Article 

Ecart Sarabia/Mbappé, passes clés et corners, Bordeaux/PSG (0-1) en 3 stats

Publié le samedi 28 septembre 2019 à 21:11 par Thibaut Brossard
Le PSG a signé une courte mais très méritée victoire sur la pelouse de Bordeaux ce samedi. Retour sur le match en trois statistiques parlantes : l'écart de performance entre Sarabia et Di Maria, le nombre de passes clés et celui des corners.

L’impact de Mbappé par rapport à Sarabia

Mbappé en 30 minutes a touché plus de ballons que Sarabia en 60 : 32 à 30. Certes, après l’ouverture du score (à la 70ème), les Bordelais ont laissé plus d’espaces, mais la différence est très nette entre les deux joueurs. Et elle en dit autant sur les difficultés, croissantes, de Sarabia à peser sur le jeu parisien, que sur l’impact qu’à su mettre le génie français aussitôt entré sur le terrain.

Les stats au tir sont éloquentes des différences qu’a su faire Mbappé : 5 frappes, dont 3 cadrées, alors qu’avec le double de temps de jeu l’Espagnol n’a frappé qu’une fois au but, à côté de la cage de Costil et dès les premières minutes de jeu.

Malgré l’écart de temps de présence, ils ont réalisé autant de passes chacun (22) mais, là encore, les stats du Français sont meilleures puisqu’il n’en a raté que 3, contre 6 pour l’Espagnol. On relève également 2 passes clés (dont 1 passe décisive) pour Mbappé, contre une seule pour Sarabia.

Logiquement Mbappé a plus de dribbles à son actif (4 à 1) mais avec pas mal de déchets (1 seul réussi).

Bref, l’impact de l’entrée du Français sur le jeu est impressionnant, surtout comparativement aux difficultés affichées par Sarabia. On l’a dit, cet écart dans les stats est favorisé par les risques pris par les Bordelais après l’ouverture du score, mais ce but est lui aussi venu d’une action décisive de Mbappé, qui avait vraiment faim de ballons après plusieurs semaines sans match.

17 passes clés, record de la saison

Avec 17 passes clés, c’est-à-dire des passes amenant un tir, le PSG a réussi son plus haut score de la saison sur cet indicateur statistique. La meilleure performance jusque-là était de 16 lors de la victoire à Lyon, mais surtout, les hommes de Thomas Tuchel restaient sur une bien mauvaise soirée face à Reims, y compris dans cette catégorie statistique (8 passes clés seulement). Leur moyenne de la saison (9.7) est largement dépassée. Le meilleur total de la saison dernière était de 20 (face à Guingamp).

Signalons également le beau ratio entre les passes clés (17) et les tirs (21) : 81 %, alors qu’en moyenne cette saison, le pourcentage était de 67 %. Cela traduit une volonté de chercher à mettre le partenaire dans les meilleures dispositions pour frapper au but, plutôt que de privilégier l’exploit individuel.

7 Parisiens ont contribué à ce beau total :

Au rayon des individualités, on retiendra en premier lieu les 4 passes clés de Verratti. L’Italien n’avait pas atteint un tel score depuis un soir de février 2019 (face à Nîmes) et sa moyenne en Ligue 1 depuis le début de saison n’était que de 1.2 par match.

A égalité avec Verratti, Meunier s’est également distingué avec 4 key passes. C’est plus en un seul match que son total cumulé de la saison (3) et c’est son meilleur total sur un match de ses trois dernières saisons.

Gueye, quant à lui, affiche un total impressionnant de 10 passes clés lors des trois derniers matches disputés (3 face à Madrid, 4 à Lyon). Aucun Parisien n’a fait mieux sur la période. Enfin, signalons la 2ème passe clé de Diallo de la saison, après une magnifique chevauchée qui l’a vu servir Mbappé pour la frappe.

Les Girondins, de leur côté, n’ont frappé que 4 fois au but et ne sont crédités que d’une seule passe clé (De Préville). Il s’agit du plus faible total pour un adversaire du PSG cette saison (en moyenne, le PSG a concédé 6.4 passes clés, et notamment 11 lors de la rencontre précédente face à Reims.

9 corners à 0

Deux constats peuvent être faits sur les corners de ce Bordeaux-PSG. Si l’on commence par le côté positif, on retiendra que c’est la première fois de la saison que les Parisiens ne concèdent aucun corner (moyenne de 3.6 corners concédés en Ligue 1). C’est assez révélateur du peu de danger apporté par les Girondins dans le camp parisien.

Le côté négatif maintenant : aucun des 9 corners obtenus par le PSG n’a véritablement créé de danger dans la défense bordelaise. Whoscored considère que 22 % de ces corners ont touché un parisien, soit 2 sur les 9. C’est très peu. Et c’est dommage de parvenir à se procurer des situations potentiellement dangereuses et ne pas les exploiter. Difficile d’incriminer plus les tireurs ((Neymar 5 fois et Di Maria 3) que les réceptionneurs, même si les tentatives de l’Argentin ont toutes été plus ou moins manquées. Tuchel et son staff ont un axe de travail évident dans ce domaine puisqu’après un bon début de saison (4 buts sur coups de pied arrêtés après 4 matches), les Parisiens marquent désormais clairement le pas (aucun but sur phase arrêtée lors des 4 derniers matches).

L’homme du match : Neymar Jr

Avec une évaluation de 8.20 selon le site spécialisé Whoscored, Neymar Jr devance Verratti (7.81) et Thiago Silva (7.53). Le gardien toulousain Benoit Costil est lui crédité de 7.48.

C’est la troisième fois (en 4 matches disputés) que le Brésilien remporte cette distinction symbolique. C’est aussi la troisième fois de la saison qu’il est l’unique buteur de la rencontre. Il n’aura cette fois pas attendu les toutes dernières minutes (87ème à Lyon), voire secondes (arrêts de jeu contre Strasbourg) du match pour délivrer les siens (70ème). Son but est également plus simple que les précédents (très beau service de Mbappé) mais il permet d’empocher de nouveau trois points et de rester en tête du championnat.

Positionné à la pointe de l’attaque, Neymar n’a pas perdu de son influence sur le jeu parisien : il a touché un tout petit peu moins de ballons qu’à l’accoutumée (81 contre une moyenne à 92) mais s’est montré le Parisien le plus dangereux (jusqu’à l’entrée de son compère Mbappé). Il a en effet frappé 6 fois au but (plus haut total du match), réussi 5 dribbles sur 8 (plus hauts totaux du match), délivré 2 passes clés, et même réussi deux tacles !

Il a certes connu un peu de déchet dans ses passes (35 sur 48, soit 73 %) alors qu’il tournait à 81 % de réussite jusque-là. Mais son positionnement axial est probablement en cause tant la densité de défenseurs est plus importante dans cette partie du terrain.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 10 août

dimanche 09 août

samedi 08 août

vendredi 07 août

jeudi 06 août

mercredi 05 août

mardi 04 août

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux