Article 

Pas aidé par sa défense, Keylor Navas est plus sollicité et moins performant en 2020

Publié le dimanche 16 février 2020 à 13:32 par Thibaut Brossard
Le match nul du PSG à Amiens a malheureusement confirmé une tendance des dernières semaines : Keylor Navas est de plus en plus sollicité et il fait moins d'arrêts. Le gardien costaricien n'est toutefois pas aidé par les nombreux changements qui surviennent en permanence devant lui.

Si le PSG a fait match nul 4-4 à Amiens, les « expected goals » produits par le site understat.com sont assez nettement favorables aux Parisiens : 3.45 contre 1.51 pour Amiens. Les joueurs de Thomas Tuchel ont marqué 4 buts, ce qui est légèrement supérieur à ce qui était attendu compte tenu des positions de tirs (même avec Cavani à 1.37 « buts attendus » pour 0 marqué…), mais ils en ont encaissé beaucoup plus qu’ils « n’auraient dû ».

Le staff technique du PSG ne manquera pas d’analyser les erreurs, individuelles et collectives, qui ont conduit à encaisser 4 buts face à l’une des plus mauvaises attaques de Ligue 1. Nous nous sommes pour notre part penchés sur deux données : la baisse d’efficacité de Keylor Navas et le turnover défensif. Déjà pas irréprochable face à Lyon (4-2), le gardien costaricien, sans être totalement fautif, n’a pas été décisif sur les frappes amiénoises puisque Guirassy and co n’ont eu besoin de cadrer que 5 tirs pour inscrire 4 buts. L’ancien Madrilène nous avait habitués à beaucoup mieux depuis le début de saison.

Une baisse de performance bien visible en chiffres

La preuve en chiffres et en graphique : lors des 18 premiers matches de l’année (soit l’ensemble des matches disputés par Navas en Ligue 1 et Champions League en 2019 avec le PSG), il a stoppé ou détourné 85 % des tirs adverses. Ce taux dégringole à 58 % sur les 7 matches de l’année 2020, soit à partir de la double confrontation face à Monaco.

On remarquera au passage que sur la période le nombre de tirs cadrés adverses a considérablement augmenté puisqu’il est passé de 2.9/match sur 2019 à 3.7 en 2020. Et encore sans les 12 tirs du Real Madrid, cette moyenne du début de saison serait encore plus basse (2.3) et l’écart avec le début d’année civile 2020 encore plus important.

Mais là où on aurait pu s’attendre à ce que le gardien expérimenté qu’est Navas continue d’afficher un bon ratio d’arrêts, le sien a lourdement baissé. Il a donc encaissé 11 buts lors des 7 dernières rencontres de Ligue 1, soit 1.6 par match, contre 9 lors des 18 premières parties disputées (Ligue 1 et Ligue des Champions confondues), soit 0.5 par match.

Navas de plus en plus abandonné par une défense qui change beaucoup

Il est cependant difficile d’incriminer totalement le gardien parisien tant il donne l’impression d’être bien moins protégé par sa défense ces derniers temps. Et le turnover, principalement imposé par les nombreuses blessures des défenseurs centraux parisiens, n’y est sans doute pas étranger. Le coach allemand a en effet aligné face à Amiens sa 9ème charnière centrale différente (Thiago Silva-Kouassi) au coup d’envoi d’une rencontre (si l’on ne compte que la Ligue 1 et la Ligue des Champions).

L’effectif parisien est certes pléthorique à ce poste mais c’est un chiffre exceptionnellement haut. Une défense centrale a besoin de repères, entre les joueurs qui la composent, mais aussi et surtout avec les autres, en particulier son gardien. Or, si la charnière titulaire (Thiago Silva-Kimpembe) a donné des gages d’efficacité en étant alignée régulièrement ensemble (11 victoires et 1 nul, 4 buts encaissés), les autres binômes temporaires ont souvent failli. Cela avait déjà été le cas pour les duos Diallo-Kimpembe contre Reims (défaite 0-2) ou encore Marquinhos-Kimpembe à Dijon (défaite 2-1). Les 3 buts encaissés en première mi-temps (une première depuis 2012 ! ) par la défense centrale Thiago Silva-Kouassi ne font que confirmer que ce secteur nécessite d’être travaillé dans le temps et, que, même en Ligue 1, les approximations défensives peuvent se payer cher.

En outre, le turnover à Amiens n’a pas concerné seulement la défense centrale mais toute l’arrière-garde parisienne puisqu’Herrera y jouait son 2ème match en tant que latéral droit et que Bakker disputait ses premières minutes dans notre championnat. A tel point que le PSG a déjà utilisé 31 joueurs cette saison en Ligue 1, contre 30 en tout la saison dernière et 28 en 2017-2018. A titre de comparaison, dans leurs championnats respectifs, Liverpool et la Juventus en sont à 23, le Real et le Bayern à 24 joueurs utilisés seulement.

Le PSG, en ne comptant que les compositions d’équipe au départ des rencontres, en championnat et coupe d’Europe uniquement, a pour sa part utilisé pas moins de 6 arrières droits différents (Meunier, Dagba, Kehrer, Mbe Soh, Herrera et Kurzawa) et 4 arrières gauches (Bernat, Kurzawa, Diallo, Bakker). Cette forte instabilité, sans parler des expérimentations au milieu de terrain, pèse forcément sur la moyenne de buts pris.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

samedi 08 août

vendredi 07 août

jeudi 06 août

mercredi 05 août

mardi 04 août

lundi 03 août

dimanche 02 août

samedi 01 août

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux