Article 

PSG/OL (4-2), les performances individuelles

Publié le lundi 10 février 2020 à 2:58 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 4-2 face à l'OL dans un match d'abord largement maîtrisé qui a ensuite échappé aux Parisiens avant que ceux-ci ne finissent fort. Retour sur leurs performances individuelles au cas par cas.

Navas : Pratiquement pas sollicité en première période, il se montre malgré tout vigilant sur des longs ballons qui n’étaient pas si simples à lire avec le fort vent soufflant. Il est en revanche largement impliqué sur le premier but lyonnais, laissant passer le ballon sous son bras sans parvenir à le repousser. Ce sera son seul arrêt du match puisqu’il ne peut ensuite rien faire sur le second but ni sur la frappe de Dembélé qui passe juste à côté.

Meunier : Le latéral belge devait comme toujours tenir l’intégralité du côté droit et il a apporté son volume de jeu tout au long de la rencontre, montant jusque dans les derniers instants pour apporter le danger. Offensivement, il a plutôt bien complété les incartades axiales de Di Maria et il réussit une belle action sur le deuxième but parisien, son centre ne parvenant pas à être dégagé par Marcelo devant Mbappé. Ce sera malheureusement la seule de ses tentatives qui va trouver un attaquant parisien en phase offensive. Défensivement, il s’est fait remarquer par plusieurs bons retours en première période, coulissant bien vers l’axe notamment, mais il laisse échapper Martin Terrier vers le but quand celui-ci réduit le score.

Kehrer : De nouveau titulaire, le défenseur allemand va livrer une première période de haut niveau, son impact physique faisant très mal aux Lyonnais. Souvent dans sa zone, c’est Aouar qui en fait les frais la plupart du temps et Kehrer n’hésite d’ailleurs pas à aller le chercher haut. Il sera en revanche moins dominant en seconde période et le duel qu’il perd face à Dembélé devant la défense lance directement le but du 3-1. Il a aussi semblé un peu souffrir physiquement même s’il finit plutôt bien la partie. Dans la relance, il a tenté plusieurs fois de jouer long pour casser des lignes en première période avant de jouer plus simplement par la suite.

Kimpembe : De nouveau capitaine et opposé à un Moussa Dembélé qu’il connaît très bien vu leur formation commune, Kimpembe a signé un match encore très inégal, et donc particulièrement frustrant. En première période, il impose sa puissance et gagne la plupart des duels, se montrant aussi propre techniquement bien que parfois sur le fil du rasoir. Une première alerte en profondeur dans son dos avait été rattrapée par Kurzawa de justesse, la seconde ne le sera pas totalement et il s’en sort bien avec un simple avertissement après avoir découpé l’attaquant lyonnais. Sa seconde période est en revanche bien plus compliquée, entre manque de chance et manque de concentration quand il remet par exemple le ballon dans la course de Terrier pour le 3-1. S’il va tenter de se relancer dans ce match après ce coup du sort, il va continuer à souffrir et ne se montre pas vraiment serein en de nombreuses circonstances. Le fait qu’il soit sursollicité ne l’aide pas non plus mais l’impression laissée est vraiment mitigée. Déjà auteur d’une grosse erreur à Nantes en milieu de semaine, sa première période avait laissé penser qu’il avait bien réagi mais le reste de son match contredit largement cette thèse.

Kurzawa : Opposé au jeune prodige Rayan Cherki, le latéral gauche n’a pas hésité à lui mettre la pression physiquement et il l’a dans l’ensemble largement dominé, même si le Lyonnais lui a échappé une fois dans son dos en début de rencontre. Outre ce duel bien géré, il a aussi signé des retours importants en première période et se montre franchement concentré. Il est en revanche bien plus en difficulté face à Toko Ekambi, ce dernier partant dans son dos à plusieurs reprises et notamment sur le but du 3-2 où Kurzawa le laisse filer au départ de l’action. Offensivement, il aura bien dosé ses montées et se sera montré très propre dans ses transmissions. Si le match s’était arrêté à la 55e, sa prestation aurait été pratiquement parfaite mais il a malheureusement pour lui parfaitement symbolisé le temps faible parisien autour de l’heure de jeu.

Gueye : Très vite entré dans son match avec une activité défensive qui fait immédiatement du bien, il va bien illustrer la montée en puissance parisienne après 20 minutes et se montre alors aussi intéressant dans les transmissions et les combinaisons, son activité générale faisant très mal à l’OL. Moins en vue en début de seconde période quand Lyon saute régulièrement le milieu de terrain, il revient peu à peu au cœur des débats et finit très fort la partie, se montrant toujours aussi précieux pour couper les contres et ramener le ballon vers l’avant. Sa belle forme du moment se confirme en tout cas, en témoignent ses courses intensives jusque dans les dernières secondes de la partie.

Verratti : Gêné par le marquage individuel auquel il était soumis et ciblé par le pressing adverse, le petit Italien va mettre un certain temps à rentrer dans la rencontre et ce n’est qu’après une vingtaine de minutes qu'il retrouve son importance dans l’orientation du jeu parisien, délivrant une seconde partie de première mi-temps tout à fait remarquable. Comme Gueye, il perd un peu en influence en début de seconde période mais ne la retrouve finalement pas totalement. Défensivement, il a fait preuve d’une belle activité, se montrant vif au pressing et toujours aussi accrocheur dans les duels. Mais avec deux débuts de mi-temps compliqués, il est dur de parler d’un bon match pour le milieu de terrain, habitué à faire mieux. 

Di Maria : En l’absence de Neymar, il était attendu et Di Maria va tout simplement enflammer le match à lui seul en première période. Dans une position très axiale la plupart du temps, il perce de façon folle et donne un ballon de but à Mbappé avant de s’occuper tout seul de l’ouverture du score d’une action individuelle superbe. Son placement va rester un mystère pour l’OL durant toute la première mi-temps et Di Maria va se régaler des nombreux ballons qui vont lui donner ses partenaires, en faisant très souvent bon usage. Dans l’ensemble moins en vue après la pause, il signe malgré toute une belle passe décisive à destination de Cavani au moment de boucler le match.

Paredes l’a remplacé pour les dernières secondes, le temps de se faire découper par un joueur lyonnais et de rappeler à Marcelo qu’on ne touche pas à Mbappé.

Draxler : Titulaire surprise sur le côté gauche, il va avoir un peu de mal à trouver sa place en début de rencontre et il se montre bien plus intéressant quand il s’insère au cœur du jeu et combine avec ses partenaires, offrant régulièrement un appui intérieur intéressant. Il y parvient régulièrement, notamment dans le temps fort parisien de la première période, et est plutôt intéressant après la pause, notamment dans sa relation avec Mbappé qui débouche notamment sur le but du 3-0. Il est malheureusement de plus en plus facultatif défensivement et c’est lui qui perd la balle et offre un boulevard en contre pour le but du 3-2. Peut-être fatigué et en manque de rythme alors qu’il a peu joué dernièrement, il sort peu après.

Sarabia l’a remplacé et il va signer une excellente entrée. Pratiquement passeur décisif d’entrée, il se montre très vite dans le ton d’un match intense et il va être souvent juste dans ses passes. Il provoque aussi un penalty étrangement non accordé et va également solliciter Lopes d’une belle frappe. En une demi-heure à peine, cela fait un sacré bilan.

Mbappé : Toujours entre le côté gauche et l’axe pour attaquer, sa vitesse met immédiatement en difficulté la défense lyonnaise mais il va gâcher ses deux premières cartouches, avec un duel mal géré face à Marcelo et une frappe trop sur Lopes. L’occasion suivante sera la bonne et il est clinique sur le 2-0 avant d’être aussi à la base du troisième but. Plus dans l’axe en fin de partie, il est tout aussi redoutable même si ses percées ne vont pas toujours être couronnées de succès. Après avoir touché la barre sur un nouveau duel avec Lopes, c’est lui qui décale parfaitement Di Maria pour le but du break. Dans l’ensemble, il a signé une bonne performance avec de l’apport dans pratiquement tous les domaines.

Icardi : Son but chanceux à Nantes ne l’aura finalement pas tellement relancé et on a retrouvé le Icardi qui manque de spontanéité devant les buts à quelques reprises. Malheureusement pour lui, son but superbe d’un ballon piqué est refusé pour un hors-jeu bien réel, de même que celui qu’il offre à Mbappé jsute après. Très volontaire dans le jeu et rempli de bonne volonté dans ses déplacements malgré un certain isolement en attaque, il s’arrache ainsi pour servir Meunier sur le but du 2-0 mais va complètement disparaître après la pause, et ce jusqu’à sa sortie. Au final, son match est donc plutôt pauvre.

Cavani l’a remplacé et le Matador a marqué d’entrée d’une frappe puissante et bien placée, un but qui lui tenait visiblement à cœur vu l'intense célébration qui a suivie. Ce ne sera pas la seule bonne action de l’Uruguayen, apparu affûté physiquement et pas maladroit dans le jeu.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

mercredi 19 février

mardi 18 février

lundi 17 février

dimanche 16 février

samedi 15 février

vendredi 14 février

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux