Article 

Draxler : « Parfois, Tuchel devient fou parce que je n'aime pas me battre sur le terrain »

Publié le dimanche 15 décembre 2019 à 11:06 par Bruno Hermant
Interrogé à la veille de la rencontre face à Galatasaray pour l'émission This Is Paris, le milieu de terrain allemand Julian Draxler évoquait son changement de poste au PSG, son jeu renouvelé, sa relation avec l'entraîneur Thomas Tuchel, sa blessure au pied, son retour dans le groupe et son match sur la pelouse du Real Madrid.

Son changement de poste :

« Je peux jouer comme un numéro 10 sur les ailes, mais maintenant, je joue plus au milieu comme un numéro 8, parfois même comme un numéro 6. Je peux jouer partout où l'équipe a besoin de moi, je crois que c'est l'une de mes qualités sur le terrain : ma capacité à m'adapter très vite et très bien. Pour jouer dans une équipe comme le Paris Saint-Germain, c'est important parce qu'il y a beaucoup de bons joueurs à son poste et c'est difficile de rivaliser avec Kylian Mbappé et Neymar sur les ailes.»

Le déclic d'un changement de poste :

« Je n'ai pas mis beaucoup de temps pour comprendre parce que je pouvais voir ce qu'ils faisaient à l'entraînement. Ils sont venus pour améliorer l'équipe et pas pour s'asseoir sur le banc. Donc si tu es intelligent, pas trop stupide, tu essayes de trouver un autre moyen pour jouer et c'est ce que j'ai fait. L'entraîneur m'a beaucoup aidé pour cela. Il m'a dit qu'il était content de la façon dont je m'entraîne et qu'il veut me voir sur le terrain, il fallait juste trouver comment et bien sûr, j'ai dû un peu changer mon jeu.»

Tuchel :

« C'est un coach qui aime beaucoup changer de système et de tactique donc il peut m'utiliser à presque tous les postes sur le terrain. Cela va dépendre si on joue avec les quatre attaquants et moi derrière, dans ce cas ce n'est pas mon rôle de marquer et de faire des passes. Bien sûr, j'essaye parce que c'est ma façon de jouer au football mais parfois l'entraîneur me parle et me dit par exemple qu'aujourd'hui il a besoin de moi en défense. Je sais qu'il apprécie que je ne perde pas la balle et que j'ai une bonne technique. Il compte également sur moi pour donner de bons ballons à nos attaquants parce que je trouve toujours un moyen de trouver Neymar ou Kylian dans une position dangereuse. »

Sa relation avec Tuchel :

« Parfois, il devient fou parce que je n'aime pas me battre sur le terrain dans des situations de un-contre-un ou des duels directs. C'est pour ça parfois qu'il devient fou. Je dois m'améliorer là-dessus, je le sais, j'essaye de le travailler tous les jours. Et je crois que j'ai déjà un peu progressé, c'est important pour l'équilibre de l'équipe. Vous savez quand vous jouez avec moi au milieu de terrain parce que je pense plus offensif que défensif. Parfois, je dois m'arrêter et me dire : "Bon maintenant, il faut que tu sois au soutien de Ney, c'est important pour l'équilibre de l'équipe." (...) Je veux jouer, je veux gagner et c'est pour cela que je suis là et j'aime jouer pour une équipe comme celle-ci même si je sais que c'est difficile de trouver une place sur le terrain, donc tu dois être capable de jouer dans différentes positions.»

Sa blessure à la voûte plantaire : 

« Je n'ai joué que deux matchs, je n'étais pas libre mentalement et j'avais mal. Je n'étais pas prêt pour débuter la saison, je ne voulais pas m'arrêter, je ne voulais pas attendre. Je ne voulais pas être blessé et ne pas jouer pendant deux ou trois mois. Mais après les deux premiers matchs, j'ai pu voir que je n'étais pas à mon meilleur niveau, donc j'ai décidé d'arrêter. Je pense que c'était la bonne décision parce qu'aujourd'hui, je n'ai plus de douleurs.»

Son retour décisif dans l'équipe :

« Pour moi, c'était important d'avoir beaucoup de temps de jeu pour retrouver du rythme. Évidemment, après plusieurs mois d'absence, le premier match n'est pas le meilleur en général. Je suis chanceux d'avoir fait cette passe pour Angel (à Brest), le coach a pu voir qu'il pouvait de nouveau compter sur moi et c'est ce qu'il a fait.»

Sa bonne entrée à Madrid :

« Je suis entré et on a d'abord encaissé le second but et après, je crois que Pablo et moi étions en feu. C'est un match au Santiago Bernabeu donc tu étais très très très motivé et on voulait faire basculer la rencontre. Je pense qu'on a pas très bien joué dans ce match. Après, je crois que parvenir à faire match nul alors que ce n'est pas notre meilleure performance au Bernabeu, tout le monde peut être content. C'était surtout bien pour Pablo et moi parce qu'on est entrés et que l'équipe a marqué deux buts. La Ligue des Champions est une compétition très difficile. Tout le monde est content pour le moment, on a encore un match contre Galatasaray et on doit bien finir. »

Malade cette semaine, Draxler n'a finalement pas joué contre Galatasaray et n'est pas dans le groupe pour Saint-Etienne/PSG. Il ne jouera pas non plus mercredi soir au Mans car il est suspendu.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

mercredi 28 octobre

mardi 27 octobre

lundi 26 octobre

dimanche 25 octobre

samedi 24 octobre

vendredi 23 octobre

jeudi 22 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux