Article 

Hommage à Brest, journaliste interrogé, cours de tactique, la conférence de presse de Luis Enrique après PSG/Brest (3-1)

Publié le jeudi 8 février 2024 à 3:02 par Fouzia
C'est un Luis Enrique très offensif et en pleine forme qui s'est présenté en conférence de presse ce mercredi après la victoire en Coupe de France contre Brest (3-1). L'entraîneur parisien a plus que souligné la qualité de l'adversaire mais aussi donné un cours de tactique aux journalistes présents. Voici ses propos complets, traduits par nos soins.

Avez-vous des nouvelles de Kylian Mbappé ?

« Non, la vérité c’est que je n'ai pas de nouvelles. Je pense qu’on en saura plus lorsque les médecins l'examineront demain, il a reçu un coup assez fort à la cheville et il a pu terminer le match, donc cela ne semble pas très grave. C'est la seule information que j'ai. »

Est-ce que cette qualification vous a plu, ainsi que ce qu’a proposé votre équipe contre Brest ?

« La meilleure nouvelle pour nous cette année c’est que nous n'allons plus jouer contre Brest, et je ne plaisante pas. »

« Si je dois faire une analyse du match, je voudrais tout d'abord féliciter leur entraîneur, Monsieur Eric Roy, ainsi que l'équipe et les joueurs pour leurs performances durant ces trois matches contre nous. La meilleure nouvelle pour nous cette année c’est que nous n'allons plus jouer contre eux, et je ne plaisante pas. 

Ensuite, concernant l'analyse du match, je pense qu’il a été relancé suite à une simple erreur avec un ballon que nous perdons dans notre surface et qui va entraîner trois ou quatre corners. Et cela donne la sensation qu'une équipe comme Brest, qui est dans une dynamique très positive et qui n'a pas perdu depuis longtemps, pose des problèmes. Ils sont très forts dans les airs sur les coups de pied arrêtés, ils sont très forts dans le jeu long, ils sont forts avec le ballon, ils sont forts en pressing : c’est un cocktail très dangereux. 

Mais je le répète, je pense que nous avons joué un match très complet. Nous nous sommes créés beaucoup d'occasions face à un adversaire très difficile. Nous aurions pu rentrer à la mi-temps avec plus de deux buts d’avance. Et ensuite, en seconde mi-temps, nous avons pratiquement contrôlé tout le match. Nous aurions pu tuer le match à plusieurs reprises, mais nous ne l'avons pas fait. Et sur une belle action de transition, ils ont marqué un but. Mais je le répète, je pense que mon équipe a été très inspirée aujourd'hui parce que si nous n'avions pas été concentrés, Brest nous aurait certainement éliminés. »

La différence entre ce match et celui d’il y a dix jours, c’est que le quatrième but à 2-1 a été inscrit par le PSG…

« Nous avons plus souffert contre Brest que lors de pas mal de matchs de Ligue des Champions »

« Chaque match est différent, je crois qu'aujourd'hui notre attitude défensive a connu une nette amélioration. Nous avons davantage pressé. Nous avons marqué à nouveau contre Brest en récupérant le ballon dans leur propre moitié de terrain, en pressant haut. Nous avons été moins souvent dans cette zone de repli, en défendant en zone. Nous avons eu une grande attitude défensive. Et ensuite, nous avons été inspirés en termes d’occasions de but. Mais je le répète, Brest est l'une des meilleures équipes non pas de France mais d’Europe en termes de dynamique de jeu et de confiance. Je pense que nous avons plus souffert contre Brest que lors de pas mal de matchs de Ligue des Champions. »

Le dernier but, très collectif, est-ce ce que vous voulez développer en termes de plan de jeu ?

« Il ne manquerait plus que ça que j’ai une préférence pour le type de buts. Moi, j'aime tous les buts qui entrent dans le but adverse. Tous. Tous ceux qui rentrent dans les filets. Nous autres entraîneurs ne sommes pas là pour choisir les buts. 

Vous savez pourquoi nous marquons des buts en transition ? (il pose la question au journaliste). Pourquoi ? (il demande en français). Pourquoi nous marquons des buts en peu de touches de balle ? (on n’entend pas la réponse du journaliste). Vous ne le savez pas ? Parce que l’adversaire nous presse haut et laisse des espaces dans son dos, qu’il tente de récupérer le ballon près de nos cages et que nous ressortons le ballon de manière coordonnée en nous défaisant de ce pressing haut pour attaquer avec des joueurs très rapides. C’est pour cela que nous marquons des buts de transition. Lorsque les adversaires sont repliés dans leur surface, nous marquons beaucoup plus de buts sur séquences collectives. Voilà ma réponse.

En tant qu’entraîneur, j’aime qu’on marque des buts, peu importe la manière. Évidemment, mon objectif reste de contrôler le match sur la durée la plus importante possible. Mais si l’adversaire presse haut et que nous réussissons à sortir de ce pressing, il faut marquer un but. C’est assez basique honnêtement. »

L’objectif, c’est que votre équipe maîtrise aussi bien ces phases de pressing comme de possession ?

« Il n'existe aucune bonne équipe de haut niveau qui ne sait qu'attaquer ou que défendre »

« Parfait, vous l'avez parfaitement bien résumé. Je veux que mon équipe presse haut. Nous avons marqué contre Brest aujourd'hui en pressant haut et l'autre fois, nous avons marqué le premier but après avoir récupéré un ballon haut. Mais s’il faut défendre bas parce que l'adversaire nous domine et se trouve dans cette même situation, nous défendons bas. S’il faut marquer des buts de transition parce qu'on est sous pression, alors ces buts de transition sont les bienvenus ! S’il faut marquer des buts avec l'adversaire replié dans sa propre surface et qui défend en bloc bas, alors on marque des buts plus élaborés. Il faut dominer tous ces registres comme une équipe. C'est ça être une équipe. Il n'existe aucune bonne équipe de haut niveau qui ne sait qu'attaquer ou que défendre. Cela n'existe pas. C'est pour cette raison que j’aime qu’il en soit ainsi. »

On a vu sur ces derniers matchs des actions collectives de grande qualité, est-ce ce que vous visez à reproduire de manière plus régulière, la saison prochaine ou sur les saisons à venir ?

« Non, pourquoi devrais-je attendre la saison prochaine ? C'est mon objectif depuis le premier jour ici : faire progresser mes joueurs, les aider à être meilleurs. Ils sont déjà très bons individuellement, mais la complexité du football consiste à essayer de coordonner une vingtaine de joueurs, dont les onze sur le terrain, de façon efficace en attaque et en défense, parce que les matches contre les bonnes équipes ne se jouent pas uniquement en attaque, mais également en défense. C'est l'objectif d'être meilleur à chaque match. C'est un objectif impossible à atteindre, c’est vrai. Mais ce n’est pas parce que c’est impossible que nous allons renoncer à essayer. Je crois que c’est que tout entraîneur recherche. Il n’y a rien d’étrange à cela. »


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 

News 

lundi 26 février

dimanche 25 février

samedi 24 février

vendredi 23 février

jeudi 22 février

mercredi 21 février

mardi 20 février

lundi 19 février

dimanche 18 février

samedi 17 février

 

Soutenez CulturePSG 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee