Article 

Neymar, Mbappé, Messi, Icardi, etc, la conf' de Pochettino avant PSG/Leipzig

Publié le lundi 18 octobre 2021 à 19:42 par Fouzia
A la veille de PSG/Leipzig, c'est un Mauricio Pochettino très tourné vers la rencontre du lendemain, pour laquelle il sera privé de nombreux joueurs, qui était face à la presse. Il a notamment été question du cas Neymar, de Verratti et de son positionnement, des soucis d'Icardi ou encore de l'adaptation de Messi.

Neymar est forfait donc l'intégration du jeu collectif prend encore du retard avec son absence. C'est difficile ?

« La priorité est toujours la santé des joueurs, en l'occurrence de Neymar ici qui a un petit souci. Ce n'est pas grand-chose mais nous espérons que ça ne le tiendra pas éloigné du groupe plus de quelques jours et qu’il pourra être de retour parmi nous le plus rapidement possible. »

Vous avez toujours dit que vous vous testiez des choses au fur et à mesure que la compétition avançait. Vous avez difficilement obtenu un résultat contre City, vous avez souffert en Bretagne. Pensez-vous que ces résultats sont un peu un retour en arrière ?

« Lors de notre dernier match, nous avons gagné contre Angers donc le match en Bretagne (défaite contre Rennes, N.D.L.R.) est déjà oublié. Et compte tenu des obligations internationales, avec des joueurs qui ont joué trois matchs, ça cause forcément des problèmes. Il est évident que l’intégration et le temps pour s’entraîner ne sont pas là où ils devraient être, c’est-à-dire ici, au club. Petit à petit, nous appliquerons nos idées et avec le temps, je suis sûr que cette équipe fonctionnera du mieux possible. »

Mauro Icardi est absent pour raisons personnelles. Est-il définitivement forfait pour le match ?

« Mauro, en raison de problèmes personnels, n'a pas pu s'entraîner aujourd'hui. Il est sur la liste pour demain. Nous verrons ce soir quand il sera là. Nous analyserons la situation et verrons s'il peut être dans le groupe ou non. »

Quand on connaît le statut de joueurs comme Messi, Mbappé ou Neymar (qui sera malheureusement absent demain) est-ce difficile pour vous en tant que coach de les sortir en cours de match quand ils ne sont pas blessés ?

« (Il répond avec une pointe de sarcasme) Nous parlons des meilleurs joueurs du monde. Pourquoi devrions-nous penser à les sortir ? Il n’y a aucune logique à ce raisonnement. »

Depuis le début de la saison, Neymar tire les pénalties, Messi les coups-francs. Y a t-il une hiérarchie sur les coups de pieds arrêtés ? Des tireurs désignés à l’avance dans l’ordre “1, 2, 3” ? 

« Nous sommes trop expérimentés pour ne pas savoir que nous parlons de joueurs du plus haut niveau et qu’entre eux, il y a une communication et un ressenti selon les moments. Il est évident que chacun d’entre eux a la capacité de tirer sur le moment, en fonction de l’action. Ils prennent la décision entre eux selon la situation. Il n’y a pas besoin d’établir une hiérarchie, d’arrêter une décision ou de définir un ordre numérique lorsque l’on parle des meilleurs joueurs du monde. Ca paraît évident pour nous mais je comprends en tout cas que ce soit difficile à comprendre pour vous. »

Par rapport au bon match contre Manchester City, j’imagine que vous auriez aimé avoir davantage la possession de balle malgré tous les points positifs ce jour-là. Demain, vous jouez contre Leipzig qui a perdu ses deux premiers matchs, qui doit donc gagner et qui a des attaquants internationaux. En termes de jeu, celui de Leipzig semble plaire aux observateurs. Ça convient également au PSG ? Comment voyez-vous le scénario du match contre une équipe qui se doit de gagner ?

« Tout comme Leipzig, nous avons besoin de la victoire. Nous devons gagner parce que nous voulons les trois points pour rester à la tête du classement. C’est clair que Leipzig est une équipe qui a beaucoup d’énergie et des joueurs de grande qualité offensivement, une équipe agressive qui viendra chercher un résultat au-delà de leur impératif qui est évident. De toute façon, nous devons dérouler notre jeu. Nous savons que nous devrons passer par des moments où nous devrons avoir une très bonne organisation défensive, être compacts et travailler. Et quand nous aurons la possession, il faudra la gérer intelligemment, surtout pour qu’en cas de perte, nous soyons toujours dans une zone ou une situation qui favorisent ensuite la récupération et pour que ces transitions qu’ils ont avec ce jeu rapide direct, ne nous créent pas de problèmes. Je crois que ce sera une rencontre où notre possession, notre manière de perdre le ballon et notre façon de finir les actions seront déterminantes dans la physionomie du match. »

Contre Angers, Mbappé a été décisif notamment sur le but dans les dernières minutes. Est-ce que chaque marque d’affection des supporters est un pas supplémentaire pour le convaincre de rester à Paris ?

« Ma réponse importe peu ici. C’est une question pour Kylian et seul lui a la réponse. Je ne peux pas répondre à sa place. »

A quel niveau d’adaptation se trouve Messi à l’instant T : toujours en cours d’adaptation ou complètement intégré au sein de ses coéquipiers. Comment est-il au niveau personnel et footballistique ? Comment l’absence de Neymar va-t-elle affecter le jeu de Messi demain ?

« Leo brille de sa propre lumière. C'est un joueur qui a brillé à Barcelone, qui brille en sélection argentine et au Paris Saint-Germain par lui-même. Il est complètement intégré, c'est un joueur avec une intelligence et une capacité d'adaptation du plus haut niveau. Il est beaucoup plus tranquille avec le temps et l'expérience accumulée depuis quelques mois déjà qu'il est dans ce club et dans cette ville. Nous sommes satisfaits, contents. Et lui est très heureux d’être ici à Paris. Nous espérons que tout se passera aussi naturellement que possible, qu'il performera comme il l’espère et comme nous l’espérons nous. Je n'ai aucun doute que ça se passera ainsi. »

Navas n’est plus blessé visiblement, on l’a vu s’entraîner aujourd’hui. Etiez-vous dans une réflexion de faire jouer davantage Donnarumma qu’en début de saison ?

« Non, je n’ai pas encore décidé de celui qui jouera. (Il marque une pause et se corrige) Ou plutôt, j’ai déjà décidé mais je ne le communiquerai pas avant demain. Je préfère ne pas altérer la vérité. »

Vous avez dit que la possession serait déterminante dans ce match. Contre City, Verratti avait joué dans un rôle de sentinelle pour aider à sortir du pressing. Demain, on peut s’attendre à plus de possession du PSG.  Verratti sera-t-il positionné plus haut sur le terrain ?

« Depuis notre arrivée il y a quelques mois, en janvier, peu importe la position dans laquelle nous avons utilisé Marco, c’est toujours la même question qui revient : pourquoi il joue plus haut ou plus bas ? Et s’il joue haut, pourquoi plus sur le côté gauche que sur le côté droit. Avec notre connaissance actuelle du joueur, notre communication avec lui et notre relation avec lui, nous pensons qu’il est toujours bon de connaître le ressenti du joueur. Je crois que la position dans laquelle a joué Marco contre City est la meilleure évolution pour l’équipe et la meilleure situation pour qu’il puisse livrer la meilleure version de lui-même et apporter (à l’équipe). C’est un poste auquel il a déjà joué, quand il était plus jeune, en Italie, et qu’il peut encore occuper. Le plus important, et vous le savez aussi vous qui le connaissez, est de l’avoir sur le terrain. Ensuite, nous décidons de sa position selon ce qui convient le mieux à l’équipe, ce qui l’aidera le plus. »

Question globale sur le jeu de votre équipe : pensez-vous avoir instauré une vraie patte, une identité dans le jeu, ou qu’il faudra encore du temps avec des choses à améliorer ?

« De notre point de vue, je pense qu'il y a une philosophie, une méthodologie, une façon de travailler très claire et évidente et je crois que ça se voit. Au-delà de tout ça, il faut également analyser les circonstances, les particularités et les réalités que nous avons vécues depuis janvier pour voir un peu l'évolution, et la manière dont le projet évolue. Concernant la façon dont il évolue dans le temps depuis notre arrivée, nous sommes très satisfaits de beaucoup de choses qui sont peut-être invisibles à l'œil nu mais qui sont très claires et évidentes, et que nous réalisons très bien. Avec le temps et le contexte, je suis sûr que nous allons nous améliorer.

Nous avons une équipe de grand talent qui travaille dans de telles conditions et dans une telle complexité pour arriver au jeu que nous souhaitons développer qu’il faudra du temps, comme pour toutes les autres équipes, les grandes équipes. Par exemple, dans le cas de Manchester City, il a un travail de près de 6 ans. Dans d’autres clubs aussi. Dans le cas de Manchester United, à l’époque, Ferguson a passé 25 ans à travailler et il a dû attendre sa septième saison pour remporter un titre. Finalement, c'est vrai que le Paris Saint Germain est un projet complètement différent mais les circonstances sont similaires à celles de beaucoup de clubs où l’intégration et l’évolution sont complexes à mettre en place. Nous y travaillons et nous sommes satisfaits de la manière dont les choses évoluent. (Il sourit et complète) Un jour, nous écrirons un livre pour expliquer la vérité. »

Pourquoi Neymar s’est entraîné aujourd’hui s’il avait mal aux adducteurs ?

« Bon, je vous explique : la disponibilité des joueurs à l’entraînement est déterminée, non pas par le staff technique mais par le staff médical directement. S’il nous dit qu'un certain joueur ne peut pas s'entraîner, alors il ne s'entraînera pas avec le groupe. Il décide qui peut s’entraîner ou non. En tant que staff technique, nous soutenons toujours à 100 % les décisions de l’équipe médicale parce qu’en ce qui concerne la santé, nous ne sommes pas en mesure de juger, d'analyser ou de prendre des décisions.

Le joueur (Neymar, N.D.L.R.) était apte à s'entraîner, il s’est entraîné, et dans la dernière phase (de l’entraînement), il a ressenti une gêne à la cuisse qui l'empêchait de participer à la partie tactique de la préparation du match. L’évaluation médicale qui a suivi a révélé qu’il n’était pas en mesure de figurer dans le groupe de demain. Ce n’était pas ma décision, je ne prends pas ce type de décisions. Nous prenons toujours les décisions en réunion. 

Pour que vous compreniez comment nous travaillons, il faut que je vous explique : nous avons une réunion quotidienne une heure avant l'entraînement où sont présentes les staffs médical, performance et technique. Nous analysons le cas de chaque joueur individuellement et chaque fois qu'un joueur entre sur le terrain, c'est toujours avec l’autorisation médicale. Nous ne laissons aucun joueur s’entraîner sans ce feu vert médical. Nous avons avant tout le respect de l’être humain avant même celui du footballeur ou du professionnel, que nous avons aussi, mais nous ne jouons pas avec la santé de nos joueurs. »

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

dimanche 28 novembre

samedi 27 novembre

vendredi 26 novembre

jeudi 25 novembre

mercredi 24 novembre

mardi 23 novembre

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux