Article 

PSG/Barça (1-1), les performances individuelles

Publié le jeudi 11 mars 2021 à 3:26 par Philippe Goguet
Le PSG a fait match nul 1-1 face au FC Barcelone dans une partie qu'il aurait très bien pu perdre sans un homme en particulier. Retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Navas : Le grand bonhomme du match côté PSG, de très loin le meilleur joueur de son équipe. Il sera toujours possible de lui reprocher son jeu au pied peu précis mais Navas a été le roi de sa surface de réparation. Ousmane Dembélé ne l'a jamais trompé malgré pas moins de quatre duels avec le gardien costaricien, Busquets l'a forcé à sortir deux énormes parades sur un tir des 18m et une tête de près, Dest l'a fait briller avec une frappe déviée sur la barre et il a même repoussé le plus grand, Lionel Messi. Car si l'Argentin l'a trompé d'une frappe exceptionnelle, Navas a réussi l'arrêt qui a possiblement fait basculer la double confrontation juste avant la mi-temps en repoussant son penalty sur la barre transversale. San Keylor a sauvé Paris et confirme qu'il est plus que jamais l'un des très grands gardiens de la compétition.

Florenzi : Le latéral droit italien a bien tenté de s'appliquer défensivement malgré des limites physiques qui étaient apparues de façon évidente dès les premières minutes du match mais cela a été très compliqué dans l'ensemble. Pas si souvent sollicité dans les duels, il a en revanche eu bien du mal à gérer les incessants déplacements sur son côté et a été autant perturbé par Alba dans la largeur que par Dembélé dans la profondeur. Il a certes réussi quelques interceptions qui ont fait du bien mais le bilan n'est pas très positif dans l'ensemble. Ce n'est pas la partie offensive de sa prestation qui a compensé, ses montées ayant été rares et peu productives.

Dagba l'a remplacé dans les dernières secondes et il s'est concentré sur la défense, forcément. Il s'en est plutôt bien tiré sur les quelques ballons qu'il a eus à gérer, malgré un corner concédé à tort.

Marquinhos : Son match a finalement été à l'image de celui du PSG, particulièrement concernant les occasions concédées. Quand le Barça en a eu, c'est en général que Marquinhos n'était pas bien. Après un gros sauvetage d'entrée face à Messi, il a ainsi eu bien du mal à gérer les appels en profondeur de Dembélé et ce dernier s'est retrouvé bien trop souvent face à Navas en s'échappant dans le dos du capitaine. Heureusement pour le PSG, Marquinhos a été excellent après la pause. Toujours intéressant quand il est sorti de sa défense pour réussir des interceptions qui ont fait du bien, il a surtout repoussé bon nombre de centres barcelonais. Il a aussi signé un énorme retour devant Messi, parvenant à repousser l'Argentin qui allait défier Navas. 

Kimpembe : A la manière du match aller, le gaucher parisien a été dans l'ensemble moins sollicité que ses partenaires de la défense, souvent placé dans une zone où le Barça attaque moins. Cela ne l'a pas empêché de repousser quelques tentatives adverses chaudes et de réaliser plusieurs interceptions salvatrices dans la surface mais il a surtout été vu dans un rôle de complément à Marquinhos. Il s'est aussi montré dans l'ensemble solide face aux adversaires qui arrivaient lancés mais a été souvent moins inspiré quand il a voulu sortir de sa ligne. Dans la relance, on ne l'a pas beaucoup vu non plus. Un match sobre au final.

Kurzawa : Le match aller avait été compliqué défensivement, le retour a été pire et il a encore coûté cher à son équipe. Il y a, une nouvelle fois, un penalty largement évitable à son crédit même s'il est un peu sévère mais cela reflète totalement la partie compliquée du latéral parisien. Dest l'a débordé pratiquement à chaque fois, Dembélé lui a fait écoper d'un avertissement rapide et sa sortie à la pause était plus que nécessaire vu la tournure de son match, également bien raté offensivement. Seul bon point, son de jeu de tête défensif a été utile pour repousser quelques centres. Cela ne sauve pas une prestation qui a mis en danger sa propre équipe.

Diallo l'a remplacé à la mi-temps et il s'est immédiatement montré agressif sur le porteur du ballon. Il a de suite restreint l'influence de Dest en lui imposant sa puissance physique et a éteint le jeune Américain. Trincao va le faire un peu plus souffrir mais Diallo a très bien su refermer un couloir qui était une porte ouverte avant la pause. Très présent défensivement, il a aussi tenté d'apporter offensivement et a réussi au début, se montrant en revanche moins inspiré sur la fin.

Paredes : Milieu de terrain parisien le plus bas sur le terrain, la rampe de lancement n'a malheureusement pas lancé grand-chose ce mercredi soir. Dans un PSG qui semblait vouloir jouer en contre, il n'a jamais réussi à peser dans la circulation du ballon et, plus ennuyeux le concernant, il s'est même montré régulièrement imprécis dans ses passes longues. Face au pressing catalan, il n'a jamais non plus été spécialement à l'aise pour permettre à son équipe de souffler. Pas très utile avec le ballon, il ne l'a pas été beaucoup plus sans et son activité défensive a été franchement douteuse. Il a d'abord semblé se retenir d'intervenir (par peur du carton suspensif ?) malgré un peu d'activité avant de devenir de plus en plus facultatif au fur et à mesure que le match passait. On l'a ainsi vu parfois marcher dans ses 30 derniers mètres alors que le Barça était à l'entrée de la surface parisienne. Dans un match où le PSG a été mis sous pression, il n'a jamais su faire parler ses qualités ni cacher ses défauts, soit tout le contraire de l'aller. Cerise sur le gâteau, ce carton jaune stupide reçu.

Gueye : Milieu relayeur droit, le Sénégalais a probablement été le meilleur des trois milieux de terrain parisiens en première période. Pratiquement le seul joueur pas gêné par le fait de devoir courir après la balle, il a récupéré quelques ballons dans les pieds adverses et a ainsi pu générer des contres comme le voulait le plan de jeu. Son second acte est en revanche bien moins réussi, et pas seulement parce qu'il est rapidement averti. Son impact défensif a bien baissé et il a surtout perdu pratiquement tous ses ballons touchés là où son déchet était limité avant la pause. Perdu après le repos, Pochettino a préféré arrêter les frais rapidement.

Danilo l'a remplacé pratiquement poste pour poste et le colosse portugais a immédiatement apporté une présence physique qui fait du bien devant la défense, la charnière se retrouvant d'un coup bien mieux protégée. Il va aussi aider jusque dans sa surface avec une interception capitale devant Messi puis un contre d'une frappe de Trincao très bien partie suite à un corner repoussé. Techniquement, il a aussi été au niveau, toujours dans son style particulier.

Verratti : Un cran plus bas qu'à l'aller en termes de positionnement mais aussi deux classes en-dessous en termes de performance individuelle. Si le petit Italien a défendu avec son énergie habituelle et a beaucoup couru, il n'a jamais vraiment pesé défensivement, se perdant régulièrement pour tenter de fermer le couloir gauche derrière Mbappé. Plus ennuyeux et bien plus rare, il n'a pas été très inspiré non plus avec le ballon malgré quelques jolis échanges avec le Français. On l'a pensé relancé après quelques jolies actions en début de seconde période mais cela n'a pas duré et il n'a au final jamais pesé sur le jeu du PSG même s'il n'est pas vraiment non plus un joueur fait pour jouer en contre. Sa prestation reste décevante et lui aussi est sorti avant la fin, évitant au moins un carton jaune ennuyeux.

Rafinha l'a remplacé pour les dernières minutes, il a tenté de tenir le ballon comme il sait le faire mais n'a pas vraiment réussi. Il a aussi tenté de presser, sans plus de succès.

Draxler : La surprise du soir se trouvait sur le couloir droit dans un rôle de milieu offensif où il a rarement brillé. L'Allemand a au final touché très peu de ballons, même lorsqu'il est passé à gauche par moments, mais il en a au moins peu perdu. Il s'est montré juste dans la plupart de ses déviations et dans l'ensemble assez inspiré avec le ballon. Reste qu'il ne l'a pratiquement pas vu, et encore moins après la pause, et qu'il n'a pas spécialement bien défendu non plus. Cela fait donc peu à l'heure de faire le bilan. 

Di Maria l'a remplacé à l'heure de jeu et il a vite apporté sa touche technique mais n'a pas beaucoup plus touché le ballon que l'Allemand. Il a en revanche fait du bien en le tenant plus longtemps mais a aussi fait pas mal de mauvais choix sur la fin, offrant des balles de contre aux Catalans.

Mbappé : Malgré un coup à la cheville reçu d'entrée, il s'est montré tranchant dès les premiers ballons et ses coéquipiers l'ont beaucoup servi, probablement même trop vu l'aspect stéréotypé du jeu parisien. Mbappé a beaucoup provoqué au final, sa vitesse a fait souffrir des Catalans obligés de faire faute sur lui et il a même forcé Koeman à faire un changement après une demi-heure seulement tant Mingueza était proche de la porte. Entre temps, le Génie Français avait ouvert le score d'un penalty superbe et a été un danger permanent en première période. Sonné avant la pause sur un duel, il a en revanche sombré après le repos et a perdu énormément de ballons, ne s'entendant que très peu avec ses coéquipiers. Il finit le match sur un geste de classe quand il dépose Lenglet mais rate sa finition avec une frappe trop forte. Pas du grand Mbappé mais il reste l'homme de la qualification malgré ce match retour où il n'a pas brillé par son activité défensive non plus.

Icardi : Plutôt disponible et intéressant sur les premiers ballons qu'il touche avec un jeu en appui appréciable, il a subi plus que quiconque l'indigence collective parisienne et n'a pratiquement plus été servi par la suite, Mbappé préférant par exemple souvent la solution individuelle à l'Argentin. Sans munitions à l'exception d'un contre en fin de match où il joue mal le coup, Icardi a quand même réussi à provoquer un penalty de façon pratiquement involontaire et aidé son équipe de la sorte. Il l'a aussi aidée en défendant de façon régulière, tentant de gêner la relance et étant présent bas sur le terrain quand cela chauffait trop. Pas de quoi s'enflammer mais il a fait ce qu'il a pu dans un contexte pas du tout adapté à ses qualités.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

mardi 07 décembre

lundi 06 décembre

dimanche 05 décembre

samedi 04 décembre

vendredi 03 décembre

jeudi 02 décembre

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux