Article 

Verratti : «J’ai l’impression que cela fait un an qu'on n'a pas joué»

Publié le dimanche 12 avril 2020 à 12:44 par Philippe Goguet
Confiné comme le reste de la population française, le milieu du PSG Marco Verratti a fait le point sur sa situation au micro de PSG TV dans un entretien à distance. Il raconte son confinement et tout ce qui lui manque.

Comment il vit le confinement :

« Je vais bien, tout va bien. Oui, c’est dur mais c’est dur pour tout le monde. J’essaie de voir les choses positives, de profiter un peu plus de la famille. Et je cherche à faire des choses que je ne faisais pas beaucoup avant.  »

Son maintien en forme :

« Je travaille tous les jours. Je pense même que j’en fais un peu plus que ce je faisais avant (rires). Avec les matchs, on n’avait pas beaucoup de temps pour s’entraîner et tu n'as pas le temps pour te soigner quand il y a de petites douleurs. Là, j’en profite pour gagner un peu plus de force, avec tranquillité. Je fais du sport aussi pour la tête, parce qu’on est habitué à en faire. J’ai la chance d’avoir un tapis de course à la maison pour courir un peu. »

Le vestiaire et les contacts entre les joueurs ?

« Oui, on parle beaucoup, on se tient au courant, on prend des nouvelles des autres. C'est normal et cela me manque bien sûr. On est tous les jours ensemble, c’est vrai que c'est la routine mais c’est toujours particulier parce que l’entraînement change à chaque fois, on passe les journées avec les copains. Donc cela me manque beaucoup. »

Ce qu'il a le plus hâte de retrouver ?

« Un peu de tout, tout fait partie de moi. Mais bien sûr, refaire un match devant les supporters. J’ai l’impression que cela fait un an qu'on n'a pas joué dans notre stade avec nos supporters. L’émotion me manque beaucoup, celle après un but, d’une victoire. »

La crise en France et en Italie :

« C’est un moment très difficile. En Italie, on a quelques semaines d’avance. Quand cela a commencé là-bas, je ne sortais déjà plus beaucoup ici. On savait déjà ce qui arrivait, la France et l'Italie sont rattachées, il n'allait pas y avoir beaucoup de temps avant que cela n'arrive donc j’avais pris un peu d’avance à ne pas sortir. Mon confinement date donc d'avant, deux ou trois jours avant le match contre Dortmund je crois. Quand cela ne touche pas toi ou ta famille, tu penses que ce n’est pas un problème de sortir dehors et de faire ci ou ça. Parce qu’à la fin, on n’a pas l’impression que c’est vraiment grave, mais quand ça te touche c’est très, très grave. C’est pour ça qu’il faut faire attention. Quand tu sors, il faut penser à ta famille, à tes parents, à tes amis, car tu les mets en danger. Il faut sortir quand il y a un réel besoin, pour faire des courses ou en cas de problème de santé. Plus on reste à la maison, plus vite ça peut s’arrêter. »

Un message à faire passer :

« C’est une bataille, une guerre, on est tous pareil et on a une vraie responsabilité. Tous les gens, toutes les personnes ont des responsabilités et c'est pour ça qu'il faut montrer qu’on est forts. En Italie comme en France, nous sommes des nations qui savons être très unis dans les moments difficiles. Je le vois ici à 8h tous les soirs, on applaudit tous les soirs des gens qui sont des héros, ils se mettent en danger et mettent aussi en danger leurs familles parce qu'ils doivent ensuite rentrer chez eux. Ils font un travail magnifique. On est tous les soirs à 20h sur la terrasse avec les enfants,  c'est aussi un moment un peu émouvant».

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 


News 

jeudi 22 octobre

mercredi 21 octobre

mardi 20 octobre

lundi 19 octobre

dimanche 18 octobre

samedi 17 octobre

vendredi 16 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux