Article 

Le PSG, roi de l'instabilité dans ses compositions

Publié le samedi 15 janvier 2022 à 9:59 par Maxence Venot
Depuis le 21 décembre 2019, le PSG a joué 111 matchs et a proposé 111 compositions de départ différentes. Si plusieurs raisons expliquent cette instabilité, le cas parisien reste unique parmi les grands d'Europe.

Le PSG et Mauricio Pochettino sont remplis d'incertitudes. Si l'entraîneur argentin se demande s'il sera encore sur le banc parisien la saison prochaine ; le club de la capitale, lui, s'inquiète de savoir si la totalité de ses stars seront présentes pour affronter le Real Madrid lors des huitièmes de finale de Ligue des Champions dans les semaines à venir. Pourtant, le club parisien souffre d'une grande instabilité, puisqu'il n'a jamais aligné le même onze lors des 111 dernières rencontres dirigées par Thomas Tuchel puis par Mauricio Pochettino.

Avant le PSG déjà, les deux entraîneurs n'ont jamais été des grands adeptes de la stabilité. Comme l'écrivait le quotidien Ouest-France il y a quelques mois, le coach argentin n'avait aligné que deux fois la même composition lors de ses 55 derniers matchs avec Tottenham, même constat pour le technicien allemand depuis son arrivée à Chelsea il y a un peu moins d'un an. 

Si depuis le 21 décembre 2019, le Paris Saint-Germain n'a jamais aligné deux fois le même onze de départ, il a utilisé 43 titulaires différents. Seuls sept joueurs ont démarré au moins la moitié de ces 111 rencontres jouées. Des chiffres qui paraissent hallucinants à côté de la stabilité de certains grands clubs européens comme le Real Madrid, Manchester City ou encore le Bayern Munich. Mais alors pourquoi le PSG n'y parvient pas ?

Un mercato rarement calme

Depuis l'arrivée de Qatar Sports Investments à la tête du club en 2011, le PSG a pour habitude d'être très actif lors des périodes de transferts. Depuis le 21 décembre 2019, soit trois mercatos hivernaux et deux estivaux, le club parisien a effectué 21 transferts dans le sens des arrivées comme des départs, et voit donc son effectif changer chaque saison. Par exemple, rien que l'été dernier, sept joueurs ont rejoint l'équipe francilienne ; tel Gianluigi Donnarumma, venu rajouter une concurrence dans les buts face à Keylor Navas. L'effectif pléthorique parisien facilite donc une rotation des joueurs pour Thomas Tuchel anciennement et Mauricio Pochettino actuellement, mais rend compliquée une possible stabilité.

Des blessures récurrentes

Souvenez-vous, c'était l'un des points de discordance entre le PSG et Thomas Tuchel avant son départ. L'entraîneur allemand se plaignait souvent du nombre de blessés au sein de son groupe. Les choses ont peu changé et Mauricio Pochettino se retrouve souvent, même très souvent, avec plusieurs joueurs forfaits. Les blessures récurrentes de certains éléments forts de l'équipe, considérés comme des cadres, tels que Marco Verratti ou Neymar ne facilitent pas la tâche. Depuis décembre 2019, le milieu italien a connu douze blessures et a été indisponible pendant 194 jours ; le numéro 10 brésilien, lui, a été blessé à six reprises et a manqué 168 jours.

Le Covid-19 n'arrange rien

Depuis quelques mois désormais, le virus complique un peu plus la situation du Paris Saint-Germain. Plusieurs joueurs ont été à tour de rôle infectés et ont manqué, au minimum, une semaine de compétition à chaque fois, soit deux matchs environ dans le calendrier du PSG. La nouvelle année ne s'annonce guère mieux. Par exemple, depuis le début de 2022, soit il y a à peine quinze jours, déjà onze Parisiens ont été testés positifs : Messi, Di Maria, Donnarumma, Rico, Bitumazala, Kurzawa, Danilo, Bernat, Draxler, Gueye et Franchi. Parfois, certains ont même contracté le Covid-19 à plusieurs reprises - à l'image de Marco Verratti et ses trois infections.

Quid des grands clubs européens ?

Avant le choc à Lyon dimanche dernier marqué par une nouvelle composition d'équipe inédite, le quotidien suisse Le Temps a comparé ces chiffres avec trois autres grands clubs européens. Lors de ses 110 dernières rencontres, le Bayern a aligné 13 fois le même onze de départ, soit une stabilité sur 31 matchs (30 %). Manchester City et le Real Madrid font moins bien que le club allemand mais mieux que le PSG. Les Merengues ont renouvelé huit fois la même composition (sur 16 rencontres) tandis que les Skyblues l'ont fait six fois (sur 15 matchs).

En parallèle, si le PSG a aligné d'entrée 43 joueurs différents sur les 110 dernières rencontres, dont seulement sept ont démarré au moins la moitié ; Manchester City en a titularisé 38 (dont 13 à au moins 50 % de titularisations), le Bayern Munich 37 (dont 11) et le Real Madrid 33 (dont 9) rapporte le quotidien suisse. Pourtant, ces équipes ont un effectif quasiment aussi pléthorique que les Rouge et Bleu.

Point positif, le PSG semble moins instable en Ligue des Champions. Cette saison par exemple, Marquinhos et Nuno Mendes ont respectivement été titularisés à cinq et six reprises - contre seulement 63.64 % et 31.82 % des autres rencontres détaille Le Temps. À un mois du huitième de finale de Ligue des Champions, Mauricio Pochettino devrait commencer à chercher une certaine stabilité, puisqu'en face le Real Madrid de Carlo Ancelotti n'en manque pas et lui permet de performer dans cet exercice 2021/2022.


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.

News 

Aujourd'hui

dimanche 22 mai

samedi 21 mai

vendredi 20 mai

jeudi 19 mai

mercredi 18 mai

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux