Article 

Les soucis de post-formation du PSG déjà rencontrés par l'OL champion de France

Publié le dimanche 18 septembre 2022 à 9:58 par Philippe Goguet
Alors que le PSG peine toujours autant à insérer au sein de son équipe première des jeunes issus du centre de formation, un ancien formateur reconnu de l'OL a expliqué avoir connu la même chose lorsque Lyon dominait le football français. En cause, la difficulté d'intégrer des jeunes joueurs dans une équipe de top niveau déjà établie.

Si l'OL et le PSG qui s'affrontent ce dimanche soir accumulent à eux deux les trois quarts des titres de champion de France du 21e siècle, les deux clubs sont aussi parmi les meilleurs de L1 quand il s'agit de former des jeunes. Les joueurs qui y ont été formés sont présents aussi bien chez les A que chez les Espoirs et le réservoir semble même infini, de jeunes talents arrivant génération après génération. A une différence près toutefois : l'OL arrive à les faire jouer en équipe première, le PSG pas vraiment.

A Paris, l'arbre qui cache la forêt s'appelle désormais Presnel Kimpembe puisqu'une nouvelle purge a eu lieu au cours de l'été. Exit les Kalimuendo, Dina Ebimbe, Michut, Simons, Baldé et autres Yansané, là où l'OL a rapatrié deux des joueurs les plus iconiques de sa formation avec Lacazette et Tolisso. Paris tente désormais d'intégrer à son groupe pro les Bitshiabu, Zaïre-Emery, Kari et autres Gharbi, tous membres du groupe Elite nouvellement créé, mais ils ne cumulent que 8 minutes de jeu cette saison, toutes via un Zaïre-Emery entré à deux reprises.

L'OL a connu le même souci par le passé

Alors que Thomas Tuchel avait réussi à utiliser ou lancer bon nombre de jeunes (Diaby, Nkunku, Nsoki, Dagba, Kouassi, etc), ses successeurs n'y arrivent plus vraiment et rarement l'équipe première n'avait eu aussi peu de membres issus de la formation en son sein. Les plus prometteurs partent de plus en plus tôt, persuadés de ne pas pouvoir jouer en pros. Armand Garrido, formateur célèbre de l'OL, assure à L'Equipe que, « à Lyon, ça existe aussi. Amine Gouiri est parti à Nice car il n'avait pas de temps de jeu. »

Selon lui, le PSG paye surtout dans cette non-intégratin de ses jeunes sa toute-puissance du moment : « Ce que vit Paris, on l'a aussi connu lors de nos sept titres de champion (NDLR : de 2002 à 2008). Il fallait taper haut et fort pour se glisser dans une équipe d'internationaux de très haut niveau, c'est ce qui se passe depuis quelques années au PSG. On entend moins parler de la formation parisienne, mais ce sont de belles équipes concurrentes. Et quelques noms arrivent à ressortir : Kimpembe, Rabiot. »

Ce dimanche soir, il n'y aura toutefois aucun joueur formé au club dans le onze de départ du côté du leader parisien. L'OL, à l'opposé, en alignera pas moins de six (Lopes, Gusto, Lukeba, Caqueret, Tolisso et Lacazette), mais n'est que cinquième du classement. Le prix à payer ?


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 

News 

Aujourd'hui

lundi 03 octobre

dimanche 02 octobre

samedi 01 octobre

vendredi 30 septembre

jeudi 29 septembre

mercredi 28 septembre

mardi 27 septembre

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee