Article 

Vu du Parc, PSG/Lille (2-1) en trois points

Publié le mercredi 8 février 2017 à 12:16 par Amezienne Rehaz
Le PSG s'est imposé 2-1 face à Lille ce mardi soir non sans souffrir, retour sur la rencontre vu du stade en trois points.

Le 4-2-3-1 pour préparer Barcelone ?

Exit le 4-3-3 de ces dernières semaines. Unai Emery avait décidé au coup d'envoi de changer de système. Place au 4-2-3-1 avec un duo Motta-Matuidi au milieu de terrain. Une manière de préparer Barcelone ? Si Thiago Motta sera suspendu face aux coéquipiers de Lionel Messi, Verratti pourrait le remplacer au milieu de terrain. Et l'idée a peut-être germé dans l'esprit d'Emery.  Au niveau du jeu, et face au bloc bas lillois, le trident offensif composé de Draxler, Ben Arfa et Di Maria s'est un peu trop marché sur les pieds en première mi-temps. Et la touche de balle en trop ou le tir à la place de la dernière passe a souvent gâché les opportunités parisiennes comme sur ce rush de Ben Arfa qui s'est conclu par un tir alors que Draxler semblait démarqué à sa droite. S'ils ont souvent permuté, les trois collectivement n'ont jamais réellement mis à mal la défense du LOSC. La sortie de Ben Arfa à l'heure de jeu à permis à l'ancien entraîneur de ressortir le 4-3-3, Motta retrouvant son rôle de sentinelle avec Matuidi et Rabiot à ses côtés. L'ancien joueur de Nice en a fait les frais. S'il espérait encore un signal positif pour Barcelone, c'est raté. 

Le fait du match : La bourde d'Areola

C'est une erreur fatale. De celle qui aurait pu coûter le titre à la fin de la saison. On joue la 86e minute quand Areola récupère une passe en retrait de Thiago Silva. La fébrilité se ressent dès sa première prise de balle. La suite est déjà mythique. Le ballon échappe au gardien et De Préville en profite pour égaliser dans le but vide. Si certains de ses coéquipiers se sont empressés de le consoler, Areola semblait au fond du trou. Il y 10 jours déjà, contre Monaco, nombre d'observateurs avaient pointé du doigt sa responsabilité sur le but de Bernardo Silva dans les arrêts de jeu. Contre Lille, l'erreur semblait plus grotesque. Et pourtant, jusque-là, il avait été peu sollicité, réalisant une parade de qualité sur un corner lillois en première mi temps (tête de Béria, 38e). Ce soir, Areola a certainement perdu des points. Pas seulement pour sa place dans le onze titulaire. Mais peut-être aussi en ce qui concerne son avenir à moyen terme au PSG. Son talent n'est pas remis en cause, loin de là. Mais sa propension à encaisser la pression, un peu plus. Et à Paris, on manque de temps. Même si Emery pense déjà à la suite : «C'est bon pour lui de vivre cette chose négative pour le futur.»

Di Maria et Lucas, une place pour deux

Partons du principe que Draxler est indiscutable dans le onze parisien. La faculté de l'Allemand à jouer entre les lignes et sa facilité dans le dernier geste est un apport non négligeable au PSG d'Unai Emery. Partons également du principe que le 4-2-3-1 est enterré au vu des derniers matches dans ce dispositif et que dans ce cas là, Hatem Ben Arfa ne sera certainement qu'un simple joker contre Barcelone. Si nos comptes sont bons, oui on sait compter chez CulturePSG, il reste une place pour deux joueurs devant. Le précieux sésame sera attribué soit à Angel Di Maria, soit à Lucas. Et c'est peu dire que les deux marquent les esprits en ce moment.
Commençons par l'Argentin. Les arrivées de Draxler et de Guedes, en attendant l'énigme Lo Celso, semblent l'avoir métamorphosé. Beaucoup plus tranchant avec le ballon, l'ancien joueur du Real Madrid est également efficace sans le cuir. C'est souvent lui qui déclenche le pressing à la perte du ballon. Et pour couronner le tout, il tire le coup franc sur le but de Cavani. Une prestation globale de très bonne facture.
Entré à la 64e minute à la place de Draxler, Lucas a quant à lui marqué le but vainqueur. Sur un hors jeu certes. Alors certes, il a toujours cette tendance à sortir de son match et à chercher son positionnement global. Mais dans un PSG où les buteurs ne sont pas légions, celui qui compte 14 buts toutes compétitions confondues cette saison a forcément son mot à dire pour Barcelone. Pas le plus beau à voir mais pas le moins efficace non plus. Et pour Emery ça compte. 

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

dimanche 07 mars

samedi 06 mars

vendredi 05 mars

jeudi 04 mars

mercredi 03 mars

mardi 02 mars

lundi 01 mars

dimanche 28 février

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux