Article 

Le président du CUP explique son court passage en garde à vue

Publié le samedi 22 avril 2017 à 16:31 par Philippe Goguet
De nombreuses rumeurs ont entouré ces dernières heures le président du Collectif Ultras Paris, accusé d'avoir participé à une bagarre en marge de Troyes/Reims. Il a expliqué au Parisien ce qu'il s'est réellement passé et pourquoi il est passé en garde à vue, en ressortant libre.

Le président du Collectif Ultras Paris (CUP) Romain Mabille s'est retrouvé dans l'actualité judiciaire ce samedi suite à la publication d'une information du journal L'Equipe selon laquelle il avait été mis en garde à vue ce vendredi dans une affaire de violences volontaires. D'après le quotidien sportif, il était accusé par la police d'avoir participé aux côté de supporters troyens à une bagarre contre leurs homologues de Reims le 16 avril dernier, les deux clubs étant opposés ce jour-là. Quelques autres supporters parisiens issus du CUP étaient aussi impliqués dans cette affaire. 

Après de nombreuses rumeurs ce matin concernant la garde à vue effectuée dans cette affaire, le prinicipal intéressé a donné sa version des faits au journal Le Parisien :  «J’ai été convoqué, je suis arrivé à 10 heures et je suis reparti à 17 heures. J’ai été placé en garde à vue pendant le temps de cette audition, parce que c’est la procédure, mais comme il n’y avait rien contre moi, ils m’ont laissé partir. J’ai expliqué que je n’avais rien à voir avec là-dedans. On cite mon nom dans plusieurs histoires alors que je n’y suis pour rien.»

Pour l'heure, il est donc totalement libre et va continuer de diriger le Collectif Ultras Paris comme il l'a expliqué : «Je reste président et je vais continuer à participer comme d’habitude. Il n’y a aucune raison que ça change.»

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

Aujourd'hui

mercredi 21 octobre

mardi 20 octobre

lundi 19 octobre

dimanche 18 octobre

samedi 17 octobre

vendredi 16 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux