Article 

Quel PSG face à Monaco ?

Publié le samedi 1 avril 2017 à 13:22 par Philippe Goguet
Le PSG affronte l'AS Monaco en finale de la Coupe de la Ligue et le onze de départ parisien n'a finalement rien d'évident, de nombreuses zones d'ombre existant dans toutes les lignes.

Les côtés, la vraie interrogation de la défense ?

Jusque-là, les gros matches du PSG avaient la particularité d'être plus simples à déchiffrer concernant la composition d'équipe alignée par Unai Emery. La première partie de saison voyait par exemple Matuidi devenir ailier gauche la plupart du temps tandis que le début de l'année 2017 a vu une équipe-type se dégager de façon plus ou moins claire, notamment en raison des blessures de certains éléments qui auraient pu intégrer le onze de départ (Pastore, Motta, etc). Pour cette finale de Coupe de la Ligue, les interrogations sont en revanche nombreuses concernant la composition d'équipe, tant en raison de la forme incertaine de certains que du nombre de joueurs à disposition du coach.

Dans les buts, Kevin Trapp devrait débuter étant donné qu'il a joué toute la compétition jusque-là, à l'exception du quart de finale contre Metz. Il avait notamment été titularisé en demi-finale à Bordeaux pour le match le plus compliqué de la compétition. En défense centrale, Kimpembe semble finalement bon pour le service et fera donc la paire avec Thiago Silva en l'absence de Marquinhos. S'il devait renoncer, deux solutions s'offrent à Unai Emery avec Thiago Motta ou Serge Aurier. L'Italien a été testé à ce poste durant la semaine d'entraînement, en plus d'y avoir évolué en septembre contre Saint-Etienne, tandis que l'Ivoirien y a joué l'été dernier durant la préparation, avec un certain succès.

Pour autant, c'est plus une place sur le côté droit que semble pouvoir espérer Serge Aurier. Thomas Meunier a mis beaucoup de temps à se débarrasser de ses soucis à la cheville et n'a repris l'entraînement qu'il y a quelques jours après près de trois semaines hors du groupe. Le nom du titulaire est logiquement incertain même si le Belge s'annonce prêt et disponible. Sur l'autre aile, un vrai choix attend Unai Emery. Kurzawa n'est pas dans la meilleure forme et enchaîne les performances quelconques, tant avec le PSG qu'avec les Bleus, tandis que Maxwell représente la sûreté. Face à l'OL, avant la trêve, le Brésilien avait d'ailleurs été privilégié. En championnat, lors du dernier PSG/Monaco, le latéral français avait également fait quelques boulettes qui auraient pu coûter cher si Thiago Silva n'avait pas veillé de près. 

Quelle forme au milieu et avec qui ?

Si les ailes sont incertaines, la forme et le nom des joueurs qui vont composer le milieu de terrain le sont encore plus. Entre 4-2-3-1 et 4-3-3, le flou est grand et cinq joueurs sont en concurrence pour trois postes : Verratti, Motta, Rabiot, Matuidi et Pastore. Un seul est assuré de débuter quel que soit le système, Marco Verratti, tandis que le placement de Javier Pastore devrait faire évoluer la forme du milieu. Les récents matches en 4-2-3-1 ont montré une équipe à la recherche de son équilibre, notamment défensif, mais le 4-3-3 parisien n'a pas vraiment brillé en janvier dernier quand il s'agissait de se défaire du pressing monégasque. 

Ce soir-là, le trio Matuidi/Motta/Rabiot avait éprouvé les pires peines à construire et le choix que fera Unai Emery pour éviter que la situation ne se reproduise reste donc entier. En août dernier, c'est un 4-2-3-1 très expérimental qui avait coulé en Principauté, avec Verratti perdu en n°10. Ce jour-là, les Parisiens avaient mieux su attaquer mais n'avaient pas réussi à endiguer les contres de l'ASM et aucun des deux systèmes parisiens n'a donc donné satisfaction pour l'heure. Face aux milieux à deux joueurs axiaux comme celui de l'ASM (Bakayoko/Moutinho ce jour), Emery a également alterné entre 4-3-3 (Lorient) et 4-2-3-1 (OL) mais le technicien n'a rien laissé filtrer en conférence de presse.

Les déséquilibres constatés dernièrement et la qualité des transitions offensives de Monaco, un point mis en avant par Emery, laissent à penser que le prudent 4-3-3 devrait être privilégié à l'offensif 4-2-3-1, le PSG restant fragile en cette période post-Barcelone. Dans ce dispositif, le onze vu à Marseille pourrait bien être revu, avec Pastore qui glisserait alors vers la ligne d'attaque. Il ne resterait plus pour le coach parisien qu'à choisir entre Motta, Matuidi et Rabiot pour les deux postes restants. L'Italien ayant eu une alerte à l'entraînement cette semaine, cela pourrait lui coûter sa place dans le onze de départ, Rabiot s'installant devant la défense et Matuidi à gauche.

La fraîcheur comme critère en attaque ? 

Du côté de l'attaque, la problématique n'est pas tout à fait la même puisqu'il est acquis que le PSG jouera avec deux ailiers et un avant-centre. C'est aussi la seule partie de l'équipe où la fraîcheur physique va particulièrement entrer en jeu. Thiago Silva a certes joué avec le Brésil mais il s'est contenté d'une mi-temps dans un match tranquille. Concernant Cavani et Di Maria, la question se pose différemment. Le premier a joué mercredi matin à l'heure française tandis que le second a joué à peine plus tôt mais dans l'atmosphère très particulière de La Paz, en (très) haute altitude. 

L'Argentin est fragile, en plus d'être dans une forme alternative (il a notamment été très moyen avec sa sélection) et sa place d'ailier droit est clairement en danger pour le match de ce soir. Si Lucas est son remplaçant naturel, voir Pastore à ce poste est loin d'être une incongruité vu les récentes performances du Brésilien, très en-dessous de son meilleur niveau. Le nom du titulaire dépendra également du choix d'Emery par rapport aux latéraux monégasques, l'arrière gauche Benjamin Mendy forçant l'ailier adverse à beaucoup défendre de par ses montées. A Marseille, le Basque n'avait toutefois pas hésité à titulariser Pastore face à Sakai, autre latéral très offensif.

Sur l'aile gauche, la question ne se pose pas vraiment vu que Draxler a réglé la concurrence depuis bien longtemps mais l'état de forme de Cavani reste une vraie interrogation. L'Uruguayen s'est donné comme jamais au Pérou, récoltant d'ailleurs quelques bons taquets, mais le nom de son remplaçant théorique, Hatem Ben Arfa, fait sourire vu la quinzaine vécue par le PSG. En pleine trêve internationale, le Français s'est placé dans une drôle de posture avec sa vidéo où il réclame une chance, un joli paradoxe alors que celle-ci avait la possibilité d'apparaître par la grâce du calendrier international. Aujourd'hui, l'imaginer être titulaire une semaine après ses demandes publiques paraît donc compliqué à imaginer. Vu l'énorme concurrence dans toutes les lignes, avoir une place sur le banc sera déjà une petite victoire. Car si les onze de départ se valent, c'est possiblement le très fourni banc parisien qui pourrait faire la différence.

Une équipe possible : Trapp - Meunier, Thiago Silva, Kimpembe, Maxwell (ou Kurzawa) - Verratti, Rabiot (ou Motta), Matuidi - Pastore, Cavani, Draxler.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

jeudi 25 février

mercredi 24 février

mardi 23 février

lundi 22 février

dimanche 21 février

samedi 20 février

vendredi 19 février

jeudi 18 février

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux