Article 

PSG/Napoli, vu du côté napolitain

Publié le mardi 23 octobre 2018 à 17:08 par Philippe Goguet
Le PSG reçoit ce mercredi le Napoli de Carlo Ancelotti, un adversaire redoutable dans la course à la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Avant ce match, petite présentation du club du Sud de l'Italie avec Paul, tifoso des Partenopei.

Carlo Ancelotti est arrivé depuis cet été sur le banc du Napoli à la place de Maurizio Sarri, qu'a-t-il changé durant ses premiers mois à Naples ?

Carlo Ancelotti a hérité d'une équipe se basant sur des mécanismes systématiques enseignés par Sarri. Le management de ce dernier se basait sur un onze titulaire quasiment jamais changé et qui a pu développer des automatismes extrêmement rodés, aussi bien sans le ballon, qu'avec. C'est une chance pour Carlo d'hériter d'une équipe aussi bien construite, toutefois il est clair que pour maintenir un haut niveau de performance, il ne pouvait continuer sur cette voie-là qui était celle de son prédécesseur, il est nécessaire de se diversifier. Ce dernier individualise son management, en tentant de mettre en valeur, non pas onze joueurs, mais un groupe entier. Le turn-over est constant, la façon de jouer s'adapte aux profils alignés. De plus, les caractéristiques développées sous Sarri sont toujours présentes, mais moins marquées, au profit d'une plus grande versatilité.

Tactiquement, le Napoli est passé d'un immuable 4-3-3 sous Sarri à un 4-4-2 qui semble plus flexible avec Ancelotti. Est-ce un changement qui a changé la face de l'équipe ?

«La circulation de balle est plus lente mais l'imprévisibilité est plus importante»

Sans le ballon, l'équipe se base toujours sur un marquage en zone et une ligne défensive qui se positionne très haut. Le 4-4-2 a des propriétés légèrement différentes du 4-3-3 de Sarri mais, globalement, l'idée directrice est la même. En revanche, avec le ballon, la face de l'équipe a réellement changé. Avec Sarri, la circulation de balle, dirigée par Jorginho, était très rythmée et visait à libérer un joueur dans la moitié gauche du terrain chargé de créer. Le latéral gauche occupait tout le couloir, tandis qu'Hysaj restait bloqué à droite, l'ailier droit (Callejon) attaquant la profondeur, cela constituait ainsi une asymétrie qui permettait une grande compacité dans les deux phases. Avec Ancelotti, un 3-2-4-1 est constitué avec le ballon, complètement symétrique, en occupant les cinq espaces offensifs. La circulation de balle est plus lente mais l'imprévisibilité est plus importante avec une majeure utilisation de largeur par de nombreux renversements de jeu: cela a été un facteur décisif de la victoire contre Liverpool. 

Où en est l'équipe napolitaine après une dizaine de matches ? Le match face à Liverpool gagné à la dernière minute (1-0) semble avoir été un tournant.

Le début de championnat est pleinement satisfaisant, et l'objectif qualification en ligue des champions est largement à la portée de cette équipe. Il est encore trop tôt pour dire que le match face à Liverpool a été un tournant, mais le fait d'avoir dominé pendant tout un match le vice-champion d'Europe a certainement donné beaucoup d'auto-estime à cette équipe qui manquait d'un match référence en Europe ces dernières années. Le turn-over instauré par Ancelotti semble avoir des effets positifs sur le moral du groupe, puisque tout le monde se sent concerné. 

Qui sont aujourd'hui les joueurs majeurs de Naples ? Et ceux dont la place dans le onze est la plus remise en cause ?

«Les trois joueurs majeurs de Naples sont Koulibaly, Allan et Insigne»

Les trois joueurs majeurs de Naples sont Koulibaly, Allan et Insigne. Koulibaly est l'un des meilleurs défenseurs d'Europe, très fort dans la couverture de la profondeur grâce à sa vitesse et sa puissance dans les 1vs1, il excelle tout autant avec le ballon et s'est montré capable de marquer des buts décisifs. Allan a toujours été un excellent milieu de terrain, mais il semble avoir franchi un nouveau cap en ce début de saison dans un rôle qui s'approche de celui d'un six; c'est un phénoménal recycleur de ballons, dont la grande intensité s'exprime positivement aussi bien pour récupérer que pour fluidifier le jeu. Concernant Insigne, Ancelotti l'a recentré cette saison pour le décharger du travail défensif et lui permet d'être plus frais dans le dernier tiers, il répond par de nombreux buts, son jeu associatif étant toujours excellent. Les performances de ces trois joueurs seront clairement déterminantes dans cette double confrontation face au PSG. Koulibaly et Allan ont le potentiel pour dominer ce match dans l'intensité, tandis qu'Insigne est nettement le joueur le plus qualitatif de son équipe, et donc le plus susceptible de faire la différence.

Sachant qu'Ancelotti fait même du turn-over avec ses gardiens, il est plus difficile de répondre à la deuxième partie de la question, car il n'y a plus de réel onze-type, comme expliqué précédemment. On peut citer le latéral droit Elseid Hysaj qui est l'un des joueurs les plus remis en cause, son impact dans les deux phases étant inexistant ces derniers temps.

Quelles sont aujourd'hui les forces et faiblesses collectives du Napoli ?

«La différence avec les plus grandes équipes est plutôt d'ordre qualitative»

Collectivement, les joueurs ont quasiment tous l'habitude de presser collectivement, ce qui constitue la plus grande force de cette équipe. Les sorties de balle sont globalement de qualité, grâce à l'expérience acquise sous Sarri, certaines difficultés peuvent toutefois apparaître face à un gros pressing. Il n'y a pas de réelle faiblesse collective dans cette équipe, qui est faite de joueurs intelligents comme l'a déjà souligné Ancelotti. La différence avec les plus grandes équipes est plutôt d'ordre qualitative, le matériel physique et technique étant nécessairement inférieur à des puissances comme le PSG.

Quel match vois-tu entre les deux équipes ?

Le PSG part favori au vu de la qualité de ses joueurs, mais le Napoli a clairement une carte à jouer. De ce que j'ai vu du PSG de Tuchel, il peut être lacunaire en terme d'intensité à l'image du match contre Liverpool. Le Napoli devra alterner phases de bloc bas, et phases de pressing très haut. Si Allan fait un grand match au milieu, les Italiens pourraient gagner un grand nombre de ballons et tenter d'élargir au maximum le jeu pour exploiter le non-repli des individualités parisiennes. Un défi physique important sera posé aux Parisiens, qui devront répondre présents pour donner le maximum de munitions à ses attaquants. Verratti pourrait être le joueur clé du match, son unique capacité de déjouer le pressing adverse sera plus que jamais déterminante.

Un grand merci à @LoPaul56 pour le temps qu'il nous a accordé.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 26 octobre

dimanche 25 octobre

samedi 24 octobre

vendredi 23 octobre

jeudi 22 octobre

mercredi 21 octobre

mardi 20 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux