Article 

Le match, le titre, Neymar, Mbappé, Diallo, Kehrer, etc, la conf' complète de Pochettino après PSG/Lille (0-1)

Publié le samedi 3 avril 2021 à 22:30 par Arthur Verdelet
C'est un Mauricio Pochettino qui a parfois semblé complètement à côté du coup et aux réponses régulièrement hors de propos qui a répondu aux questions de la presse après PSG/Lille (0-1). L'Argentin a pour une fois pas mal parlé d'individualités, tentant de les protéger malgré tout, et il a refusé de dramatiser la situation.

Ce soir, êtes-vous inquiet pour le titre en Ligue 1 ?
« Pour être sincère, je suis déçu du résultat et de la prestation de l’équipe, mais aussi pour la perte des trois points. On en avait d’ailleurs parlé avant le match. Bien sûr. Je ne dirais pas que je suis inquiet, mais depuis que nous sommes arrivés au club, il y a trois mois, on vit une situation qui nous impose de lutter. On va lutter jusqu’au bout et on verra bien qui remportera la compétition. »

Comment expliquer que votre équipe puisse avoir deux visages si différents. L’un montré contre Barcelone ou encore Lyon, et l’autre face à Nantes et ce soir notamment. On voit notamment un manque d’idées chez vos joueurs par moment.
« Les circonstances sont ce qu’elles sont et font parfois que des matches se déroulent comme cela. Si j’en parle après le match aujourd’hui, vous me direz que je cherche des excuses. Il y a cependant des circonstances étranges qui vont avec le football. Mais il faut être dans le réel. La réalité est ce qu’elle est. Nous sommes une équipe qui a vécu de nombreux hauts et bas depuis le début de saison. Nous ne sommes pas réguliers pour différentes raisons. La situation est que nous en sommes là, c’est la réalité, et nous travaillons là-dessus. Il nous manque cette régularité, je suis d’accord. »

Quel regard portez-vous sur le retour de Neymar ce soir, sur son match et son expulsion ? Pareil pour Kylian Mbappé, que vous réaxé en seconde période, était-il fatigué à force d’enchaîner les matchs, notamment avec l’Équipe de France, ou est-ce un mal plus profond ?
« Cela fait partie de la réalité que nous vivons actuellement dans le football. On fait face à une complexité très différente de ce que nous avons pu expérimenter ces dernières années. De notre naissance à aujourd’hui, nous n’avions jamais vécu une ère comme celle-ci. Quoi qu’on puisse dire, tout ceci a de l’influence. C’est très difficile de justifier une défaite, parce qu’au niveau footballistique, nous n’étions pas au niveau auquel il faudrait être quand on joue au PSG. Conséquence directe de tout cela : on vit de nombreux hauts et bas. Je pense qu’avec le temps, on pourra régler cela. Il est clair que nous ne sommes pas contents, personne ne l’est, que ce soit l’équipe, les joueurs. Personne n’est satisfait de notre performance aujourd’hui. Néanmoins, je dirais que nous méritions au moins le match nul pour notre domination dans le jeu, nos occasions et beaucoup de choses. Mais le football est comme cela. À de nombreuses reprises, tu mérites, et n’obtiens pas ce que tu aurais mérité. »

En janvier, vous parliez déjà de "gestion des émotions". Sentez-vous votre équipe progresser dans ce domaine ?
« La gestion de l’émotion fait partie de la vie, clairement. La gestion de grandes choses, dans le football, dans un club, au sein d’une équipe comme le PSG, sont un peu atypiques comparé à ce qu’on a vécu ces dernières années. Tout a changé. L’évolution est ce qu’elle est. Peut-être que le résultat peut se voir à moyen et long terme. Mais comme je l’ai déjà dit, nous sommes arrivés au club avec des objectifs bien précis : optimiser au maximum, s’améliorer et gagner. Je crois que cela concerne la gestion de tout, pas seulement des émotions. »

Vous avez déclaré “vous pourrez me juger à partir de la saison prochaine” mais peut-on dire que cette équipe porte quand même votre touche ?
« C’est du bon sens. Si vous voulez dire qu’il s’agit de mon équipe, évidemment que j’en suis responsable. Je ne m’exonère pas de ma responsabilité. A vous de décider si vous pensez si c’est mon équipe ou pas. »

Dans quel état physique est votre équipe ? 
« Je crois qu’après quasiment 3 mois de travail, il y a des raisons qui ont fait que nous n’avons pas pu travailler avec l'équipe de la façon idéale pour un coach et un staff technique. C’est évident quand on ne peut qu’observer et rester en retrait. Après le match contre Lyon, toutes les critiques étaient très positives vis-à-vis de l’équipe. Mais il manque cette régularité parce que les choses changent d’un jour à l’autre, d’une semaine à l’autre, en 15 jours. Les choses évoluent bien plus vite que par le passé, surtout avec toute cette situation dingue que nous vivons. C’est pour ça qu’il est difficile pour toutes les équipes de maintenir un équilibre, a fortiori pour un staff technique arrivé il y a peu de temps.  »

Sur qui pourrez-vous compter mercredi ? Florenzi ? Icardi ?
« Nous ne savons rien concernant Florenzi. Pour Icardi, nous devons l'évaluer après-demain pour connaître sa situation. De manière pragmatique, nous sommes dans la même situation qu'aujourd'hui. »

Qu’avez-vous pensé de la prestation d’Abdou Diallo qui était sur une bonne lancée avant la trêve ? Son état physique ? 
« Je ne cherche pas d’excuse. Il y a de la fatigue pour tous les joueurs qui ont voyagé, ils ont tous voyagé dans des endroits différents, avec des décalages horaires. Ce n'est pas une excuse, c'est normal après une trêve internationale, avec l’année que nous vivons, la façon dont cela impacte les joueurs... L'équipe n'a pas été fantastique aujourd'hui, nous n'avons pas trouvé la solution pour marquer, nous n’avons pas marqué. Mais Lille n'a pas non plus été supérieur à nous. Mon analyse globale c’est que ce match méritait un résultat nul ou 1-1, ou peut-être même un résultat favorable pour nous. Mais quand on perd, on ne doit pas se chercher d’excuse, il faut faire son autocritique et accepter que l’on n’a pas été assez bons pour gagner. »

Qu’avez-vous pensé de la prestation Thilo Kehrer qui était un peu en retrait aujourd’hui ? Vous n’avez pas beaucoup d’options à son poste mais savez-vous déjà qui commencera à ce poste contre le Bayern ?
« Ce qui est clair c'est qu'on ne peut pas désigner quelqu’un aujourd'hui. On a tous perdu ce match, comme on a tous gagné d'autres matches. Personne ne peut être pointé du doigt personnellement. Nous sommes tous responsables. Je pense que la performance de l'équipe reflète le niveau de tous les joueurs qui étaient sur le terrain. »

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

mercredi 14 avril

mardi 13 avril

lundi 12 avril

dimanche 11 avril

samedi 10 avril

vendredi 09 avril

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux