Article 

Les manques de son équipe, l'intensité, la défense à 3, le titre, etc, la conf' complète de Galtier après Rennes/PSG

Publié le lundi 16 janvier 2023 à 1:01 par Philippe Goguet
C'est un Christophe Galtier évidemment bien peu satisfait du match de son équipe à Rennes (0-1) qui s'est présenté en conférence de presse. L'entraîneur du PSG a d'ailleurs lié ce match encore bien moyen aux autres post-Coupe du Monde, listant certains maux similaires. Il a notamment commenté le manque d'intensité, la défense à trois ou encore comment il comptait faire repartir cette équipe. Voici ses propos, en intégralité.

Est-ce qu'une question de temps pour retrouver votre équipe ou y a-t-il un mal plus profond que vous avez identifié ?

« Si c’est une question de temps, ça urge. Et Il faut qu’on retrouve plus de jeu, plus de liant entre les lignes. On savait qu’on allait avoir un match difficile et on l’a eu. Notre gardien a été énormément sollicité, l’adversaire beaucoup moins. Il faut trouver plus de rythme, d’intensité mais surtout plus de relation technique entre les uns et les autres. Mais pour l'avoir, il va falloir qu’on retrouve du monde très haut, proche de la surface de réparation. Ce soir, le constat c'est qu'on a énormément décroché. Alors certes, on a eu beaucoup de possession de balle à certains moments mais sans créer de danger. Et là est le problème.

« Il faut retrouver rapidement ce rythme, cette intensité »

Il faut retrouver rapidement ce rythme, cette intensité mais surtout le fait de maintenir des joueurs assez hauts, au contact de la défense et des milieux même si le ballon n'arrive pas tout le temps. On a un manque de présence dans le dos des milieux (adverses), même si nous avons quelques fois fait la différence par nos latéraux ou pistons sur les côtés. Il nous manquait énormément de monde dans la surface de réparation. »

Ce manque de présence en attaque, est-ce de la faute des milieux ou de l’attaque ?

« C’est lié (il se répète). Soit on a la connexion avec notre milieu de terrain qui arrive, sur des passes à casser des lignes... Sur les bons matchs qu’on a pu faire, on avait cette capacité à pouvoir casser les lignes sur une passe et trouver les joueurs dans le dos des milieux adverses. Je n'ai pas encore revu le match mais est-ce que le ballon mettait trop de temps ? Leo (Messi) et « Ney » ont décroché donc il manquait automatiquement du monde devant. C’est lié soit à la qualité technique et à la maîtrise pour casser les lignes, soit au fait que mes joueurs étaient déjà trop décrochés pour recevoir le ballon. Mais, évidemment, on doit le retravailler, insister car ça nous a énormément fait défaut ce soir. Mais contre Angers (2-0, mercredi), c’était la même chose. »

Vous avez parlé d’intensité, votre capitaine Marquinhos aussi, c'était déjà le cas face à Lens, est-ce que vous êtes inquiets par le fait que vos joueurs n'arrivent pas à en mettre ?

« Je ne vais pas parler d’inquiétude mais il doit y avoir une prise de conscience »

« C’est le constat. Je ne vais pas parler d’inquiétude mais il doit y avoir une prise de conscience. On peut évidemment trouver mille excuses, mille raisons. Mais la Coupe du monde est finie. Même si on a été dispersés et éparpillés pendant huit semaines, on doit retrouver de la cohésion dans ce groupe, du rythme, de l’intensité. On va avoir une dizaine de jours pour travailler à la fois la verticalité, l'intensité, la relation technique. Et c'est très important que l'on retrouve ça. »

Avez-vous été gêné par le bloc bas de Rennes et sa défense à trois ?

« On était quelques fois haut mais on n’a pas su en profiter alors qu'il y avait parfois de l'espace dans le dos. C'est un système sur lequel nous avions travaillé, on avait imaginé qu'ils allaient jouer comme ça avec les absences rennaises. Rennes a fait un bon match et a défendu avec assez de confort car on n’est pas allé mettre le nez trop souvent sur les défenseurs centraux. »

De quels leviers disposez-vous pour faire réagir votre équipe ?

« Les leviers... On va analyser le match. On va le montrer (aux joueurs) mais aussi le match d’Angers. Et comparer les bonnes périodes de l’équipe, il y en a eu beaucoup depuis le début de saison, et ce qu’il se passe maintenant. Les images vont parler d’elles-mêmes. Il y aura une prise de conscience et ensuite les choix. »

Regardez-vous derrière au classement ?

« On a deux équipes, trois, qui ont un nombre de points incroyable à ce stade de la saison. L’an dernier, à ce stade, le PSG en avait 46. Nous en avons 47. Le second était Nice, j'étais bien placé pour le savoir, mais en avait 33 tandis que Lens et Marseille en ont beaucoup plus, 44 et 42. Mais cette fois le championnat est très serré. Je n'ai pas pour habitude de regarder le classement à ce moment-là de la saison, je me concentre sur les prestations de mon équipe. Et Dieu sait que j’ai du travail en ce moment car les prestations ne sont pas très bonnes. »

Le PSG jouait à trois en défense. Allez-vous revenir à ce système dans les semaines à venir ou est-ce toujours lié aux absences ?

« On a joué 16 ou 18 matchs dans cette configuration, avec quelques fois des matches difficiles mais aussi de très bons matches avec de très bons résultats. Il peut toujours y avoir débat sur l’organisation, l’animation, je sais que vous en faites et c’est votre job d’en faire. Autant on a été très performants dans ce système-là, autant on l'a été dans d'autres aussi. Si ce soir, si en ce moment, on est moins performant, moins bon et moins beau dans le jeu, c’est qu’il manque de la verticalité et beaucoup de vitesse dans nos transmissions pour pouvoir éliminer les lignes adverses, il y a trop de passes. »


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 

News 

Aujourd'hui

mercredi 24 juillet

mardi 23 juillet

lundi 22 juillet

dimanche 21 juillet

samedi 20 juillet

vendredi 19 juillet

jeudi 18 juillet

mercredi 17 juillet

mardi 16 juillet

lundi 15 juillet

dimanche 14 juillet

samedi 13 juillet

vendredi 12 juillet

 

Soutenez CulturePSG 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee