Article 

Le match, sa foi en son équipe, Mbappé, Dortmund, etc, la conf' complète de Luis Enrique après Barça/PSG (1-4)

Publié le mercredi 17 avril 2024 à 1:27 par Arthur Verdelet
C'est un Luis Enrique forcément très heureux, mais loin de renier son passé catalan, qui s'est présenté en conférence de presse après Barça/PSG (1-4), offrant sa plus longue de la saison au passage. Il est forcément revenu sur le match, sur la façon dont il avait su guider ses troupes avant la partie mais aussi pendant, a commenté quelques performances individuelles puis donné son avis sur un tirage qui lui réserve un adversaire déjà croisé. Voici ses propos en intégralité, traduits par nos soins.

Bonsoir Luis Enrique, quel est votre sentiment après cette qualification pour les demi-finales de Ligue ds Champions ?

« Ça a été très difficile pour moi sur le plan émotionnel et sentimental »

« (Il prend du temps avant de répondre) Pfiou…. Que dire. Ça a été très difficile pour moi sur le plan émotionnel et sentimental. J’ai essayé de contrôler au maximum mes émotions, mais ça a été difficile. J’espère ne plus avoir à rejouer contre le Barça. Mais je suis très content. Je crois que l’équipe a mérité ce résultat. Nous avons entamé le match de manière spectaculaire. La première action barcelonaise avec ce débordement de Lamine Yamal a terminé en but. Comme à l’aller, nous ne méritions pas de prendre ce but, mais l’équipe a continué à jouer. Nous avons su très bien jouer sous pression.

Nos attaquants, Kylian (Mbappé), Bradley (Barcola) et Ous (Dembélé) ont bien travaillé et ont été exceptionnels. Bon, c’est pareil pour nos milieux et nos défenseurs. Nous avons joué le match que nous voulions. C’est clair que l’expulsion a été un facteur déterminant. Même si nous étions en supériorité numérique, il faut savoir jouer ce type de match sans commettre d’erreur. Je crois que ce résultat est juste. »

Vous avez réussi ce qu’aucun club français n’a fait avant en renversant la tendance de cette manière. Comment avez-vous vécu ce match très intense émotionnellement ?

« Je me devais de maintenir la croyance chez mes joueurs »

« Je vous l’avait dit hier. Non pas parce que j’ai une boule magique. Je le répète, mais, après avoir analysé le match aller, le résultat ne me paraissait vraiment pas juste. Nous aurions au moins mérité le match nul. Je savais qu’il allait se passer des choses et qu’il allait y avoir des buts. Je me devais de maintenir la croyance chez mes joueurs. Ils ont cru en nous. J’aurais aimé rester en Espagne, aller jouer les demi-finales à Madrid (contre l’Atlético, battu 4-2 par Dortmund). Mais on les connaît, ils ont terminé en tête de notre groupe. Je dédie cette victoire aux supporters et tout spécialement aux 3000 qui sont venus de Paris à Barcelone malgré le résultat négatif à l’aller. Ils ont eu la foi, eux aussi. »

Kylian Mbappé était attendu au tournant et a répondu présent avec son doublé. Est-ce la preuve qu’il est plus que jamais impliqué et Parisien jusqu'à la fin de la saison ?

« Il faut que vous revoyiez tous le pressing qu’a effectué Mbappé. Il a été le leader indiscutable de notre équipe. Il faut revoir ça, mais aussi ce qu’ont fait Ous' et Bradley. Ils ont permis que nous soyons en supériorité numérique pour presser leur ligne défensive. C’est le preuve qu’il est un leader d’exemple. Quand Kylian fait ça, nous sommes bien bien meilleurs. »

La gestion émotionnelle a parfois été le principal défaut du PSG ces dernières années. Vous avez affiché énormément d’ambition et de confiance. Comment avez-vous préparé mentalement votre équipe ?

« Nous pouvons bien ou mal jouer, mais nous aurons toujours cette cohésion »

« (Il acquiesce) Tout au long de la saison, et nous l’avons senti même dans les moments plus difficiles : nous sommes une équipe qui lutte et travaille. À chaque fois que nous avons évolué en infériorité numérique, nous avons su gagner les matches malgré tout. Nous pouvons bien ou mal jouer, mais nous aurons toujours cette cohésion. La relation entre l’équipe et les supporters est de plus en plus fidèle. 3000 d’entre eux sont venus malgré la défaite à l’aller. Ils s’attendaient tous à une remontée. Il faut profiter de la demi-finale et penser que grâce au soutien de nos supporters et nos performances, nous restons en vie dans trois compétitions (Ligue 1, Coupe de France et Ligue des champions) et avons de belles chances de l’emporter dans chacune d’entre elles. »

Vous allez retrouver Dortmund en demi-finale. Est-ce une surprise ou pas selon vous ?

« Rappelez-vous que nous étions dans le groupe de la mort, avec Newcastle, l’AC Milan et Dortmund justement. C’était le groupe le plus difficile de la compétition. Nous sommes tous les deux en demi-finale. Ça s’annonce être un autre match très difficile. Dortmund joue très bien au football. Mais nous allons avoir le temps pour préparer ce match. Nous devons d’abord profiter de cette victoire. Nous avons trois matches à jouer en Ligue 1 avant tout. »

(Luis Enrique salue un journaliste catalan qu’il vient de reconnaître et lui demande de ses nouvelles) Vous avez signé une « Remontada » mémorable en 2017 avant celle du soir. Laquelle vous a-t-elle procuré le plus d’émotions ? Que-ce que ça vous fait d’être « Señor Remontada » ?

« Ce serait stupide de ma part de choisir l’une ou l’autre de ces remontées »

« Quand vous faites partie du monde du football professionnel, la meilleure sensation que vous pouvez avoir, c’est de faire plaisir à votre club. J’essaye de le transmettre à mes joueurs. Avec votre travail, vous pouvez obtenir des choses positives pour beaucoup de gens. Ce serait stupide de ma part de choisir l’une ou l’autre de ces remontées. La première a été importante et j’espère que celle-ci le sera encore plus. La première ne nous avait pas aidé à remporter la Ligue des champions. Le but est de rejoindre la finale. »

Vous avez bénéficié d’une semaine complète de préparation grâce au report de votre match de Ligue 1 contre Lorient. La décision de la LFP a fait parler. Estimez-vous que cette décision vous a apporté quelque chose sur le plan physique ?

« Je comprends tous les points de vue, chacun voit par rapport à sa situation. Avoir six jours au lieu de deux ou trois d’habitude peut servir pour récupérer après une défaite. C’était parfait, nous avons pu remonter le moral des joueurs et bien préparer notre tactique. Nous allons jouer trois matches en une semaine. Nous allons tout donner, quelque soit le moment où nous allons remporter le championnat. Nous avons un effectif pour jouer toutes les compétitions à fond. Nous devons disputer à 100% chaque match dans chaque compétition. Je le garantis. Nous donnerons toujours notre maximum. »

Xavi a dit que l’expulsion de Ronald Araujo était sévère et a renversé la double confrontation. L’avez-vous revu et quel impact a-t-elle pu avoir ?

« (Il fait la moue) Je ne parle jamais des arbitres et de leurs décisions. Je n’ai vu l’action qu’en direct. Depuis pus de douze ans que je suis entraîneur, j’essaye de ne pas juger les arbitres. J’essaye de me centrer sur ce que je peux contrôler. J’essaye de contrôler mes émotions au maximum. Jouer contre le Barça a été très difficile et j’espère que je n’aurais pas à le refaire. Mais c’est évident que cette expulsion a conditionné la fin du match. Je reste fidèle à ma manière de voir les choses. Je veux que les joueurs sachent ce que ça représente de porter le maillot du PSG. »

Le Barça n’a pas été aussi proche de se qualifier pour les demi-finales de Ligue des champions depuis un moment. Qu’avez-vous pensé de cette équipe ?

« Je pense que, même sans l’expulsion, nous aurions aussi remporté le match »

« De même que nous avons eu de la chance de jouer la Real Sociedad dans une période très négative pour eux, nous avons affronté le meilleur Barça de la saison. Pour avoir vu presque toute leur saison, c’était la meilleure version du Barça dans tous les aspects du jeu, avec et sans ballon. Ça a été hyper difficile. À l’aller, ils ont joué beaucoup de ballons longs, mais c’était recherché et visé. Ils savent chercher (Robert) Lewandowski pour attirer les centraux. Ils ont envisagé ce match retour de la même manière et nous avons mieux géré. Je pense que même sans l’expulsion nous aurions aussi remporté le match, mais je ne peux pas le prouver. Xavi est l’entraineur idéal pour ce Barça et j’espère qu’il va poursuivre dans son rôle, même si ce n’est pas ma responsabilité. Voilà mon opinion sur le Barça. »


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 

News 

Aujourd'hui

mercredi 22 mai

mardi 21 mai

lundi 20 mai

dimanche 19 mai

samedi 18 mai

vendredi 17 mai

jeudi 16 mai

mercredi 15 mai

mardi 14 mai

 

Soutenez CulturePSG 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee