Article 

Reims/PSG (0-3), les performances individuelles

Publié le jeudi 23 janvier 2020 à 2:32 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 3-0 à Reims dans un match plus marqué par la maîtrise des événements des Parisiens que par des folies offensives. Retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Navas : Titulaire surprise, le gardien costaricien aura eu toute la première période pour rentrer dans sa partie, avec une simple frappe à capter. Son second acte débute en revanche avec une sortie un peu loupée mais il se reprend bien par la suite quand il repousse bien la seule vraie frappe dangeureuse rémoise de la soirée alors qu'il y avait 2-0 et que Marquinhos était aul sol. Pour le reste et à l'exception d'une bonne sortie dans les pieds en toute fin de partie, c'est surtout dans le jeu au pied qu'il a été sollicité et il n'a pas hésité à allonger quand le pressing adverse était un peu trop présent.

Meunier : De retour dans le onze, ses premiers ballons sont compliqués à jouer mais il va ensuite lancer sa partie, assurant notamment la tenue du couloir droit avec son volume de courses habituel et nécessaire. Bien qu'isolé la plupart du temps, il va bien réussir à créer quelques situations intéressantes mais il manque aussi régulièrement de précision, à l'image de ce centre raté en très bonne position en fin de match qui aurait pu le faire devenir passeur décisif. Défensivement, il n'a que peu été sollicité et a donc fait le travail, malgré une lecture aérienne catastrophique sur un contre en toute fin de partie.

Marquinhos : Capitaine du soir, le Brésilien va réussir une belle partie en défense et même être l'un des tous les meilleurs Parisiens durant les 70 minutes qu'il va jouer. Décisif d'entrée pour contrer une frappe, il l'est ensuite tout autant dans la surface adverse pour ouvrir le score et c'est encore lui qui est dans le coup sur le 2-0. Pour le reste, il va être très présent et impeccable de bout en bout. Solide défensivement, juste dans les relances, parfait en couverture, une partie seulement gâchée par cette nouvelle alerte aux adducteurs.

Kouassi l'a remplacé pour la fin de match et le tout jeune défenseur s'est signalé par son premier but marqué. Défensivement, il n'a pas eu grand-chose à faire, même s'il est parfois sorti un peu trop de sa défense pour jouer des duels.

Kimpembe : Dans une rencontre que Paris a parfaitement gérée, le défenseur central n'a strictement rien eu à faire avant la pause, avec à peine une bonne couverture et une anticipation juste sur une offensive. Il le sera un peu plus après la mi-temps, ne tombant pas dans le piège du penalty que cherchait un Rémois d'entrée, et il va surtout être sollicité quand Marquinhos va sortir, faisant le travail dans l'ensemble malgré quelques réglages à trouver avec Diallo sur son côté. Dans la relance, il est resté sage à l'exception d'une passe claquée vers Neymar comme on avait déjà pu le voir en faire à Monaco il y a peu.

Diallo : Aligné comme arrière gauche pour la première fois depuis le match perdu à Dijon début novembre, il est pris dans son dos sur les deux premières actions mais il s'ajuste vite et va totalement verrouiller son couloir lors de la première période. Peu aventureux offensivement et reprenant le rôle de latéral gauche prudent occupé récemment par ses prédécesseurs, il va gagner la plupart de ses duels dans le premier acte mais va être un peu plus en difficulté sur le second. Outre une relance ratée d'entrée qui aurait pu mal tourner, il va un peu trop laisser les Rémois jouer sur son aile dans l'ensemble, se montrant un peu lâche dans son marquage.

Paredes : Associé à Verratti, l'Argentin va être plus inspiré qu'à Lorient dimanche dernier même si c'est un ballon perdu par ses soins qui va générer la seule vague occasion rémoise de la première période. Pour le reste, il va tenter d'organiser la manoeuvre depuis l'arrière et fait courir le ballon (et les Rémois) de façon prudente, respectant bien les consignes. Cela ne l'empêche pas de trouver quelques jolies passes au coeur du jeu pour autant mais il va dans l'ensemble briller par sa sobriété et sa justesse. Défensivement, il va encore assurer avec de bonnes interventions et un placement particulièrement intéressant quand il lançait le contre-pressing, gênant considérablement ses adversaires. On notera aussi sa frappe superbe suite à un corner aboutissant au troisième but parisien.

Verratti : Pour la première fois de 2020 en duo avec Paredes, il va comme l'Argentin jouer de façon très prudente, parfois même sur la réserve le concernant. Peu de risques pris dans les passes, un placement où il fait constamment attention à ne pas se faire aspirer vers l'avant et un vrai souci de ne pas perdre le ballon dans les zones dangereuses. Régulièrement molesté par des adversaires bien plus physiques que lui, il va bien en perdre quelques uns malgré tout et c'est surtout dans les duels défensifs qu'il va souffrir, se jetant trop vite la plupart du temps pour compenser l'énorme écart athlétique. Il va aussi délivrer quelques bons ballons, notamment pour Neymar, mais la pelouse n'a pas aidé Verratti et son amour du ballon dans les pieds. Capitaine au moment de sortir après s'être fait arracher la cheville, il a écopé d'un avertissement scandaleux et qui pue le délit de faciès le concernant.

Draxler : Finalement placé sur le côté droit en pure doublure de Di Maria, l'Allemand va bien tenter de s'insérer plein axe comme l'Argentin le fait si bien mais il ne va pas vraiment réussir. Si les intentions sont parfois là, la réalisation n'a que très rarement suivi et il a perdu énormément de ballons. Dominé dans les duels offensifs, il va aussi l'être dans ceux plus défensifs et il s'énerve peu à peu, forçant même son entraîneur à le sortir dès la pause pour lui éviter l'expulsion après avoir déjà récolté un avertissement avant la pause pour un tacle pas maîtrisé et plein d'énervement.

Herrera l'a remplacé à la pause poste pour poste et a à peine fait mieux. S'il a moins perdu de ballons et s'est globalement glissé dans la circulation de balle parisienne, il va en revanche être totalement inoffensif pour la défense adverse et ne va créer qu'un seul décalage, sur une incursion axiale. En une mi-temps, cela fait peu et l'Espagnol est franchement très loin de son meilleur niveau après avoir enchaîné les blessures depuis son arrivée.

Neymar : La star brésilienne a bien signé l'un des gestes du match avec cette passe du popotin mais il a surtout été dans un autre registre que lors des derniers matches, moins meneur de jeu aimant à ballon et plus accélérateur dans le dernier tiers. Face à un bloc regroupé et bas sur le terrain, le ballon a d'ailleurs régulièrement tardé à lui parvenir et il n'en a pas toujours fait un excellent usage non plus, se montrant régulièrement gourmand dans ses dribbles alors qu'il y avait mieux à faire. Dur de lui reprocher quoi que ce soit pour autant vu à quel point il a fait basculer le match sur ses coups de pieds arrêtés : deux coups de patte pour marquer deux buts, une belle vision pour en offrir pratiquement un troisième à Paredes et au final, un match certes moins plein mais où il est tout autant décisif. Dans l'implication défensive, il y aura eu des hauts et des bas mais il s'est rarement caché.

Sarabia : Attendu sur l'aile droite, c'est finalement dans le même rôle de second attaquant qu'à Lorient qu'on va retrouver l'Espagnol. Il va comme toujours beaucoup courir, apporter dans la largeur autant que dans le contre-pressing, mais aussi manquer très régulièrement de précision et se montrer un peu emprunté techniquement. Face à un adversaire aussi compact et sur un aussi mauvais terrain, ce n'est pas forcément une surprise et il va d'ailleurs être plutôt intéressant sur quelques contres en fin de partie quand les espaces se sont ouverts, donnant quelques bons ballons à ses partenaires. Il aurait aussi pu marquer, sur une frappe déviée qui a fini juste à côté et il n'a d'ailleurs pas hésité à tenter sa chance, certes sans réussite ce soir.

Mbappé : Sur un champ de patates et face à un adversaire très regroupé, l'attaquant français va bien tenter de s'excentrer vers la gauche ou de se rapprocher de Neymar pour exister mais la plupart de ses tentatives vont se révéler infructueuses. Son jeu basé sur la vitesse et la conduite de balle va globalement très peu s'exprimer sur un terrain pareil, bien au contraire même, et il est aussi trop gourmand de façon régulière vu le contexte. Son match est dans l'ensemble assez peu positif mais c'est malgré tout lui qui provoque le coup-franc du 2-0 en s'arrachant pour aller récupérer un ballon puis la faute dans la foulée. 

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

mardi 27 octobre

lundi 26 octobre

dimanche 25 octobre

samedi 24 octobre

vendredi 23 octobre

jeudi 22 octobre

mercredi 21 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux