Article 

Chelsea/PSG (1-2) en cinq remarques

Publié le jeudi 10 mars 2016 à 17:50 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 2-1 à Londres face à Chelsea et se qualifie pour les quarts de finale de la Ligue des Champions. Retour sur le match en cinq remarques.

Un onze choisi et maintenu le plus longtemps possible

Si le PSG était qualifié au coup d'envoi et a été dans cette situation durant l'intégralité de la partie, obligeant le coach des Blues Guus Hiddink à bouger ses pions et activer ses options dès le coup d'envoi avec un choix offensif en la personne de Kenedy, il faut noter l'abnégation de Laurent Blanc concernant les décisions prises. Après avoir aligné de façon surprenante un Rabiot comme milieu relayeur droit, il n'est jamais revenu sur cette décision même quand l'édifice tanguait sacrément avant la pause. L'entraîneur parisien a finalement attendu les 15 dernières minutes pour commencer à faire ses changements, quand le match était plié et Chelsea résigné. Blanc avait une idée en tête, et il s'y est tenu le plus longtemps possible.

Un match qui n'aura duré qu'un peu plus d'une heure ?

Si le match aller entre le PSG et Chelsea a été disputé jusqu'à la dernière seconde, on ne peut pas vraiment en dire de même concernant cette manche retour. La rencontre s'est globalement arrêtée au moment du but de Zlatan Ibrahimovic, ce dernier obligeant Chelsea à marquer 3 buts en 23 minutes pour se qualifier quand les Blues n'en avaient inscrit que 2 durant les 157 précédentes, le tout avec Diego Costa désormais out. C'est justement dans ces 7 minutes qui vont aller de la blessure de Costa au but d'Ibra que la rencontre va basculer. Non seulement Chelsea va rater ses deux plus grosses occasions de la deuxième période en butant sur Trapp mais la sortie de Costa a semblé résonner comme la fin du combat des Blues, l'attaquant espagnol apparaissant comme l'âme de l'équipe à lui seul. Sans sa hargne et abattu par le but d'Ibra, le château de cartes londonien s'est subitement écroulé. Et Paris s'est alors offert une fin de match tranquille.

Les quarts de finale, désormais une habitude pour le PSG

Après avoir été un club dont l'envergure ne dépassait guère les frontières de l'Hexagone pendant près de 15 ans (la fameuse non-existence évoquée par Zlatan ?), le PSG s'installe plus que jamais dans le top 8 européen avec cette quatrième qualification consécutive pour les quarts de finale de la Ligue des Champions. Depuis son retour en Ligue des Champions au début de la saison 2012/2013, le PSG s'est absolument tout le temps qualifié pour ce tour, ce qui est une première pour un club français dans l'épreuve reine européenne. Au milieu des années 90, le PSG avait aligné cinq demi-finales consécutives dans les trois compétitions européennes, au sein desquelles les équipes de qualité étaient bien mieux réparties. Désormais, la régularité du PSG se mesure à ce stade des quarts de finale de la C1, en attendant peut-être mieux.

Paris triomphe enfin en Angleterre

Le PSG a une histoire européenne des plus riches mais l'Angleterre a longtemps été une île sur laquelle les illusions parisiennes se brisaient. La première visite parisienne sur la pelouse londonienne de Highbury au printemps 1994 avait même été particulièrement douloureuse avec une défaite qui privait le PSG d'une finale européenne. En 1997, Paris avait perdu à Liverpool 2-0 mais s'était qualifié quand même après sa large victoire de l'aller (3-0). L'an passé, première révolution, le PSG avait marqué son premier but en Angleterre sur la pelouse de Stamford Bridge à l'occasion de son 6ème match dans le pays. Cette fois-ci, Paris a fait mieux et décroche sa première victoire outre-Manche, une victoire incontestable qui plus est. 

Gagner à Stamford Bridge, un bon signe pour l'avenir

Si gagner en Angleterre est une nouveauté pour le PSG, triompher à Stamford Bridge est également rare, et ce quelque soit le pays d'origine du club qui vient affronter les Londoniens. C'est aussi un bon signe pour la suite de la compétition si on en croit l'historique des derniers vainqueurs dans le stade londonien. En effet, toutes les équipes qui ont gagné dans ce stade en phase éliminatoire de la Ligue des Champions sont ensuite allés jusqu'en finale : Barcelone y a gagné 2-1 en huitièmes en 2006 et a gagné le trophée ensuite, l'Inter est venu gagner 1-0 au Bridge en 2010 avant d'aller également au bout de la compétition, MU a réussi le même exploit l'année suivante avant de perdre en finale contre le Barça et l'Atlético a continué cette série de futurs finalistes en 2014 avec sa victoire 3-1. Pour le PSG, cela sent donc très bon le long parcours européen...

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 26 octobre

dimanche 25 octobre

samedi 24 octobre

vendredi 23 octobre

jeudi 22 octobre

mercredi 21 octobre

mardi 20 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux