Article 

PSG/Metz (1-0), les performances individuelles

Publié le jeudi 17 septembre 2020 à 3:37 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 1-0 dans le temps additionnel face à Metz. Retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Navas : Bien que touché en début de partie par Niane sur un contact, il gagne peu après son duel face à un attaquant messin non-signalé mais largement hors-jeu. Ce sera au final sa seule parade du match, Metz étant dangereux mais jamais très précis. On peut tout de même noter une bonne sortie avec ses poings sur un corner et un jeu au pied simple et efficace, avec souvent des relances courtes.

Dagba : Sa partie commence de la pire des façons avec un énorme oubli de Diallo dans son dos, finalement trop court pour bien reprendre. Défensivement peu sollicité, il réussit en revanche une bonne intervention en fin de première période et va être accrocheur sur tout le second acte alors qu'il est pourtant régulièrement isolé pour défendre. Offensivement, il va plus tenter en première période qu'en seconde, toujours dans son style caractéristique où il fait tout pour ne pas perdre la balle et prendre le moins de risques, mais ses centres ne sont pas précis du tout dans le premier acte et il perd quand même quelques ballons. Ses montées sont moins nombreuses mais plus qualitatives par la suite avec un centre dangereux repoussé en corner et un bel enchaînement dans la surface conclu par une frappe puissante du gauche. Dans un contexte compliqué, sa seconde mi-temps est à saluer, signe d''une belle mentalité de dur au mal comme le reste de ses partenaires.

Marquinhos : Pour sa première de la saison, il va réussir d'entrée quelques interventions qui vont faire du bien à son équipe et lui permettre de se lancer. S'il a parfois eu des actions étranges durant le premier acte (corner concédé, sortie hors de sa défense), il va être très concentré tout au long du second. Bien présent d'entrée, il le sera jusqu'à la fin et assure de nombreuses couvertures grâce à sa vitesse. Sa relance a également été appréciable et il est à l'origine du but parisien.

Diallo : Thomas Tuchel avait prévenu qu'il n'avait pas joué depuis six mois et sa première demi-heure est littéralement catastrophique avec un avertissement d'entrée et de grosses difficultés tant dans son duel avec Niane que dans son placement. Alors qu'il représente à lui seul les difficultés défensives parisiennes, il reprend vie peu à peu, est moins dominé et va commencer à s'immiscer dans la relance. Sa partie bascule malheureusement à l'heure de jeu quand il se fait expulser de façon bête, ou injuste vu certains angles de vue qui montrent que sa faute lui valant un second avertissement est très légère si ce n'est inexistante.

Kimpembe a pris sa place dans l'axe gauche de la défense, il a vite apporté son impact physique et des relances claquées vers l'avant qui font du bien. Il réussit surtout un gros sauvetage sur un centre messin qui laissait craindre le pire.

Bakker : Comme Dagba sur l'autre aile, il va dans l'ensemble être assez peu sollicité défensivement et s'en sortir convenablement, assurant d'ailleurs plutôt bien quelques couvertures sur des corners. Offensivement, il s'est montré dans son style tout en puissance au cours de la première période mais va avoir du mal à être juste sur la durée. Il peine tout d'abord de plus en plus dans les combinaisons avec ses partenaires, se montrant de moins en moins inspiré avec le temps, puis perd complètement pied techniquement et pénalise alors fortement son équipe. 

Bernat l'a remplacé pour quelques minutes à peine et il a tenté d'apporter sa tenue de balle et sa technique avant de sortir en hurlant de douleur, ce qui laisse craindre le pire.

Gueye : Trois jours après avoir déjà beaucoup couru contre l'OM, le Sénégalais a confirmé son regain général de forme. Pas exceptionnel dans le jeu malgré quelques jolies passes vers l'avant qui font avancer son équipe, il a malgré tout été plutôt utile dans l'ensemble. C'est surtout défensivement qu'il va être précieux avec des courses sur toute la longueur du terrain, des contres coupés, des adversaires rattrapés parfois jusque dedans sa surface et une activité générale qui a fait beaucoup de bien à une équipe qui manquait d'énergie. En seconde période, il s'est même démultiplié sur le terrain pour défendre et attaquer, faisant la liaison entre les deux. Il sort finalement épuisé après avoir beaucoup donné.

Fadiga l'a remplacé pour les dernières minutes, sa première apparition en pros. Placé sur le côté gauche du milieu, il s'est vite retrouvé dans un rôle un peu bâtard entre défenseur et milieu de terrain et a fait ce qu'il a pu. Cela lui a suffit pour montrer ses qualités et il a vite été dans le ton.

Herrera : Après deux matches à droite, il jouait cette fois-ci plein axe et il a été bien meilleur associé à Gueye. S'il a parfois disparu de la rencontre, il a dans l'ensemble tenté de donner du rythme et a, enfin, joué vers l'avant. Sa belle activité défensive couplée à celle de Gueye a notamment permis à Paris de jouer dans la moitié de terrain messine durant la première période. Il va être moins en vue en seconde période, symbolisant très bien les difficultés parisiennes à jouer aussi haut que dans le premier acte, et sera moins utile en général même s'il va beaucoup courir et se donner jusqu'au bout. 

Draxler : Positionné comme milieu offensif droit au coup d'envoi mais très libre comme Di Maria sur l'autre aile, il va se montrer présent de façon régulière dans le jeu. Il est notamment l'auteur de plusieurs appuis intéressants au coeur du jeu qui placent ses adversaires vers le sens du but. Il porte aussi parfois un peu trop le ballon, rate une balle de but malgré un bel angle de tir et tire mal la plupart des corners mais sa première période reste intéressante. Passé à gauche après la pause, il est averti pour avoir coupé un contre et pèse de façon moins concrète dans le jeu mais donne un ballon de but à Icardi sur un bel enchaînement malgré tout. Il finit un cran plus bas dans l'axe et, de cette position pourtant bien éloignée de la surface, va aller jusque dans celle-ci pour marquer un but qui vaut cher et récompense son meilleur match depuis une éternité. 

Di Maria : Milieu offensif gauche mais surtout meneur de jeu parisien, il va être l'inspirateur n°1 du PSG au cours d'une première mi-temps où les occasions sont nombreuses. Il est sur pratiquement toutes, qu'il soit à la création ou à la conclusion, et donne une leçon avec son pied gauche de velours. Centre pour Icardi, ballon en profondeur pour Sarabia, duel avec le gardien sur un appel à la limite du hors-jeu, frappe de loin, la panoplie est complète. Il change de côté à la pause et se montre mons influent et moins inspiré, même s'il se balade encore sur tout le front de l'attaque. Plus alternatif mais encore souvent inspiré, il donne un nouveau ballon de but à Icardi, décale Dagba ou se retrouve encore dans la surface à tenter de marquer. Alors qu'il semble épuisé et avait perdu la plupart de ses précédents ballons, il réussit un petit miracle individuel et permet au PSG de l'emporter. Comme toujours quand Neymar n'est pas là, le patron s'appelait bien Di Maria.

Sarabia : Encore une fois titulaire dans la ligne d'attaque, il va se montrer plutôt à son avantage sur la première période, sa disponibilité s'intégrant plutôt bien au jeu de ses partenaires. Parfois servi en profondeur comme lors de son duel perdu avec Oukidja, parfois entre les lignes pour servir de relais, il se déplace et propose des choses, ce qui est déjà mieux que dernièrement. Il va en revanche complètement disparaître après la pause et est logiquement remplacé par Kimpembe (lire plus haut) alors que Paris est réduit à 10. S'il y a eu du mieux dans le jeu, Sarabia est encore loin de sa forme de l'hiver dernier quand il enfilait les buts.

Icardi : Pour sa première sortie de la saison, l'Argentin n'a pas retrouvé le chemin des filets alors qu'il aura pourtant eu trois grosses occasions de le faire : deux centres superbes de Di Maria et un encore plus parfait de Draxler. Pour autant, toute sa partie n'est pas à jeter et il est parfois apparu dans le jeu, lui qui avait été si invisible ces derniers mois. Des duels où il se bat et fixe régulièrement la défense, quelques jolies passes pour ses partenaires et une impression générale bien meilleure. Ce n'est pas encore du grand Icardi mais un but aurait donné un tout autre cachet à une prestation qui laisse espérer des jours meilleurs.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

vendredi 30 octobre

jeudi 29 octobre

mercredi 28 octobre

mardi 27 octobre

lundi 26 octobre

dimanche 25 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux