Article 

PSG/Lille (0-1), les performances individuelles

Publié le samedi 3 avril 2021 à 23:15 par Philippe Goguet
Le PSG s'est incliné 1-0 face à Lille dans un match où il aura eu des occasions mais un jeu collectif encore bien pauvre. Retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Navas : Le gardien costaricien fait partie des très rares qui n'ont rien à se reprocher ce samedi et il a été crucifié sur la première action adverse, Marquinhos déviant malencontreusement la frappe victorieuse de David. Pour le reste, Navas a encore assuré avec deux bonnes sorties devant sa surface en première période, une frappe de loin de Bamba bien captée après le repos et, surtout, cet arrêt déterminant devant Yilmaz qui offrait à son équipe la possibilité de revenir au score. Il n'en sera rien mais c'est tout sauf de sa faute.

Kehrer : Un petit mois après sa dernière titularisation à Brest, l'Allemand a montré dès ses premiers ballons touchés que sa fébrilité était toujours bien d'actualité. Très peu précis et transpirant le manque de confiance, il a vite montré des difficultés balle au pied et multiplié les erreurs techniques. Cette faiblesse avec le ballon va particulièrement se faire sentir dans le dernier tiers lors de ses rares montées et il rate tout en bonne position, ses centres comme sa tentative de tir hors de propos. Certes pas aidé par ses partenaires qui l'ont parfois laissé trop seul, il a aussi envoyé des passes en touche de façon bien trop régulière. Heureusement, il n'a pas été trop sollicité défensivement et n'a donc pas spécialement souffert dans ce domaine. Mais son match est, à quelques jours d'aller sur un des terrains les plus compliqués d'Europe, très inquiétant dans de nombreux secteurs.

Dagba l'a remplacé pour la dernière demi-heure et il a tenté d'apporter un peu de dynamisme dans son couloir avec des courses vers l'avant. Comme Kehrer avant lui, il a malheureusement beaucoup peiné à combiner avec Di Maria et n'a donc apporté que peu de danger. Il a parfois aussi été un peu juste sur certains contres.

Marquinhos : Le capitaine parisien a encore joué les pompiers de service et devait gérer les rapides contres lillois, parfois en égalité ou infériorité numérique. S'il a encore eu quelques actions où sa gestion de la profondeur est très discutable, il a dans l'ensemble réussi à maintenir le navire à flot alors que ce sont bien des miracles qui lui étaient demandés en couverture de façon bien trop régulière. Il a bien été pris quelques fois par la vitesse des attaquants adverses mais a pratiquement toujours su revenir à temps, à l'exception du but où il est spectateur comme les autres et laisse David tout seul. A noter aussi une bonne montée qui aurait pu permettre à Neymar d'égaliser. 

Kimpembe : Comme Marquinhos, le gaucher s'est retrouvé à gérer des situations défensives extrêmement compliquées et il s'en est sorti comme il a pu. Il a, forcément, été pris en défaut quelques fois mais a largement plus sauvé d'actions qu'il n'en a concédé, à l'image de son tacle rageur en début de seconde période pour éviter d'entrée le but du break. La défense centrale a subi de plein fouet l'infâme prestation collective parisienne, particulièrement à la perte du ballon, mais elle a pourtant relativement bien protégé Navas malgré tout vu le nombre d'arrêts à faire du portier.

Diallo : Le latéral gauche parisien s'est fait prendre dans son dos sur le but lillois, ouvrant l'espace dans lequel s'est engouffré Ikoné, et il n'est pas si loin du carton rouge au moment où Pochettino décide de le sortir avec plusieurs fautes consécutives sur le même Ikoné. Pour autant, il a aussi fait de bonnes choses dans sa rencontre. Il provoque un avertissement sur sa première montée et son apport offensif a été plutôt bon en début de partie avant d'être moins constant, faute de précision. Défensivement, il a très bien tenu Renato Sanches en général, l'empêchant d'exprimer sa puissance en gênant sa progression à la base.

Bakker l'a remplacé pour la dernière demi-heure et il a vite apporté son volume de courses sur son aile. Le problème est malheureusement vite apparu, à savoir sa faiblesse technique dans les derniers mètres qui l'oblige à jouer en retrait de façon trop récurrente. Il est aussi en retard sur Weah quand celui-ci sert Yilmaz sur la plus grosse occasion du second acte.

Gueye : Le milieu sénégalais s'est surtout montré intéressant en début de partie lorsque son contre-pressing étouffait le LOSC et permettait à son équipe de récupérer des ballons très haut et d'enchaîner. Suite à son avertissement largement mérité, il a perdu de son impact défensif, récupérant malgré tout quelques ballons, mais il semblait retrouver des jambes et de l'influence à l'heure de jeu lorsqu'il a été étrangement sorti, une nouvelle fois. Avec le ballon, il a bien tenté de jouer le relayeur de façon sobre et efficace mais n'est que partiellement parvenu à tenir ce rôle, alternant trop de petites remises vers l'arrière pour quelques bonnes passes vers l'avant. 

Rafinha l'a remplacé pour la dernière demi-heure et il a beaucoup touché le ballon, réussissant d'ailleurs un contrôle absolument somptueux, mais il n'est pas parvenu à trouver des solutions dans le bloc lillois qui défendait alors très bas. 

Paredes : Quelle faillite pour le milieu argentin, terriblement en souffrance sur ses habituels points faibles et très moyen sur ses points forts. Régulièrement entre ses défenseurs centraux pour lancer le jeu, il n'a malgré tout pratiquement jamais réussi à ordonner le jeu parisien, à de rares exceptions, tandis que sa prestation défensive est tout bonnement calamiteuse. Averti sur une de ses rares actions où il a daigné s'impliquer pour défendre, il a exposé sa défense en permanence avec son habituel volume de courses famélique. Pour un milieu international, trois jolies passes vers l'avant en 90 minutes ne peuvent faire oublier tout ce qu'il ne fait pas ou peu, à part vouloir pourrir le match. 

Di Maria : Sa passe en retrait d'entrée pour Marquinhos qui donne une situation compliquée à gérer au capitaine avait donné le ton de sa partie et pratiquement tous ses choix ont été mauvais. Il est certes proche d'offrir une passe décisive à Neymar suite à une jolie percée mais cela a été l'exception de son match où le déchet a été omniprésent. Pire, il a même trop souvent déserté son flanc et empêché tout possibilité de jouer sur la largeur en première période avant d'être invisible en seconde, que ce soit dans l'axe puis de nouveau sur le côté. A noter aussi un investissement défensif scandaleux, même si ce ne fut pas le seul.

Neymar : C'est dans l'axe que le Brésilien a retrouvé sa place de titulaire et il a d'abord tenté de se mettre dans son match : quelques décrochages pour organiser, des gestes techniques (ratés pour la plupart) afin de se mettre en confiance. Mais peu à peu, le Neymar des matches de reprise est apparu : des dribbles qui ne passent pas et générent quantité de ballons perdus donc des contres, quelques rares éclairs et l'explosion de toute structure collective. Replacé à gauche à la mi-temps, il n'y est pas resté bien longtemps, revenant vite dans l'axe, et a définitivement perdu le fil de son match en s'énervant au fur et à mesure qu'il influait de moins en moins sur la partie. Un premier avertissement en voulant se faire justice lui-même, un second de la même trempe et donc une nouvelle exclusion au compteur, totalement dans la lignée de celle contre l'OM en début de saison. A l'heure du bilan, Neymar est l'un des rares Parisiens à avoir su se créer des occasions mais il a tout raté devant le but et son match est un échec complet, alors que sa scandaleuse implication défensive n'a même pas été évoquée. Son service de presse aura du travail ces prochains jours pour faire passer ce nouveau retour raté.

Mbappé : De retour en club après sa trêve internationale loupée, l'attaquant positionné côté gauche a malheureusement été dans cette mauvaise continuité. Si ses premiers ballons touchés ont montré un joueur capable de faire mal à Djalo et qui a forcé Maignan au plus gros arrêt de son match, il a complètement disparu de la partie après ce bon premier quart d'heure et s'est contenté d'attendre que le ballon lui arrive dans les pieds, comme si sa prestation ne démarrait qu'à cet instant. Passé en pointe après la pause, il n'a jamais existé dans ce registre mais a été parfois utile quand il a tenté de s'excentrer et d'accélérer. Le bilan reste franchement insuffisant, avec un joueur qui ne joue que par intermittences et pratiquement jamais quand il n'a pas le ballon dans les pieds. Quant à défendre, cela ne le concerne visiblement pas.

Kean : Seul en pointe, l'attaquant italien a été dans le combat face à la défense adverse et dans le jeu dos au but la majeure partie du temps. Avec très peu de ballons touchés et un rôle ingrat, il a fait ce qu'il a pu et il est dur de lui reprocher sa tentative de frappe captée par Maignan plutôt qu'une passe pour Di Maria alors qu'il défend pour les autres. Repositionné à droite après la pause, il a tenté de se lancer dans des rushes mais a perdu la plupart de ses ballons.

Draxler l'a remplacé à l'heure de jeu et il s'est positionné côté gauche. Il a bien perdu quelques ballons mais a au moins tenté d'étirer un peu le bloc lillois en combinant avec Bakker sur le flanc. Cela n'a pas débouché sur grand-chose mais cela n'a pas été pire que le reste des joueurs offensifs et il y avait au moins le début d'une idée collective. 

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

mercredi 14 avril

mardi 13 avril

lundi 12 avril

dimanche 11 avril

samedi 10 avril

vendredi 09 avril

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux