Article 

Lens/PSG (1-0), les performances individuelles

Publié le vendredi 11 septembre 2020 à 4:24 par Philippe Goguet
Le PSG s'est incliné 1-0 à Lens sur un but largement évitable mais en s'étant créé très peu d'occasions. Retour sur les performances des joueurs parisiens au cas par cas.

Bulka : Un an après son premier et seul match, le troisième gardien retrouvait les cages parisiennes et il va être sauvé par son poteau sur la seule réelle occasion de la première mi-temps. Le drame survient ensuite peu avant l'heure de jeu quand il se rate sur une relance au pied en lisant mal la situation alors qu'il avait jusque-là assuré dans ce domaine, allongeant quand le besoin s'en faisait sentir. S'il va bien rester dans le match et même réaliser un gros arrêt par la suite, il était déjà trop tard et le malheureux Polonais a coûté très cher à son équipe. A dix mois de la fin de son contrat, le reverra-t-on sous les couleurs du PSG ?

Kurzawa : De nouveau utilisé dans un rôle d'arrière droit, le gaucher va forcément avoir du mal à jouer dans ce couloir où il a peu de repères et cela va surtout se voir en début de partie sur les duels défensifs dans lesquels il se retrouve en difficulté. Il ne sera dans l'ensemble pas vraiment sollicité défensivement et va même réussir un bon dégagement en début de seconde mi-temps. C'est surtout offensivement qu'il a été utilisé et le résultat n'a guère été positif. S'il va quelques fois bien utiliser son placement en faux pied pour surprendre, cela va le limiter en de nombreuses actions et son apport sur le côté droit a été très quelconque. Plus ennuyeux, il l'a été tout autant quand il est passé côté gauche, donc sur son bon côté...

Kehrer : Titularisé dans l'axe droit de la défense, l'Allemand va surtout être face à Ganago, finalement buteur sur une action où il n'est pas impliqué, mais l'attaquant lensois l'aura régulièrement fait souffrir, à l'image de l'action où il frappe le poteau après avoir surpris Kehrer dans son dos au départ. Si le défenseur parisien va aussi être capable de gérer l'attaquant lensois, notamment dans les airs, il ne s'est globalement pas mis en évidence à Bollaert, bien au contraire. Avec le ballon, il a été également très quelconque.

Kimpembe : Le capitaine parisien du soir n'a globalement pas eu grand-chose à faire, se retrouvant sans adversaire direct la plupart du temps et avec quelques rares couvertures à assurer. Il va tout juste être un peu plus sollicité après la pause avant de sortir sur blessure après un gros tacle subi. On peut seulement lui reprocher de ne pas avoir apporté grand-chose dans la relance, un habituel point fort.

Diallo l'a remplacé en fin de partie et s'est vite montré dans le ton du match, donc présent dans les duels. Il a aussi signé quelques bonnes passes vers l'avant.

Bernat : L'Espagnol était l'un des rares rescapés de la finale contre le Bayern mais il a eu bien du mal à entrer dans son match malgré un bon retour en début de partie. S'il va parfois bien combiner avec ses partenaires côté gauche, il pousse toutefois rarement ses actions et n'a donc que très partiellement animé son flanc. Très prudent, probablement même trop vu son peu de travail défensif général, il va finalement surtout s'énerver avec les Lensois et montrer une nervosité qui va l'amener jusqu'à un avertissement. Tuchel a préféré le sortir avant la fin, sans que ce ne soit injuste vu son match.

Bakker a tenté d'apporter du jus et des courses sur le flanc gauche mais il n'est pas parvenu pour autant à se mettre en évidence ni même dans le sens du but.

Verratti : Le milieu italien aura longtemps surnagé mais il a lui aussi craqué sur la fin, épuisé et ayant perdu toute lucidité dans le jeu. Après un premier retour qui vaut cher dans la surface en début de partie, il se montre vite comme le métronome de son équipe et se glisse partout, parvenant à faire remonter le ballon le plus possible. Insaisissable balle au pied, il va même encore plus prendre le match en main au fur à mesure que celui-ci avance. Et même s'il n'est pas totalement clair sur le but encaissé par Bulka, c'est la plupart du temps de ses pieds que sont venues les rares bonnes actions parisiennes tout au long de la partie.

Gueye : Plutôt libre au milieu en début de partie, il n'hésite pas à en profiter et à s'insérer haut sur le terrain mais il manque trop de précision dans ses transmissions pour être réellement dangereux. Replacé plus bas à la construction, il va moins apparaître dans le jeu mais est parfois ciblé de façon individuelle par des Lensois qui visent ses limites techniques. Après la pause, il va complètement disparaître du match, à la fois absent pour protéger sa défense et complètement inutile avec le ballon. Un match très décevant au global.

Herrera : Positionné comme milieu offensif droit, il va immédiatement montrer des difficultés à occuper cette position, descendant en permanence sur le terrain, et tente de compenser dans tous les domaines sans réellement y parvenir. Dans son rôle de milieu offensif, il ne pèse que très peu et est en permanence dans le mauvais tempo. Quand il tente de jouer vite, c'est souvent trop vite et sa relation avec Sarabia devant lui est franchement mauvaise, même si elle n'est guère meilleure avec les autres. Placé plus bas après la pause, il se spécialise alors dans la passe en retrait, ce qui n'aide en rien son équipe, et n'a donc toujours aucune influence positive au moment de créer des occasions. Pour un joueur offensif, il a donc signé un match d'une rare pauvreté.

Ruiz-Atil : Dans un rôle de milieu offensif gauche qu'il ne maîtrise que peu, il va mettre quelques minutes à entrer dans le match, tant pour trouver sa place que pour se faire au rythme et aux impacts de la L1. Cela vient peu à peu et ses partenaires, notamment Verratti, n'hésitent pas à le servir. Il va justifier leurs choix en allant crescendo au cours de la première période. Non seulement, le tout jeune milieu se montre à l'aise techniquement avec quelques jolis gestes mais il est aussi inspiré dans ses transmissions. Quelques jolies passes, une frappe de peu à côté, toutes les opportunités sont venues de lui. Alors qu'il avait déjà connu quelques pertes de balle dans le premier acte, elles se multiplient franchement après le repos et sa seconde période est beaucoup moins aboutie. Le joueur de 18 ans joue de façon trop compliquée et souffre physiquement, même s'il provoquera un dernier coup-franc très bien placé. Comme une façon de bien sortir après une première convaincante dans l'ensemble.

Dagba l'a remplacé et il s'est positionné comme arrière droit. Le latéral a tenté d'apporter un peu de dynamisme dans son couloir, notamment avec quelques centres, mais il n'a pas changé pour autant la face du match.

Sarabia : Attaquant placé entre l'axe et le côté droit, l'Espagnol va dans l'ensemble avoir bien du mal à être trouvé dans le jeu. Quand il l'est enfin, il se montre très peu tranchant balle au pied, que ce soit plein axe ou excentré côté droit, puisqu'il est toujours repris ou imprécis techniquement. Il sort aussi rapidement de son match, écopant d'un avertissement pour un geste de frustration avant même la mi-temps, et sa seconde période est un grand vide à l'exception d'un rare centre. Le bilan de son match est famélique mais malheureusement dans la droite lignée de ce qu'il propose depuis la coupure de mars.

Kalimuendo : L'autre petit nouveau du onze de départ va également réussir sa partie dans l'ensemble, même s'il fut moins flashy que Ruiz. Dès ses premières touches de balle, il se montre inspiré et performant dos au but, proposant un point d'appui fiable et des remises qui font avancer son équipe. Généreux et se déplaçant sur toute la largeur, il parvient aussi régulièrement à se retourner et ses prises de balles sont bonnes dans l'ensemble. Il ne lui aura manqué qu'une occasion pour se mettre en valeur, même s'il est tout proche de reprendre une ouverture de Verratti. Il est en revanche moins en vue après le repos dans l'ensemble, le PSG peinant à amener le ballon jusqu'en attaque, et il s'épuise dans des courses longues sans le ballon pour proposer des solutions en profondeur. Il sort finalement à un quart d'heure de la fin, probablement un peu cuit aussi.

Jesé l'a remplacé et il est apparu hors de forme en entrant sur le terrain, ce qu'il va très largement confirmer dès ses premiers ballons touchés. Bedonnant comme jamais, il va uniquement se signaler sur une frappe, bien évidemment ratée.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

mardi 29 septembre

lundi 28 septembre

dimanche 27 septembre

samedi 26 septembre

vendredi 25 septembre

jeudi 24 septembre

mercredi 23 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux