donc assez proche du montant du prix de vente du joueur et donc très intéressante de ce point de vue.

Pourquoi vendre Lucas serait comptablement plus intéressant que de vendre Draxler ?

Les deux joueurs sont arrivés pour des montants proches, voir même identiques, Lucas à 40M€ le 1er janvier 2013 (en réalité, acheté pendant l’été 2012) et Draxler à 40M€ le 3 janvier 2017. Mais les deux joueurs n’ont pas été amortis pour le même montant.

La valeur nette comptable de Lucas est théoriquement de 9,6M€ d’euros au 30 juin 2017, la valeur nette comptable de Draxler environ 35,5M€ d’euros puisque, sur la saison 2016-2017, il faut constituer un amortissement d’une demi-année sur les 4 ans et demi de contrat du joueur allemand. Le différentiel des valeurs nettes comptables est de 25,9M€ d’euros. Pour réaliser la même plus-value comptable, il faudrait vendre Draxler 25,9M€ d’euros plus cher que l’on ne vend Lucas.

En conclusion, il est absurde de se fier aux journalistes indiquant que le PSG doit vendre pour un montant minimum dans la saison. Il est impératif de voir pour chaque joueur combien il rapportera de plus-value comptable pour diminuer notre possible déficit retraité par l’UEFA. Il est donc strictement impossible de savoir même l’état de nos comptes retraités par l’UEFA (cette dernière respectant pour l’instant parfaitement le secret professionnel) surtout que les seules informations comptables disponibles sont celles de la DNCG qui sont les comptes non retraités (le PSG ne dépose plus ses comptes auprès du greffe du tribunal de commerce ou empêche leur publication depuis le 30/06/2015).

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

vendredi 30 octobre

jeudi 29 octobre

mercredi 28 octobre

mardi 27 octobre

lundi 26 octobre

dimanche 25 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux