Article 

Meunier réveille la concurrence

Publié le mercredi 2 novembre 2016 à 11:19 par Amezienne Rehaz
Titularisé face à Bâle, le latéral belge Thomas Meunier a certainement réalisé sa meilleure prestation sous le maillot du PSG.

Un pas en arrière, un pied droit qui se lève. Alors que les arrêts de jeu vont commencer à Bâle, Thomas Meunier ne le sait pas encore mais son destin parisien va peut-être changer en un court instant. Sa reprise de volée de l'extérieur du pied droit termine dans la lucarne de Vaclik, irréprochable jusqu'ici. «Si je contrôle, j'ai directement un pressing, je me devais de la tenter. C'est tout ou rien et finalement c'est rentré», a expliqué l'ancien joueur de Bruges après la rencontre, caricaturant presque son personnage d'homme insouciant, rafraîchissant et détonant dans un monde du football souvent aseptisé. 

Une chance saisie

Face à Bâle, Emery avait décidé de mettre au repos Serge Aurier. Une chance pour Meunier. Ce dernier qui ne cesse de louer le latéral ivoirien depuis son arrivée au PSG a finalement un coup à jouer pour le reste de la saison. Si dans l'esprit de son entraîneur et dans celui des observateurs avisés, Aurier a encore de la marge dans son couloir, il n'est pas dit que Meunier s'annonce vaincu. Son match d'hier est un premier élément de réponse. Toujours disponible dans son couloir, son apport offensif fut récompensé d'une passe décisive pour Matuidi à la 43e minute. Avant cela, le Belge avait sans cesse proposé dans son couloir profitant de l'espace libéré par Di Maria. Des accélérations, une habilité technique intéressante. Paradoxalement, son activité n'a pas été assez efficiente puisque, malgré sa disponibilité, Meunier n'a centré qu'une seule fois. En revanche, il fut le joueur le plus dangereux dans le secteur offensif avec quatre tirs tentés, plus que n'importe quel autre joueur sur le terrain (à égalité avec Di Maria).

C'est défensivement que le Belge devra montrer qu'il peut encore être fiable. A la 36e, il remet en jeu Delgado dans les 20 mètres en réalisant un geste défensif bien hasardeux. Sa grande taille peut aussi le desservir lorsqu'il s'agit pour lui de défendre face à des ailiers au centre de gravité bas, comme Steffen hier soir. Mais dans un PSG à 66% de possession et où Emery demande à ses latéraux de se situer très haut sur le terrain, pas sûr que cela soit un problème. C'est plus loin en Ligue des Champions face à des adversaires aux standings plus élevés que cet élément pourrait paraître rédhibitoire. Quand on demandera au PSG de jouer plus bas pour mieux exploser vers l'avant.

Des qualités différentes d'Aurier

Finalement, la réelle chance de Meunier c'est peut-être d'avoir un profil différent d'Aurier. Là où on comptera sur l'explosivité de l'Ivoirien dans les 30 derniers mètres, le latéral arrivé au dernier mercato pourra s'appuyer sur sa technique pour combiner au mieux avec ses coéquipiers dans le jeu de possession parisien. Une chance pour lui. Plus qu'un concurrent pour Aurier, il est un véritable joueur de complément apportant une touche qui n'existe pas chez l'Ivoirien et vice versa. Gageons qu'Emery saura gérer au mieux ce problème. Ou plutôt cette solution. Un tacticien de sa trempe doit apprécier cette variété. Meunier lui s'en sortait par une dernière pirouette en zone mixte : «J'aimerais bien réitérer ce but chaque mois mais ce sera compliqué.» Baisser du rideau. 

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

dimanche 07 mars

samedi 06 mars

vendredi 05 mars

jeudi 04 mars

mercredi 03 mars

mardi 02 mars

lundi 01 mars

dimanche 28 février

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux