Article 

Rabiot prend rendez vous

Publié le mercredi 16 novembre 2016 à 11:26 par Amezienne Rehaz
Titulaire face à la Côte d'Ivoire, Adrien Rabiot a connu sa première sélection ce soir. Et au vu de sa première mi-temps, on devrait le revoir.

Il y a ceux qui débutent leur première sélection par un doublé et qui restent dans la légende. Zinedine Zidane est l'un d'eux. Il y a aussi les autres qui marquent le coup lors de leur première rencontre avec le maillot frappé du coq mais qui tombent aux oubliettes par la suite. Marvin Martin s'en souvient encore. Contre la Côte d'Ivoire, Rabiot n'a pas marqué mais il a montré de belles choses. De quoi lui assurer un avenir en Bleu ? La route est longue mais dans son cas, elle semble devenir de plus en plus tracée, semaine après semaine.

Aligné dans un milieu à trois, à gauche du trident, Rabiot a commencé fort. Celui qu'Ancelotti a lancé en 2012 avec le PSG ne semblait avoir aucune pression, équipe de France ou pas. Un pressing haut sur les défenseurs adverses et une tête sur un corner de Payet qui passe de peu à côté (2e). De quoi le rassurer. Sur ses prises de balle, Rabiot a montré qu'il avait le niveau international. Sa protection du cuir est souvent délicieuse et son aisance technique a permis aux Bleus de tenir le ballon et de se créer les plus grosses occasions en première mi-temps, bien aidé par ses deux comparses du soir Kanté et Pogba.

En seconde mi-temps, Deschamps est repassé dans son fameux 4-4-2 à la mode actuellement. Rabiot s'est de fait retrouvé à côte de Kanté, couvert par Moussa Sissoko dans le couloir droit. Dans une seconde mi-temps sans rythme et aux multiples changements, Rabiot a eu plus de mal à émerger perdant même des ballons dans des situations dangereuses. C'était sans doute un signe : à la 76e, contraint de défendre, il s'arrête net et se tient la cuisse gauche. «Cette blessure je ne la comprends pas, il n'y avait pas de signe particulier mais c'est venu comme ça», s'exprimait-il après la rencontre. Rouge de rage, il laisse sa place à Lemar, lui aussi néophyte à ce niveau, et s'en allait se faire soigner aux vestiaires.

Avant ça, il avait touché 91 ballons et confirmé que dorénavant, on pouvait compter sur lui. À Paris, derrière sa télévision, Unai Emery grimace déjà. Dans une semaine c'est Arsenal. Et avec un international de moins dans son groupe, il perd beaucoup. Plus qu'un joueur, c'est un jeune homme qui surfe sur une dynamique incroyable depuis quelques mois qui pourrait manquer au PSG.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 


News 

dimanche 07 mars

samedi 06 mars

vendredi 05 mars

jeudi 04 mars

mercredi 03 mars

mardi 02 mars

lundi 01 mars

dimanche 28 février

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux