Article 

Di Maria a une revanche à prendre face à Sampaoli lors d'OM/PSG

Publié le samedi 23 octobre 2021 à 11:05 par Arthur Verdelet
À la veille du premier Classique OM/PSG de la saison, disputé dimanche soir (20h45), les débats s'orientent largement sur la personne de Jorge Sampaoli, entraîneur marseillais au profil atypique. L'ancien sélectionneur argentin a mal terminé son aventure au pays et s'est notamment mis Angel Di Maria à dos.

Jorge Sampaoli ne s’est pas fait que des amis lors des quelques mois passés à la tête de la sélection argentine. Si Lionel Messi n’a jamais évoqué publiquement les tensions survenues avec son ancien sélectionneur, aujourd’hui entraîneur de l’OM et qu’il affronte dimanche soir avec le PSG en Ligue 1 (20h45) ; Angel Di Maria l’a fait tout récemment en se confiant au micro de TyC Sports. « Je sais ce que je peux te dire parce que, en vérité, j’ai bien commencé et mal terminé, a-t-il confié. Il m’a dit des choses qui ensuite n’étaient pas vraies. Il me disait qu’il y avait moi, Leo et les autres. Quand il venait me voir à Paris, il me traitait comme l’un des meilleurs. »

L’histoire avait pourtant bien démarré, mais tout a basculé lors de la Coupe du Monde 2018 poussive de l’Albiceleste : « Puis, après un seul match, il me met sur le banc lors du Mondial. Il me dégage comme si de rien n’était. Il ne m’a pas donné d’explications. Le match suivant, je n’entre même pas contre la Croatie (0-3). On perdait et il ne m’a même pas fait rentrer. Je ne suis même pas sorti m’échauffer. Le troisième match contre le Nigeria (2-1), je rejoue parce que c’était évident qu’il fallait mettre les gros noms parce que, lorsqu’une catastrophe arrive, c’est toujours les mêmes qui se font tirer dessus. Dieu merci, les choses se sont bien passés. On a été à ça que ça se passe mal. »

Di Maria n'a jamais pu cerner Sampaoli

Annoncé titulaire ce dimanche soir pour le Classique disputé face l’OM de Sampaoli, Di Maria n’est vraiment pas tendre avec « El Pelado », dont il décrit l’attitude très changeante. « C’est une personne très bizarre, estime-t-il. Il s’entendait bien avec tout le monde, puis il a fini très mal avec tout le monde. Beaucoup de choses se sont passées entre-temps. Entre lui et Beccacece (son adjoint), il n’y avait personne pour te guider de la meilleure façon. C’est dommage car c’était la dernière Coupe du Monde de Mascherano et il est parti de la pire manière.

Même trois ans après, la déception reste forte concernant les prestations délivrées par l’Argentine lors du tournoi mondial : « On avait l’équipe et les joueurs pour faire mieux car quand on a joué contre la France, Kylian (Mbappé) me l’a dit quand on est revenus à Paris, ils faisaient "caca culotte" de nous affronter. Cela se voyait car quand on menait le match 2-1, ils faisaient caca culotte, ils étaient dans leur surface. Mais ensuite, on a eu la malchance de les voir marquer un but venu de nulle part, un but d’une autre planète (N.D.L.R. : la fameuse volée de Pavard). Ensuite, avec la vitesse de Kylian, ils nous ont liquidés. Mais on aurait pu les éliminer aussi. Mais je pense que cela aurait été juste si nous avions été éliminés en poules parce qu’on n'était pas bien. » Les bases sont posées avant le duel de demain soir.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

samedi 04 décembre

vendredi 03 décembre

jeudi 02 décembre

mercredi 01 décembre

mardi 30 novembre

lundi 29 novembre

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux