Article 

« Nous allons mettre la pression dès la première minute », la conf' complète de Luis Enrique avant Barça/PSG

Publié le lundi 15 avril 2024 à 19:57 par Arthur Verdelet
Quelques minutes après Achraf Hakimi, de retour de supension, Luis Enrique a répondu aux questions des médias à la veille du quart de finale retour de Ligue des Champions face au FC Barcelone (1-2 à l’aller, mercredi dernier). L’entraîneur du PSG s'est montré particulièrement offensif en conférence de presse, étalant sa confiance envers ses hommes. Pour lui, Paris va le faire !

Sur quoi insistez-vous auprès de vos joueurs depuis cinq jours ?

« Je suis convaincu que nous pouvons le faire »

« La situation est différente et un peu unique car nous n’avons aucun match entre l’aller et le retour. Nous avons donc eu le temps nécessaire pour améliorer notre rendement. Ma première réflexion après le match était : ça a été un match très disputé et bien préparé par les deux équipes. Le résultat ne reflétait pas selon moi le déroulé de la rencontre. Nous méritions au moins un match nul. Nous aurions mérité de marquer un but supplémentaire. Mais nous allons montrer une meilleure version demain. Je crois que nous sommes une équipe qui ne calcule jamais. Je suis convaincu que nous pouvons le faire. »

Après avoir perdu le match aller (3-2), faut-il prendre tous les risques pour viser la qualification ?

« Nous avons enchaîné 27 matches sans perdre, et puis la défaite est arrivée. C’est bien sûr arrivé le jour où nous le souhaitions le moins. Il faut se relever, se préparer et améliorer le rendement de l’équipe. Il ne faut pas exagérer cette défaite. Il faut l’accepter, féliciter le Barça comme nous l’avons fait et se préparer pour livrer la meilleure performance possible. Je n’ai aucun doute que nous allons bien jouer demain (mardi). Il faut que nous donnions beaucoup de plaisir aux supporters. »

Le fait de ne pas avoir joué ce week-end peut-il vous avantager ?

« C’est la situation contraire de la semaine passée, puisque le Barça n’avait pas joué et nous si. Je m’adapte à tout vous savez. C’était parfait pour préparer le match, et cette semaine aussi (sourire). »

Bradley Barcola a réalisé une entrée percutante face au Barça mercredi. Est-il apte à débuter ?

« Oui, il est en condition pour jouer dès qu’il fait partie du groupe. Vous savez, nous avons 23 joueurs qui peuvent tous jouer au sein de notre effectif. Après, la différence se situe dans le nombre de minutes que chacun peut jouer. Mais ça, c’est mon affaire. »

Vos joueurs sont-ils prêts mentalement à battre le Barça ? Avez-vous axé votre travail sur ce point ces derniers jours ?

« Nous avons tous les idées très claires concernant ce que nous souhaitons faire »

« Comment cela aurait-il pu se passer autrement ? Nous n’avions pas essuyé de défaite depuis longtemps, donc les deux jours après le match ont été difficiles. Nous avons eu du mal à retrouver notre état physique et mental. Mais le football a ça de bon qu’il propose un nouveau match face au même adversaire. Nous avons tous les idées très claires concernant ce que nous souhaitons faire. Nous vivons un moment excellent. »

Le stade mythique qu’est le Camp Nou est en travaux. Qu’est-ce que ça change pour vous de jouer ici, à Montjuic ?

« Oui, j’aurais préféré jouer au Camp Nou. Tous les supporters aussi. Mais ce stade est aussi mythique. Les Jeux Olympiques se sont tenus ici, et j’ai eu la chance d’y participer (NDLR : il a même gagné la médaille d'or). Mais le Camp Nou est l’un des stades les plus mythiques dans le monde, c’est sûr. J’aimerais toujours évoluer face aux meilleurs joueurs dans la meilleure scène possible. Mais ce stade reste au niveau du match. »

Vous venez de dire que les deux jours qui ont suivi la défaite face au Barça ont été durs à vivre pour les joueurs. Sur quels aspects avez-vous insisté : soigner les corps ou les têtes ?

« Je le répète encore : nous sommes prêts »

« Pas seulement les joueurs, mais aussi le staff, toutes les personnes du club et les supporters ont souffert de cette défaite. Au lendemain d’une défaite en Ligue des champions, nous sommes tous logiquement touchés. On tombe mais on se relève. Le sportif de haut niveau et le footballeur doit être habitué à cela. Dès qu’un joueur a la capacité de s’entraîner, les choses passent et se tassent. Nous avons eu du temps et préparé le match de la meilleure manière, en peaufinant notre stratégie au mieux. Je le répète encore : nous sommes prêts. »

Kylian Mbappé est un joueur essentiel pour votre équipe. Est-il prêt à faire un grand match ?

« Mes joueurs veulent tous ardemment l’emporter dans ce quart de finale. Il ne faut pas individualiser les choses. Toute l’équipe est prête. Tous les joueurs voient le soutien que nous avons eu à l’aller au Parc des Princes. Le PSG n’a jamais été capable de retourner la tendance après avoir perdu le match aller, certes. Mais demain, nous allons le faire (il tape sur la table). »

Que le PSG peut-il faire de mieux ce mardi soir pour se qualifier ?

« Nous allons mettre la pression dès la première minute »

« Nous sommes en quarts de finale de Ligue des champions et nous devons gagner chez notre adversaire, c’est une tâche difficile. Je crois que le match va se dérouler dans les mêmes circonstances. Nous allons mettre la pression dès la première minute, et le Barça va tenter d’utiliser et de servir Lewandowski sur du jeu long. Au match aller, il y a eu ce record des 24 ballons longs joués pour le Barça pour dépasser cette pression. Nous assumerons cette même pression et elle générera des occasions en notre faveur. Le Barça fera la même chose : utiliser la dernière ligne pour nous aspirer et générer du danger dans notre dos. Il y aura à coup sûr des buts des deux côtés et l’urgence pour les deux équipes. Nous sommes derrière au tableau d’affichage certes, mais nous espérons changer ça. J’espère que l’urgence va rendre ce match passionnant pour les joueurs, les coaches et les supporters. »

La défaite du match aller peut-être une bonne chose ? Quand on gagne, on peut se relâcher, mais quand on perd, il y a de l’ego… et l’envie de se ressouder collectivement.

« Ça pourrait l’être. Clairement. La seule chose que je crois, c’est que je dirige un groupe de joueurs très soudés, sans ego. Mes joueurs font partie d’une équipe de haut niveau et jouent tous plus ou moins, mais je peux vous dire qu’il n’y pas aucune plainte d’aucun des membres de l’équipe. Beaucoup mériteraient de jouer plus, mais ce n’est pas possible. Pourtant, je n’ai aucune plainte de l’un d’entre eux. »

Vous avez surpris à l’aller en choisissant de titulariser Marco Asensio. Peut-on s’attendre à une nouvelle surprise de la sorte demain soir ?

« C’était une surprise pour vous, mais par pour moi. Je dispose d’un groupe de 23 joueurs que je vois s’entraîner 320 jours par an. Vous ne lui avez jamais vu s’entraîner. Donc, ce sont des surprises pour vous, mais pas pour moi. »

À quel accueil des supporters barcelonais vous attendez-vous demain ?

« Je l’ignore, mais ça ne me préoccupe pas. Je me sens très bien traité et estimé ici. Je suis culé, mais j’accepterai n’importe quel accueil. Je me comporterai comme un professionnel, en donnant le meilleur pour le PSG. »

Vous avez côtoyé Xavi en tant que joueur mais pas en tant qu’entraîneur. Quelle opinion avez-vous de lui dans cette fonction ?

« J’apprécie Xavi au contraire de ce que certains de vos confrères ont voulu faire croire. pas Tout ce que je peux dire sera mal perçu ou compris. Mais j’ai dit que j’aurais aimé qu’il m’entraîne quand j’étais joueur. Après, ça n’intéresse pas autant que la polémique. Je maintiens ce que j’avais dit, parce qu’une défaite ne change pas mon opinion. J’aurais aimé avoir que Xavi, ou Luis Aragones, ou Pep Guardiola m’entraînent. J’aurais aimé connaître de l’intérieur, en connaissant ses tactiques, en discutant, etc. Mais sans aucun doute, il est au top, ses résultats le montrent. »

Vous vous attendez à deux matches très similaires. Mais, si le Barça se retrouve mené, peut-il stresser et perdre ou changer son jeu ?

« Oui, dans le même match, vous avez eu des moments où nous avons été très supérieurs à eux et d’autres où le Barça a tiré 3 ou 4 corners, dont celui du troisième but. Nous étions supérieurs dans certains domaines mais ils ont su renverser le match sur corner. Il y a des phases d’un match durant lesquelles on souffre et qui peuvent changer le résultat. Ça va être un match compliqué pour les deux demain. Nous souhaitons chacun rejoindre les demi-finales. Nous avons le besoin et l’ambition de passer. J’espère et je crois que ce sera un grand match de football. »

Xavi a dit que vous êtes l’un de ses références parmi les entraineurs, à côté d’Aragones et Guardiola. Qu’en dites-vous ?

« (Il sourit et lève les mains) Ça me touche. C’est incroyable. Je suis reconnaissant. J’ai partagé beaucoup avec lui, dont sa dernière année en tant que capitaine du Barça. Il a toujours eu un comportement parfait, sur chaque aspect du jeu. C’est très beau, donc, vous allez me faire ressortir d’ici très ému (sourire). »

Parmi les huit équipes présentes en quarts de finale, quatre possèdent un entraîneur passé par le Barça. Est-ce une coïncidence ou la preuve d’une école de pensée ?

« (Il répond au journaliste) Tu trouves toujours une manière de vanter le Barça. Mais, oui, c’est l’ADN Barça. C’est une merveille que quatre types qui possèdent cet ADN Barça se retrouvent là à se disputer un trophée. C’est aussi une merveille pour le foot que les huit équipes encore en jeu puissent offrir ce spectacle, avec tant de buts. Est-ce déjà arrivé ? Je ne sais pas, mais je ne crois pas. Il y a eu beaucoup de buts. C’est probablement un record. C’est l’ADN d’un football offensif. Je veux féliciter ici tous mes collègues pour ça. »


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 

News 

Aujourd'hui

jeudi 23 mai

mercredi 22 mai

mardi 21 mai

lundi 20 mai

dimanche 19 mai

samedi 18 mai

vendredi 17 mai

jeudi 16 mai

mercredi 15 mai

 

Soutenez CulturePSG 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee