Article 

PSG/Galatasaray (5-0), les performances individuelles

Publié le jeudi 12 décembre 2019 à 2:11 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 5-0 face à Galatasaray dans un match à sens unique mais superbe de la part des joueurs de Thomas Tuchel. Retour sur leurs performances individuelles au cas par cas.

Rico : En cette période de grèves de fin d'année, le portier espagnol qui jouait pour l'occasion son deuxième match avec le PSG a quant à lui découvert le chômage technique. Galatasaray n'a pas cadré le moindre tir et il a passé une soirée très tranquille, sa seconde mi-temps se résumant par exemple à une vague sortie facile à 15m de ses buts. Une semaine avant un Le Mans/PSG qu'il devrait jouer, il a donc eu droit à une remise en route paisible.

Kurzawa : Le gaucher était finalement le fameux arrière droit inattendu du soir et il n'a pas semblé spécialement gêné d'évoluer sur le côté opposé au sien. D'entrée, il a montré sa volonté de participer au jeu et d'être une véritable menace sur son côté. S'il a logiquement eu du mal à centrer en première intention, il a réussi à peser sur ce flanc qu'il découvrait, passant même tout proche de marquer sur une tête bien sentie. Défensivement, il a aussi su se montrer à son avantage en étant bien présent dans les duels et n'a pratiquement rien laissé passer, même s'il est averti pour un tacle en retard. Passé à gauche pour la fin de match, il a dans l'ensemble signé une de ses meilleures rencontres de l'année, confirmant largement ses matches très corrects face à Brest et Nantes.

Marquinhos : De retour en défense centrale pour ce match, le capitaine va connaître un premier acte des plus tranquilles puisqu'il se charge surtout de couvrir Diallo qui va au duel face à Mor. Dans la relance, il est là aussi peu impactant, se contentant de donner devant lui à des milieux inspirés. Son match prend une autre envergure bien différente après la pause puisqu'il est bien plus sollicité et va alors se montrer à son avantage. Il assure en toutes circonstances, au sol comme dans les airs, et il se montre aussi bien plus intéressant balle au pied. Signe de ce mieux, c'est lui qui initie l'action du 4-0 en trouvant Neymar entre les lignes.

Diallo : Associé à Marquinhos pour l'une des premières fois, le défenseur central gaucher va avoir du mal à remplacer Kimpembe dans le domaine du défenseur qui va au duel. Emre Mor va régulièrement le mettre en difficulté en début de partie de par sa vivacité avant que Diallo ne reprenne le dessus. C'est au moment où il le domine que Falcao entre en jeu et qu'il remet parfois sous pression son ancien partenaire monégasque. Dans la relance, il a assuré, sans se montrer particulièrement tranchant.

Bernat : Avec un Neymar aussi actif devant lui dans le couloir, l'Espagnol n'avait plus qu'à ramasser les miettes mais il s'est montré à la hauteur de ce qu'attend le Brésilien de son arrière latéral. Ses montées ont donc été justes dans le timing et productives puisque plusieurs d'entre elles ont abouti à des bons centres, notamment celui qui déclenche la première frappe du match par Sarabia. Défensivement, Bernat a aussi été très bon avec des retours tranchants à plusieurs reprises et des duels importants gagnés dans des endroits clés. A noter qu'il sort visiblement sur blessure.

Kehrer l'a remplacé pour le dernier quart d'heure, entrant côté droit puisque Kurzawa était repassé à gauche. Pour son premier match depuis quatre mois, l'Allemand a montré une belle disponibilité sur son flanc et est celui qui lance Mbappé dans la surface d'une bonne passe sur le penalty provoqué.

Paredes : L'Argentin avait l'occasion d'enchaîner les rencontres et il n'a laissé passer sa chance, signant encore une fois une bien belle partie. C'est notamment son association avec Neymar qui a apporté beaucoup au jeu parisien, Paredes parvenant très régulièrement en première période à trouver des Parisiens plein axe devant lui et tout particulièrement le Brésilien avec lequel il semble partager le même football vu la façon dont ils se sont cherchés. C'est de cette façon que le but du 1-0 est construit, d'une passe rapide et précise vers l'avant de Paredes que Neymar sait forcément faire fructifier. Il sera moins éclairant pour le jeu parisien après la pause, descendant un peu trop bas pour organiser la manoeuvre, mais il va en revanche conserver sa bonne activité défensive et récupérer plus de ballons. S'il tente toujours autant de tacles glissés parfois bien téméraires pour couper des attaques, il va en réussir un sacré nombre et avoir plus généralement un vrai impact dans les duels, comme le signe de son changement d'état d'esprit depuis quelques temps. 

Kouassi : Pour sa première titularisation avec son club formateur, le tout jeune Tanguy (17 ans) n'a pas mis bien longtemps à prendre ses aises et il signe d'entrée quelques passes bien senties qui font avancer le collectif et témoignent d'une belle vision du jeu. Cela sera moins visible dans la durée mais, avec Paredes à ses côtés qui régule la circulation du ballon, c'est surtout par son activité défensive que le jeune joueur était attendu et il va se montrer à son avantage, réussissant quelqques pressings haut qui font mal et génèrent par la suite de bonnes actions. Son bagage défensif sera également utile devant sa propre surface et se montre particulièrement intéressant dans les duels en toutes circonstances. Pour une première au Parc, ce fut dans l'ensemble très réussi et il est sorti sous des applaudissements mérités.

Verratti l'a remplacé pour le dernier quart d'heure et l'Italien s'est amusé avec le ballon, le touchant de multiples fois, tout autant qu'il a montré qu'il ne voulait surtout pas prendre de cartons pour éviter une suspension.

Sarabia : Lui aussi enchaînait et il va entrer dans la partie par le biais de diverses frappes qui permettent au PSG d'apporter un peu de danger. C'est d'ailleurs sur la troisième qu'il va être récompensé de ses efforts avec le but du 2-0 sur un bel enchaînement. Quand Paris attaque, l'ailier s'intercale dans l'axe mais il a un peu trop de déchet dans ses transmissions pour peser vraiment, contrairement à ses frappes donc. Globalement assez peu en vue en seconde période, il va en revanche continuer d'abattre un travail considérable de contre-pressing et de courses défensives qui ont largement soulagé sa défense. Un bon match donc, bien qu'il puisse encore mieux faire avec un soupçon de justesse en plus.

Neymar : Les premières impressions ont montré un joueur dans la lignée de Montpellier/PSG, donc bien plus fluide et présent physiquement. Le Brésilien était même dans un grand soir, un très grand soir, et il va signer une de ses parties les plus complètes avec le PSG. Balle au pied, il va pratiquement tout réussir : dribbles qui font mal, ouvertures précises, décalages à bon escient ou encore implication de tous ses partenaires sur le terrain. Tout va y passer et il est seulement possible de lui reprocher quelques passes longues compliquées pour ses partenaires ainsi qu'une recherche peut-être un peu trop systématique de Mbappé en seconde période. Vu à quel point le duo va faire mal, on peut aussi comprendre le Brésilien de tenter de lancer l'arme fatale française en profondeur... Mais là où le match de Neymar prend encore une autre envergure, c'est dans son investissement défensif permanent et l'implication qu'il a démontrée. Non seulement la star s'est replacée (pratiquement) à chaque offensive adverse mais elle a été l'un des Parisiens plus actifs quand il s'agissait de presser, récupérant des tonnes de ballons qu'il a ensuite parfaitement exploités à l'image du 2-0 qu'il a initié de cette façon. Cerise sur le gâteau de cette très grande performance, ce geste de seigneur pour Cavani. Après avoir donné des ballons de but à tous les autres, le Brésilien a aussi offert sa part à l'Uruguayen. Chapeau bas M. Neymar.

Mbappé : Attaquant axial mais la plupart du temps un cran plus bas qu'Icardi afin de pouvoir accélérer balle au pied après être redescendu, le Français n'est pourtant pas vraiment heureux dans ses premiers choix de jeu mais il va s'améliorer peu à peu. Le but qu'il offre à Icardi lui sert de déclic et il va se montrer de mieux en mieux sur la durée, à l'image de sa passe bien sentie pour Neymar, un joueur qu'il a beaucoup cherché et qui a parfaitement su utiliser sa vitesse en profondeur. Avant de marquer le but du 4-0, Mbappé s'était aussi montré légèrement maladroit dans ses gestes d'attaquant. Au moment de faire le bilan, on compte donc un but, deux passes décisives et un penalty provoqué alors que le joueur semblait pouvoir faire encore beaucoup mieux, c'est dire son impact sur la partie...

Icardi : Frustré par les hors-jeux qui sont sifflés contre lui sur ses deux premières occasions, la troisième est en revanche la bonne avec son style de chasseur de buts si caractéristique. On notera sur cette action qu'il se met volontairement hors-jeu au départ pour faire reculer la défense avant de se repositionner pour conclure sans l'être. Du bel ouvrage donc, même s'il va en revanche être assez peu en vue dans le jeu durant toute la partie, comme souvent ces derniers temps. Comme les autres, il n'a pas rechigné dans le travail défensif.

Cavani, toujours aussi populaire, l'a remplacé pour la fin de match et il n'a pas tremblé face à son partenaire de sélection pour convertir le penalty qu'on lui avait offert. Le Matador a ainsi retrouvé le chemin du but, lui qui était encore apparu en manque de confiance sur les autres ballons touchés.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 28 septembre

dimanche 27 septembre

samedi 26 septembre

vendredi 25 septembre

jeudi 24 septembre

mercredi 23 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux