Article 

Barça/PSG (1-4), les performances individuelles

Publié le mercredi 17 février 2021 à 3:21 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé de façon brillante à Barcelone, gagnant largement en seconde période après avoir déjà dominé la première manche. Retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Navas : Le gardien costaricien n'aura finalement pas eu grand-chose à faire sur une pelouse du Camp Nou où il aura pourtant beaucoup souffert dans le passé. Il réussit une bonne sortie face à Griezmann en début de match, bouchant bien l'angle de tir, puis ne peut rien sur le penalty parfaitement frappé par Lionel Messi. Le reste de son match est bien plus tranquille et il se montre solide sur des arrêts faciles pour un gardien de son niveau. Seule fausse note, cette scène invraisemblable face à Griezmann qui manque de peu de lui marquer un but ridicule. Mais la chance était avec San Keylor.

Florenzi : Le latéral italien a parfaitement rempli son rôle sur la pelouse de Barcelone, cachant remarquablement ses défauts en mettant en avant ses qualités. S'il va défendre de façon très peu adaptée sur un contre en ouvrant le chemin du but à Griezmann, il va dans l'ensemble parfaitement gérer la partie défensive de son rôle. Si son déficit de vitesse se fait régulièrement sentir, il utilise son intelligence pour compenser et le fait très bien. Il se montre aussi excellent pour lire les fameux centres au second poteau pour Jordi Alba, coupant de nombreuses trajectoires de la tête. Offensivement, il a dans un premier temps préféré rester sage avant de s'offrir une montée parfaite sur le but du 2-1, réussissant un appel superbe et une course dans le bon timing pour ne pas se mettre hors-jeu avant de délivrer un centre qui ne sera jamais repoussé et a fait basculer le match. 

Kehrer l'a remplacé pour les dernières minutes, se montrant un poil désordonné pour défendre mais présent dans les airs pour repousser les centres.

Marquinhos : Après quelques hésitations dans le placement en début de match qui ont rappelé son match raté contre Nice, il va rentrer peu à peu dans la partie et combler les trous défensifs de belle manière. Il est encore meilleur dans ce domaine en seconde période et tout particulièrement en fin de match quand le Barça arrive à s'infiltrer jusqu'à la surface parisienne. Il réussit notamment deux grosses interceptions pour lancer des contres puis va superbement gérer Braithwaite qui avait une balle de 4-2. Avec le ballon, Marquinhos va jouer de façon propre la plupart du temps mais il a régalé dès lors qu'il a utilisé son jeu long. C'est de cette façon qu'il trouve Kurzawa sur l'égalisation, rendant sa copie encore meilleure. Il avait été l'un des moins bons, si ce n'est le pire, il y a quatre ans, il est ressorti du Camp Nou en capitaine exemplaire, le signe de sa nouvelle envergure.

Kimpembe : D'abord un peu timoré et d'ailleurs mal aligné en début de match mais prompt au moment de revenir pour gêner Griezmann face à Navas, il va peu à peu entrer dans son match même si de Jong s'échappe dans son dos sur le penalty. Parfois un peu en difficulté pour compenser les erreurs de Kurzawa face à des adversaires qui arrivaient lancés, il ne va jamais se déconcentrer pour autant et cela va payer sur la durée. Attentif en permanence, il ne va pas être dans le duel comme il aime tant le faire mais s'appliquer et faire parler son autorité quand le besoin s'en faisait sentir. Il n'a ainsi pas hésité à dégager très loin quand il le fallait et a préféré jouer la carte de la sobriété dans la relance, loin de ses prises de risques habituelles.

Kurzawa : Le latéral gauche aura été un des grands animateurs du match, pour le meilleur et pour le pire. D'abord prudent et concentré sur la défense en début de match avec une grosse intensité mise dans les duels pour les gagner, il concède un penalty évitable sur une course adverse qu'il juge mal et il se montre tout aussi dangereux pour son équipe dans la foulée, Dembélé loupant le 2-0 après une erreur de sa part. Il va pourtant réagir juste après et est à la base de l'égalisation d'une bonne remise avant d'être tout proche de marquer sur une percée conclue par une belle frappe. Il va ensuite être plus sage dans le jeu, se contentant surtout d'apporter au départ des actions, notamment de la tête sur des relances longues, mais sans les accompagner. Dans la partie défensive de son rôle, il va être plus juste dans les duels après la pause même si Dembélé va encore le faire souffrir par séquences et il va parfois avoir un peu de mal à gérer la profondeur ou la largeur. Dans l'ensemble, sa partie reste très correcte et il a su rebondir au moment où son équipe en avait le plus besoin.

Gueye : Le milieu sénégalais n'aura joué qu'une mi-temps avant d'être sacrifié en raison d'un carton jaune trop vite reçu et d'un second qui lui pendait au nez. Le milieu défensif n'aura en effet jamais manqué d'apporter de l'impact dans les duels, faisant mal aux milieux catalans qui se frottaient à lui, mais cette dureté aura été réprimandée par l'arbitre, parfois même un peu trop. Cela ne l'a pas empêché de se donner à fond et d'aider son équipe à sa façon. Avec le ballon, il aura largement apporté sa part également, se montrant présent et juste dans la circulation avec Paredes et Verratti. Son match de funambule jamais décontenancé n'aura duré qu'une mi-temps mais il aurait mérité plus, même s'il était effectivement plus sage de le sortir dès la pause.

Herrera l'a remplacé poste pour poste à la mi-temps et il va, comme souvent lorsqu'il entre en jeu, être d'abord assez peu en vue avant de s'insérer peu à peu dans le jeu collectif parisien avec son humilité habituelle. Il va trouver ses repères dans la durée et logiquement apporter de la continuité au collectif. Mais c'est surtout dans le travail défensif qu'il va être bluffant. Très présent pour harceler sans jamais se mettre à la faute, il va parvenir à stopper Messi à plusieurs reprises de façon impressionnante, comme s'il savait tout ce que le génial Argentin allait faire avant même qu'il ne se mette en action. Une très belle entrée de milieu travailleur.

Paredes : Dans une position très centrale avec Verratti souvent proche de lui, il va avoir besoin de quelques minutes pour entrer dans le match et, après une petite discussion avec Pochettino sur un arrêt de jeu, sa partie commence. Soudainement beaucoup mieux, il régale dans la distribution et trouve ses partenaires sans problème, faisant tourner en bourrique les Catalans qui venaient le presser. Soit Paredes donnait la passe qu'il fallait, soit il s'en sortait par des petits dribbles de dégagement parfaitement exécutés, à une exception près. Juste et précis, il n'a même pas eu besoin de donner le tempo comme il aime tant le faire mais se retrouve à la base des deux buts autour de l'heure de jeu : c'est lui qui trouve Florenzi d'une passe en profondeur fantastique puis il dépose ce long coup franc sur la tête de Kean. Une jolie réponse alors qu'il avait loupé tous ses corners jusque-là. Défensivement, il va jouer de façon particulièrement intelligente. Il ne se livre jamais et évite ses tacles glissés suicidaires mais il freine constamment la progression du ballon, se positionnant remarquablement bien par rapport aux adversaires. Un grand match de milieu de terrain, complet, intelligent et décisif. 

Verratti : Entre meneur de jeu et milieu relayeur gauche, l'Italien aura redéfini un poste et exprimé tout ce qu'il est : un joueur de ballon aussi merveilleux qu'il est un bon coéquipier. Car l'Italien a beaucoup couru, harcelant la première ligne adverse comme se retrouvant jusque devant sa surface pour défendre d'un tacle parfait devant Griezmann. Et à cette intensité défensive jamais démentie, il va associer une partition encore incroyable avec le ballon. Imperméable à la pression puisqu'il va briser toutes les tentatives de pressing adverse, éclairant le jeu comme personne, il va être plus que précieux par sa qualité à faire vivre et à bonifier tous les ballons qui lui passaient par les pieds. Terriblement précieux pour ses partenaires par sa capacité à toujours trouver une solution, il va en plus être décisif d'une subtile déviation pour Mbappé sur l'égalisation. Une performance majuscule, sans le moindre carton, face à un adversaire qui a dû se rappeler pourquoi il a tant voulu l'avoir sous ses couleurs.

Draxler l'a remplacé pour la fin de match et il a eu besoin de quelques minutes pour se mettre dans le rythme et le ton. Il va apparaître d'un coup, interceptant devant Messi avant de remonter tout le terrain pour servir Mbappé à l'issue d'une conduite de balle où il montre sa classe folle balle au pied. Il va continuer de faire parler sa technique par la suite, parfois même avec un peu trop de détachement, et a chipé quelques ballons au passage.

Kean : La surprise de Mauricio Pochettino au coup d'envoi aura plus que rendu sa confiance à l'entraîneur argentin. Positionné dans le couloir droit, Kean va être bon voire très bon des deux côtés du terrain. Très appliqué défensivement, il va empêcher Jordi Alba d'avoir son activité habituelle, n'hésitant pas à le défier physiquement pour s'imposer. Offensivement, l'Italien va aussi être remarquable. S'il tente souvent de percuter pour faire mal, il y parvient très régulièrement et fait quelques jolies différences pour peu de ballons perdus. Il se montre aussi très bon dans le jeu, réussissant souvent ses passes vers ses partenaires après ses conduites de balle. Devant les buts, il aura été une vraie menace par ses frappes, d'abord repoussées par ter Stegen avant que l'Allemand ne s'incline sur sa tête bien piquée. Dans une position qu'il a peu occupée jusque-là à Paris, l'ailier Moïse Kean a livré un très grand match, parvenant à combiner ses qualités déjà vues à d'autres qu'on ne lui soupçonnait pas.

Danilo l'a remplacé pour la toute fin et il est très bien entré dans son match, apportant sa présence dans l'entrejeu ainsi qu'une certaine touche technique qui n'était pas vraiment attendue.

Mbappé : Son match référence dans l'une des plus grandes arènes de football au monde est désormais celui-ci. Mbappé a été grand, immense même, et il a pratiquement tout réussi face à une défense littéralement détruite par le phénomène parisien. Dans les petits détails qui font plaisir, on notera son application pour fermer le couloir ou encore ce bon corner botté pour Icardi. Mais ce sont surtout sa vitesse d'exécution, son positionnement parfait dans le demi-espace gauche et sa capacité à accélérer balle au pied qui auront été un problème insoluble pour le Barça qui a rompu face à lui. Dest aura été dominé toute la soirée, Piqué et Busquets n'ont pu que constater qu'ils étaient inaptes pour l'arrêter et Mbappé n'a vu que ter Stegen lui résister, l'Allemand l'empêchant de mettre un triplé... pendant un quart d'heure avant de craquer pour la troisième fois. Peut-être plus encore que ses buts, c'est cette figure féline et la menace perpétuelle qu'elle représente qui resteront comme l'image de la soirée, celle du PSG de Mbappé qui semble envoyer un Barça d'une autre décennie à la retraite. 

Icardi : Aligné en pointe, le clinique buteur argentin au famélique volume de jeu aura été tout le contraire. Face au but, il va se montrer pour une fois bien peu précis, ratant notamment une énorme occasion d'entrée avec une frappe du gauche techniquement ratée. Il sera aussi trop peu précis de la tête sur un corner et va même préférer servir Kean plutôt que de tirer en bonne position, comme s'il avait perdu confiance. Pour autant, il va peser autant qu'il le pourra sur la rencontre. Sa disponibilité sur les longs ballons aura été précieuse et lui qui refuse tant le combat en temps normal se sera battu comme un lion, et jusqu'au bout. Dans l'ensemble propre techniquement, il va d'ailleurs signer quelques jolies remises et ne s'est pas contenté de jouer des duels. Il va également assurer un travail défensif remarquable, pressant de façon constante et revenant même parfois jusque dans ses 30 mètres pour aider, parvenant d'ailleurs à déposséder Messi du ballon sur l'un de ses retours. Au final, il lui aura surtout manqué un but pour couronner cette belle performance tournée vers l'équipe.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

jeudi 29 juillet

mercredi 28 juillet

mardi 27 juillet

lundi 26 juillet

dimanche 25 juillet

samedi 24 juillet

vendredi 23 juillet

jeudi 22 juillet

mercredi 21 juillet

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux