Article 

Les Marseillais crient à l'injustice arbitrale

Publié le lundi 29 octobre 2018 à 11:02 par Jean Chemarin
Battus 2-0 sur leur pelouse, les Marseillais n'ont plus gagné depuis 2011 face au PSG. Après le match, ils estimaient avoir été victimes d'une injustice arbitrale, en référence à la faute sifflée contre Kevin Strootman face à Marquinhos.

L'OM l'a mauvaise. Après avoir rivalisé durant une heure de jeu avec le PSG, l'OM a craqué sur une attaque rapide conclue par Kylian Mbappé, tout juste entré en jeu, avant de céder en toute fin de match sur un contre conclu par Julian Draxler. Mais ce qui fait enrager les Marseillais en ce lendemain de défaite, c'est la décision de Monsieur Bastien à la 86e minute. Il y a alors 1-0 pour Paris et Dimitri Payet tire un coup franc à plus de 35 mètres du but d'Areola. Le Réunionnais centre et trouve Luiz Gustavo dans la surface. Areola repousse la volée du Brésilien dans les pieds de Mitroglou qui n'a plus qu'à la pousser au fond. Mais la défense parisienne s'est déjà arrêtée depuis quelques secondes après un coup de sifflet de Monsieur Bastien pour une faute de Strootman sur Marquinhos.

«Pour moi, il y a faute, c'est normal», a concédé Marquinhos après le match, estimant avoir été victime d'un block du Néerlandais comme en basket. Une version que ne partage pas les Marseillais, qui estiment que la faute de Strootman est inexistante. «Je ne fais pas de faute. Sur des rencontres comme ça, ce sont des décisions qui changent un match», confiait ainsi le Néerlandais en zone mixte. Au-delà de la faute, qui reste sujette à diverses appréciations, même après plusieurs visionnages, les Marseillais reprochent surtout à l'arbitre de ne pas avoir laissé l'action se dérouler pour se donner une chance ensuite d'affiner sa décision avec le VAR.

«Si un jour le VAR est mis en route dans le championnat de France, on ne verra pas ce qu'on a vu aujourd'hui. Je milite pour le VAR et il n'est malheureusement pas encore en application...», a ainsi pesté l'entraîneur marseillais Rudi Garcia, suivi sur ce terrain-là par son défenseur Adil Rami : «Messieurs les arbitres, si vous m’entendez, ça ne sert à rien ces réunions de début de saison, où vous nous dites qu’avec la VAR on va laisser terminer les actions et ensuite regarder les vidéos.»

D'habitude peu bavard sur les décisions arbitrales, contrairement à son entraîneur, Jacques-Henri Eyraud est lui aussi allé s'aventurer sur le thème de l'arbitrage après le match : «Je suis allé voir M. Bastien. Il m’a expliqué que pour lui il y avait obstruction. Je n’ai pas dû faire suffisamment d’études pour comprendre la définition de l’obstruction dans le football. Je ne l’ai pas vue, elle est curieuse. Je ne suis évidemment pas d’accord avec cette décision de l’arbitre. Elle est incompréhensible, comme l’est le non-recours à la VAR. Mais c’est comme ça il faut faire avec.» Comme dirait la chanson, les vainqueurs l'écrivent les vaincus racontent l'histoire.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

mercredi 20 janvier

mardi 19 janvier

lundi 18 janvier

dimanche 17 janvier

samedi 16 janvier

vendredi 15 janvier

jeudi 14 janvier

mercredi 13 janvier

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux