Article 

Bâle/PSG (1-2), les performances individuelles

Publié le mercredi 2 novembre 2016 à 0:30 par Amezienne Rehaz
Le PSG s'est imposé 2-1 à Bâle à l'issue d'un match dominé mais gagné d'extrême justesse. Retour sur les prestations des joueurs parisiens au cas par cas.

Aréola : Un match difficile pour le portier parisien. Un arrêt en première mi-temps (15e) sur une volée de Delgado et une sortie qui amène la blessure de son capitaine (39e). Peu rassurant sur les sorties aériennes, il encaisse un but de Zuffi sur placement hasardeux (76e) : on l'a connu plus inspiré cette saison.

Meunier : Peut-être sa meilleure prestation sous le maillot du PSG. Généreux dans son couloir, il est l'auteur d'une passe décisive sur le premier but (43e) et, surtout, il offre la victoire sur une fabuleuse volée de l'extérieur du pied droit à l'orée des arrêts de jeu. Défensivement, il remet en revanche Delgado en jeu sur un geste hasardeux (36e) et doit encore gagner en régularité et en agressivité derrière. Mais avec 4 tirs tentés, il a fait mieux que n'importe quel autre joueur sur la pelouse, à égalité avec Di Maria.

Marquinhos : Une nouvelle fois, Marquinhos a démontré que le PSG devait compter avec lui cette saison. Possédant toujours un coup d'avance sur ses adversaire, il est celui qui a remporté le plus de duels aériens sur le plan défensif (5/6). Appliqué également à la relance, il a pris ses responsabilités pour essayer d'apporter des décalages.

Thiago Silva : Sans sa sortie à la mi-temps il était parti pour être l'homme clé du secteur défensif. Jamais pris à défaut par Doumbia, il confirme sa montée en puissance depuis le match aller où il s'était montré en difficulté. Intéressant dans son jeu avec ballon, il a tenté plusieurs fois de trouver ses attaquants grâce à son jeu long. Blessé après avoir percuté Areola, il a été remplacé à la mi-temps par Krychowiak. Rassurant dans le jeu aérien, le Polonais s'est montré efficace et a défendu avec sérieux. Une entrée encourageante.

Kurzawa : Si on l'a connu plus offensif que sur sa première mi-temps, c'est lui qui amène le corner de l'ouverture du score (42e). Raillé en début de saison pour ses largesses défensives, Kurzawa a montré quelques progrès dans le domaine, se faisant difficilement bouger par ses adversaires (9 ballons récupérés). Placé plus haut en seconde période et profitant des espaces,  il a essayé de redonner l'avantage au PSG après l'égalisation de Bâle (87e). Un match de qualité pour celui qui profite de sa concurrence avec Maxwell pour gommer ses manques.

Verratti : Enfin un match de 90 minutes pour le petit génie italien. Et des progrès dans le jeu. Que ce soit dans son jeu avec ou sans ballon. Avec 100 passes tentées, il s'est imposé comme le véritable meneur de jeu de cette équipe. Placé un poil plus haut que Thiago Motta, il a sans cesse demandé le ballon pour se rassurer. Signe qu'il se sent bien, il a même tenté d'éliminer à la hauteur de sa surface. Avec 3 occasions créées, dont celle de la 19e minute où il lance parfaitement Cavani dans la profondeur, il a tout tenté pour rassurer son entraîneur.

Thiago Motta : Tout n'est pas parfait, mais si le PSG n'a jamais paniqué dans cette rencontre, il le doit en grande partie à son patron du milieu de terrain. S'il s'est moins placé à hauteur de ses centraux pour relancer, la plupart des attaques placées sont passées par son pied gauche (114 passes tentées, plus que n'importe quel joueur sur le terrain). Nommé capitaine à la sortie de Silva, il a cherché à donner de la voix et fut tout proche de mettre à l'abri le PSG sur une tête à côté du but adverse (75e)

Matuidi : Ce but à la 43e est un symbole du joueur : pas toujours beau, souvent à l'arrache, mais terriblement efficace. Aligné à gauche du milieu à trois il soulage toujours autant ses coéquipiers dans son jeu sans ballon. L'ancien joueur de Troyes a récupéré 9 ballons, seul Kurzawa faisant mieux sur la pelouse. Se faisant plus discret en seconde période, il a été remplace par Rabiot après le but de Bâle. C'est peu dire qu'en un laps de temps très court, l'international Espoirs a montré pourquoi les louanges lui tombaient dessus en ce moment. C'est notamment lui qui offre le ballon de la victoire à Meunier (89e)

Di Maria : Une nouvelle fois aligné à droite, Di Maria a confirmé sa bonne forme après son match face à Lille. Utile dans les transitions offensives et sachant temporiser quand il le fallait, l'Argentin a souvent recentré offrant son couloir à Meunier. Une formule gagnante qui aurait le mérite d'être revu prochainement. Constamment à la recherche du déséquilibre, il a souvent visé ses attaquants, certes pas toujours avec réussite, et a tenté sa chance quatre fois. Sur le bon chemin.

Cavani : Un match à oublier pour l'attaquant du PSG. Mis sur orbite par Verratti à la 19e minute, il tente un piqué hasardeux qui termine au dessus du but de Vaclik. Dans un match où la défense adverse s'est trop peu découverte, notamment en première mi-temps, les maladresses techniques de Cavani sont trop souvent rédhibitoires. A son crédit, beaucoup de générosité. Comme souvent avec lui. Nul doute que l'efficacité reviendra.

Lucas :  Des accélérations, des dribbles mais aussi beaucoup de maladresse. Aligné à gauche, il est victime de la volonté d'Emery de mettre dans les meilleures dispositions Di Maria. Sur son faux pied, Lucas a plus de mal. Il est proche cependant de marquer à la 46e sur une volée du droit, repoussée par Vaclik. Son jeu à base d'accélérations est trop souvent prévisible pour ses adversaires. Lorsqu'il joue plus simple, le Brésilien est intéressant, pour preuve ses 5 occasions créées, plus que n'importe quel autre joueur sur le terrain. Remplacé par Jesé (83e), qui comme à son habitude a montré de bonnes choses. De quoi regretter de le voir si peu.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

dimanche 07 mars

samedi 06 mars

vendredi 05 mars

jeudi 04 mars

mercredi 03 mars

mardi 02 mars

lundi 01 mars

dimanche 28 février

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux