Article 

LOSC/PSG (0-1), les performances individuelles

Publié le samedi 8 août 2015 à 12:04 par Iaro
Retour sur le match des Parisiens sur la pelouse de Lille vendredi en ouverture du championnat.

Trapp : Pour sa première en Ligue 1, le transfuge de Francfort a surtout regardé les Lillois peiner à s'approcher de son but, même à 11 contre 10. Globalement intéressant au pied, alerte dans ses sorties et sans histoire quand il a fallu capter des ballons, il s'est même opposé à une des rares frappes lillois à bout portant à l'heure de jeu, sans trembler. Encourageant pour une première mais il faudra attendre que l'adversité s'élève pour mieux le juger.

Aurier : Dans la lignée de son excellent match face à Lyon, l'Ivoirien a brillé dans son couloir droit. Intraitable dans les duels, qu'il a tous disputé avec une intensité rare, il a aussi souffert dans des chocs, le revers de la médaille de sa générosité. Une période tonitruante dans le second quart du match où ses appels ont épuisé les locaux dans leur dos, mais ses initiatives ont soit manqué de justesse dans la conclusion, soit d'un joueur à la tombée de ses centres. S'il évite les blessures, l'ancien du TFC semble parti pour une saison de haut vol.

Thiago Silva : Le Capitaine a été l'autre grand patron de l'arrière-garde parisienne. Sans faire de bruit mais avec une efficacité de tous les instants, il a coupé bon nombre de trajectoires et n'a pas fait dans le détail au moment de dégager les ballons chauds de la manière qui s'imposait. Jamais pris à défaut, il confirme ses bonnes dispositions et il a entraîné son équipe dans son sillage, le PSG ne concédant pas de réelle occasion aux Lillois, sauf une demi-situation sur un tir de Boufal... qu'il a contré, dès la 2ème minute. Pour donner le ton.

David Luiz : Lui aussi est dans la continuité de son Trophée des Champions, où son regain de sobriété avait été salué. Encore sérieux et appliqué sur la pelouse des Dogues, ce qui n'est pas toujours gagné avec l'ancien de Chelsea, il emporte le record d'interceptions du match (6), signe d'une concentration à la hausse. Egalement intéressant dans le jeu long avec quelques ouvertures bien sentie. En revanche, encore quelques fautes évitables, dont une aux 25 mètres plein axe, ont un peu terni son bon bilan.

Maxwell : Le Brésilien de bientôt 34 ans semble avoir du retard à l'allumage en ce début de saison et le rythme de la International Champions Cup pèse peut-être sur son physique. Pas spécialement en retard dans les duels, c'est plutôt dans le contenu de son match dans les temps de possession du ballon qu'il y a à redire. Ou plutôt, pas grand-chose à dire puisqu'il a été comme contre Lyon, en retrait. Un très bon appel, quand même, en position haute bien suivi par Pastore à la 34ème mais la passe était un peu longue et il n'a pas pu redresser.

Rabiot : Le relayeur formé au club vit un début de saison en forme de montagnes russes. Très bon contre Lyon, il a ce soir handicapé ses partenaires en se faisant expulser dès la 28ème minute suite à deux cartons jaunes, le premier pouvant toutefois se discuter. Il n'y avait pas grand-chose à dire de son début de match, si ce n'est qu'il a raté une tête en bonne position de près en fin de premier quart d'heure, mais l'impression est forcément mauvaise. Si l'international espoir tricolore souhaite du temps de jeu, qu'il commence par ne pas se priver tout seul de celui qui lui est proposé, comme ce soir.

Verratti : On avait vu l'Italien moins saillant qu'à l'accoutumée contre Lyon, et ce soir il s'est plutôt montré en progrès. Une relation technique très précieuse avec Aurier, qu'il a trouvé avec succès dans la profondeur à de nombreuses reprises, et une emprise sur le jeu à la hausse, notamment en deuxième période. Quelques prises de risque évitables, aussi, avant de sortir à la 73ème pour Stambouli. Entré poste pour poste, le transfuge de Tottenham a été un peu discret et il a fait des fautes, pas toutes indispensables.

Matuidi : L'ancien de Saint-Etienne a souvent besoin d'un défi de niveau, de physique ou de circonstances pour marquer les matchs de son empreinte, et ce combat à 10 contre 11 dès la demi-heure était taillé à sa mesure. Mieux positionné suite à l'expulsion de Rabiot, il est revenu aux fondamentaux et a souvent soulagé les siens de par son endurance et sa faculté à se replacer derrière le ballon. Et il faut le souligner, ses transmissions étaient de qualité, comme celle pour Lucas qu'il a envoyé défier Enyeama d'une ouverture bien dosée. Un des éléments incontournables pour sortir indemne de l'ornière lilloise.

Pastore : L'Argentin glanait ses premières minutes de jeu de la saison, amicaux inclus, et il n'a pas brillé, assez logiquement. Inégal dans la qualité de ses choix, il a vite coincé au moment de multiplier les courses et le contexte autant que ses lacunes physiques du moment l'ont sacrifié à la mi-temps. Mais avec le recul, on peut se réjouir pour sa condition qu'il ait pu disputer 45 minutes, et sans bobo. Motta a été envoyé dès la mi-temps colmater les trous dans le bloc parisien et l'ancien de l'Inter, toujours en instance de départ, a rappelé à tous qui était le patron avec une science du positionnement inégalée. Il conserve toute sa place dans l'entre-jeu, mais la désire-t-il encore ?

Lucas : Le temps est compté pour le Brésilien, qui a effectué toute la préparation et doit vite prouver pour résister aux retours prochains des Argentins dans les plans de Laurent Blanc. Intéressant pendant 10 minutes, il a semblé coincer ensuite à trop occuper l'axe, avant d'être déterminant dans la seconde mi-temps parisienne, avec un but sur lequel il efface Enyeama, et surtout une générosité dans les appels et pour remonter les ballons à 1-0 qui a largement soulagé les siens. Au final, il a marqué de vrais points et il a de bonnes chances de conserver sa place face au GFCO, et c'est déjà une victoire pour lui. Un Augustin actif et bien en vue l'a remplacé pour les cinq dernières minutes.

Cavani : L'Uruguayen a été l'auteur d'une prestation mitigée. Dans les bons points, tout l'aspect sans ballon de son jeu est à saluer, avec beaucoup de courses gênantes pour les Lillois à la limite du hors-jeu, et des replacements salutaires, surtout dans le contexte. Avec le ballon, sa participation intelligente à la combinaison du but de Lucas mise à part, il n'a pas vraiment su se mettre en évidence, sauf sur des tirs contrés ou hors-cadre. On attend plus de l'avant-centre parisien, qui a occupé sa position préférentielle dans l'axe, mais sa condition physique reste à parfaire comme pour bon nombre de ses coéquipiers.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

samedi 23 janvier

vendredi 22 janvier

jeudi 21 janvier

mercredi 20 janvier

mardi 19 janvier

lundi 18 janvier

dimanche 17 janvier

samedi 16 janvier

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux