Article 

Aurier : « Bien sûr que je regrette mes erreurs »

Publié le vendredi 17 janvier 2020 à 19:24 par Hugo Lou Yus
Serge Aurier, ancien latéral droit du PSG, s’est confié lors d’un entretien accordé au journal anglais The Telegraph. Le joueur évoluant à Tottenham depuis 2017 est revenu notamment sur sa vidéo polémique publiée sur Periscope alors qu'il était un joueur parisien, faisant basculer son séjour à Paris.

Alors qu’il était titulaire au Paris Saint-Germain, Serge Aurier, avait critiqué ouvertement son entraîneur Laurent Blanc ainsi que certains de ses coéquipiers lors d’un live diffusé sur Périscope le 13 février 2016. Une vidéo qui lui avait valu d’être écarté de l’effectif professionnel pendant un mois. L’international Ivoirien est revenu sur ses propos ainsi que sur son agression contre un policier en mai 2016 : « Bien sûr que je regrette mes erreurs car ce n’est pas moi. Avec ma famille, lorsque nous en avons parlé, ils m’ont dit "ce n’est pas toi ça". Ils ont dit qu'ils ne comprenaient pas. Maintenant je sais faire attention. »

« quand vous êtes de Paris et que vous jouez pour Paris, ce n'est pas très bon car vous avez vos bons amis mais aussi vos mauvais amis »

Serge Aurier a par la suite donné des explications et rappelle que tout cela est désormais bien derrière lui : « J'ai fait ces erreurs parce que j'étais jeune, maintenant je vais mieux, j'ai une fille et ma vie a changé. En Angleterre, les gens ne s’intéressent qu’à mon football et c’est mieux pour moi. Je viens de Paris et quand vous êtes de Paris et que vous jouez pour Paris, ce n'est pas très bon car vous avez vos bons amis mais aussi vos mauvais amis et vous les mettez tous dans le même sac. Vous ne voulez pas quitter vos amis car ils disent alors "Ah, ce gars a changé". C'est donc très difficile de travailler sérieusement. Ici, ça va. J'ai de bons amis et je ne sors pas trop. »

Originaire de Sevran au nord de Paris après être arrivé en France depuis la Côte d'Ivoire à l'âge de cinq ans, Serge Aurier avoue avoir certains de ses anciens amis en prison et le fait qu’il aurait pu emprunter cette voie sans le football : « Sevran était une ville très, très difficile. Il n'y avait pas d'argent. J'y vivais avec ma famille et ce n'était pas facile de rester concentré. Lorsque vous êtes à l’école et que vous voyez quelque chose se produire, une mauvaise situation ou un dealer par exemple, vous vous dites "Pourquoi pas ?". Parce qu'il est facile de suivre. Lorsque vous n’avez pas de bonnes personnes derrière vous, il est très difficile de suivre la bonne voie. » Une voie désormais trouvée loin de Paris.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

dimanche 27 septembre

samedi 26 septembre

vendredi 25 septembre

jeudi 24 septembre

mercredi 23 septembre

mardi 22 septembre

lundi 21 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux