Article 

Etoile Rouge/PSG (1-4), les performances individuelles

Publié le mercredi 12 décembre 2018 à 3:39 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 4-1 à Belgrade dans un match où l'Etoile Rouge aura parfois fait trembler Paris sans jamais mener au score. Retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Buffon : Encore une fois préféré à Areola, le vétéran italien a vécu un match pour le moins particulier, avec une présence régulière du ballon devant ses buts mais absolument rien à faire en dehors du temps fort serbe de 15 minutes. S'il se montre impeccable sur la première action qu'il a à gérer, il est en revanche franchement moyen sur le but encaissé, avec un ballon certes puissant mais qu'il semble pouvoir repousser vu qu'il le touche.

Kehrer : Tuchel avait fait confiance à son jeune compatriote plutôt qu'à Meunier et Kehrer ne lui aura que partiellement donné raison, signant un match tout de même bien moins abouti que celui face à Liverpool. Dans un match au cours duquel la température est parfois montée, il n'a jamais renoncé à son engagement, récoltant d'ailleurs un avertissement très évitable qu'il va plutôt bien gérer sur la durée, mais il va aussi être l'auteur d'erreurs régulières, qu'elles soient techniques ou d'appréciation. Un match inégal, même s'il aura su rester dans son match jusqu'au bout et qu'il finit plutôt bien.

Thiago Silva : Le capitaine parisien a encore parfaitement tenu son rang et livré une performance défensive de tout premier ordre. Surtout vu pour couper des contres et des trajectoires adverses en première période grâce notamment à son gros travail de couverture, il va particulièrement se signaler en début de seconde période avec une belle présence sur les points chauds créés par les Serbes. Il ne peut malheureusement pas tout faire, à l'image de sa tête pour dégager qui se transforme en passe décisive de façon malheureuse. Dans la relance, il a régulièrement trouvé des solutions devant lui.

Kimpembe : Le match à Belgrade avait été annoncé comme un combat et Kimpembe s'est forcément beaucoup impliqué dedans, se retrouvant très régulièrement à devoir gérer les longs ballons adverses sur Pavkov ou Ben. Il s'en est plus ou moins bien sorti dans l'ensemble et a livré beaucoup de duels mais il oublie aussi parfois qu'il n'y a pas que le duel dans la vie d'un défenseur. Parfois absent dans certaines zones importantes, auteur de quelques erreurs de concentration, le gaucher n'a pas vraiment livré un match complet sur la pelouse du Marakana et confirme sa forme très moyenne du moment.

Bernat : L'arrière espagnol s'est vite montré dans la rencontre puisqu'il est particulièrement disponible et offensif sur son côté gauche en début de match avant de rester un peu plus sage une fois le score en faveur de Paris. Toujours prompt à se proposer dans la relance avec son pied gauche sûr et avec ses courses pour ouvrir des brèches, il va malgré tout subir comme les autres durant le temps fort adverse. Et s'il se signale par un gros sauvetage, il est aussi par moment en difficulté sur son aile, certes pas vraiment aidé par Neymar à ce moment du match. Il finit en revanche tranquillement le match, s'appuyant sur sa technique toujours propre pour se sortir des rares situations compliquées qu'il lui restait à gérer.

Marquinhos : Le Brésilien était une nouvelle fois aligné dans ce rôle hybride entre le milieu de terrain et la défense et il a une nouvelle fois très bien su s'en sortir malgré l'aspect compliqué de la chose. Il y a parfois eu un peu de flottement dans le placement, ce qui est logique vu la difficulté de la tâche, et il a eu un peu de mal à exister dans le temps fort serbe mais Marquinhos aura encore une fois apporté énormément au collectif parisien, tant sans le ballon qu'avec. Ses progrès les plus marquants sont d'ailleurs dans ce domaine puisqu'il s'est montré à la fois intéressant dans le jeu long et la relance plus courte. Pour couronner le tout, il marque le but du break, celui qui soulage toute une équipe. Une réalisation bien méritée pour un vice-capitaine exemplaire.

Verratti : Constructeur parisien très libre dans le jeu, l'Italien va régaler, sa maestria dans ce domaine n'étant plus à démontrer. Capable de faire sauter n'importe quel pressing comme d'aérer le jeu du pied gauche comme du droit, il aura été une rampe de lancement de tout premier ordre, à l'image du bon ballon qu'il offre à Mbappé sur l'ouverture du score. Défensivement, il se sera également beaucoup donné mais aura moins régné, parfois un peu trop isolé pour couper les contres avec Marquinhos plus bas sur le terrain. Il va donc faire un nombre non négligeable de tacles un peu douteux qui auraient pu lui valoir un carton jaune handicapant pour la suite. Rabiot l'a remplacé pour les dix dernières minutes d'une partie déjà finie.

Di Maria :  Milieu offensif droit, l'Argentin va avoir un rôle assez particulier tout au long du match, le jeu penchant forcément sur l'autre aile avec la présence de Neymar. El Fidéo est donc régulièrement revenu un cran plus bas pour se proposer afin d'enclencher des actions tout comme il a parfois tenté de déborder. S'il a été finalement assez peu trouvé, il a malgré tout eu une réelle influence sur les occasions parisiennes, tant par ses incursions axiales bien vues que par la pure qualité de son pied gauche. Il frôle le 3-0 d'une jolie frappe et dépose sur la tête de Marquinhos la balle du 3-1. Un vrai match collectif de sa part, à l'image de son replacement défensif plutôt constant. Draxler l'a remplacé pour les derniers instants.

Neymar : Le grand incertain de l'avant-match va montrer en début de rencontre des signes d'un physique pas vraiment retrouvé : peu mobile, comme en retenue, il joue alors de façon plus simple que d'habitude et distribue des passes superbes à ses partenaires plus vite rentrés dans le match que lui. Il va peu à peu monter en régime et son extraordinaire slalom sur le 2-0 marque le début d'un nouveau récital offensif. Neymar se lâche, retrouve ses jambes et fait mal. Toute sa seconde période est d'un excellent niveau offensif, ses partenaires gâchant quelque peu les munitions qu'il offre, et il faut saluer sa capacité à rester calme en fin de rencontre alors qu'il a pourtant reçu de nombreux coups. S'il fallait chercher un point négatif, ce serait dans son activité défensive, bonne dans l'ensemble mais insuffisante au moment du temps fort serbe sur lequel son adversaire direct réduit le score tandis que le Brésilien est complètement absent de l'action. Vu l'état physique dans lequel il a joué la partie et vu les différences qu'il a su faire, le positif l'emporte très largement.

Cavani :  Le Matador n'a pas tardé à justifier sa présence en ouvrant le score après quelques minutes de jeu à peine, dans son style de buteur des surfaces là au bon moment. Pour le reste, il va bien avoir son habituel déchet technique mais va tout de même se placer dans la moyenne haute de ses prestations en général. Il trouve ainsi régulièrement ses partenaires dans le jeu, à l'image de son joli décalage pour Neymar avant la pause. Défensivement, il a encore fait un gros travail puisqu'il a régulièrement été vu autour de la surface pour défendre mais aussi sur l'aile droite. Il signe un match forcément moins brillant que ses deux compères de la MCN, mais loin d'être inutile pour autant.

Mbappé : Aligné sur le côté gauche de l'attaque à deux têtes, le jeune attaquant n'a pas hésité à s'excentrer pour entrer dans son match et il a fait d'entrée des ravages, faisant exploser la défense adverse. La première tentative aurait pu donner un penalty, la second amène un but. Inarrêtable en première période, il tente toujours d'accélérer et est rarement retenu de façon légale. Il se mue aussi en superbe passeur pour Neymar sur le 2-0 et sur quelques autres belles actions. Moins génial après la pause, son audace se transforme alors un peu trop souvent en mauvais choix et il va parfois sembler sortir de son match, probablement un peu frustré aussi. Cela ne l'empêchera pas de clotûrer la marque, histoire d'ajouter un petit but à ses deux passes décisives du jour...

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

jeudi 22 octobre

mercredi 21 octobre

mardi 20 octobre

lundi 19 octobre

dimanche 18 octobre

samedi 17 octobre

vendredi 16 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux