Article 

Dijon/PSG (2-1), les performances individuelles

Publié le samedi 2 novembre 2019 à 3:22 par Philippe Goguet
Le PSG se déplaçait à Dijon ce vendredi et il s'est incliné 2-1, ne jouant pas en première mi-temps avant de gâcher en seconde. Retour sur les performances individuelles des joueurs parisiens au cas par cas.

Navas : Le gardien costaricien a eu le temps de se chauffer tout au long de la première période puisque Dijon l'a régulièrement sollicité sur des frappes assez peu dangereuses bien que cadrées, à l'exception d'une tête où il se détend bien. Malgré cet échauffement qui l'a changé des derniers matches, il est malgré tout un peu fautif sur l'égalisation avec un centre qu'il repousse directement dans des pieds adverses. Il ne fait pas beaucoup mieux sur le 2-1, se faisant fusiller entre ses jambes en angle fermé. Son premier match à oublier avec le PSG.

Dagba : Le jeune arrière droit a passé une première période relativement tranquille vu qu'il a été assez peu sollicité défensivement. Parfois mis en danger par la vitesse adverse, il gère aussi très bien un contre dans les derniers instants mais est en revanche un peu loin de Chouiar quand ce dernier égalise, plus prompt que lui à suivre l'erreur de Navas. Plus offensif après la pause, tant dans ses intentions que dans son placement, il se propose bien plus mais est peu sollicité. Quand il l'est, il ne fait pas de miracles avec le ballon et passe d'ailleurs la fin de match à défendre sur des contres plutôt qu'à tenter d'apporter devant.

Marquinhos : Le nouveau passage en défense du capitaine parisien du soir a encore été très compliqué, comme face à Nice. S'il a vaguement compensé quelques erreurs de Dagba et Kimpembe en première période, il est globalement absent du combat et n'apporte, par exemple, que très peu dans le jeu aérien. Alors qu'il regarde sur l'égalisation, il se fait ridiculiser par le jeune Cadiz sur le 2-1, ce dernier le promenant durant toute l'action. Encore très moyen sur un contre qui va suivre et défendant franchement à la limite pendant un bon moment, il finit légèrement mieux avec quelques interceptions salvatrices. Le bilan reste franchement négatif et son absence totale de sérénité n'a pas aidé sa défense.

Kimpembe : Le gaucher champion du monde a vécu un match compliqué, particulièrement en première période, et il aura été au centre de bien des actions, probablement même trop mais c'est la conséquence du fait qu'il est (pratiquement) le seul joueur parisien à aller au duel face à une équipe bourguignonne qui en impose beaucoup. D'entrée, il lit mal une action de Cadiz mais se rattrape à l'expérience pour récupérer la faute. Dommage, il est averti de façon bien évitable dans la foulée et alterne le bon et le moins bon avec le ballon. Le fil rouge de son match sera tout de même son duel très intense et aérien avec Tavares, un combat de poids lourds dont il ne va pas si souvent sortir vainqueur malgré tout son impact. Dans l'ensemble, Kimpembe est mieux après la pause, avec notamment un bon contre coupé, mais cela ne fait pas oublier les erreurs trop nombreuses de la première période. Mais est-ce normal qu'un défenseur central soit aussi exposé ?

Diallo : De nouveau titularisé au poste d'arrière gauche après le match à Nice, il a du mal à rentrer dans sa partie et ses premières minutes sont compliquées face au remuant et puissant Baldé. Ses coéquipiers autour de lui ne l'aident pas beaucoup non plus, Mbappé ne défendant pas du tout et Bernat étant souvent un peu loin. Si Baldé va le gêner, il ne va pas pour autant le dominer toute la soirée mais va parfois lui faire mal par ses coups de reins. Passé défenseur central gauche à la pause quand Paris passe à trois derrière, Diallo retrouve de la solidité, lisant notamment bien un contre, mais le remplaçant de Baldé va aussi lui faire mal. Le bilan est assez similaire à celui de Kimpembe : il a souffert face à des Dijonnais souvent en supériorité numérique dans sa zone et a fait ce qu'il a pu dans la tourmente, se montrant logiquement bien meilleur dans des situations un peu plus gérables.

Draxler l'a remplacé pour la fin de match et il a tenté de remonter le ballon de la défense jusqu'à l'attaque, y parvenant en partie mais manquant globalement de tranchant à l'heure de faire ses choix. Averti, pour contestation.

Gueye : Directement relancé dans le onze de départ, le Sénégalais a mis bien du temps à entrer dans la partie et il est très discret en début de mach, tant pour orienter le jeu que pour s'activer à la récupération. Il va bien gagner quelques ballons et apparaître sur certains pressings mais l'impact est bien loin de celui qu'il a pu avoir depuis le début de la saison et il ne pèse jamais vraiment dans le match. Il apparaît seulement dans celui-ci quand les espaces ouvrent après l'heure de jeu et qu'il faut couper les transitions et contres adverses. Il devient alors un peu plus utile, sans pour autant briller particulièrement. Un petit retour donc.

Paredes : Positionné comme sentinelle, l'Argentin va forcément avoir un match aux deux facettes. Face aux longs ballons de Dijon, il est complètement inutile et ne va jamais apporter la moindre garantie défensive à son équipe, voire même aucune aide, et ce n'est pas vraiment un hasard si Dijon a pu autant tirer depuis l'entrée de la surface. Avec le ballon, c'est forcément un peu mieux et il a tenté d'amener un peu de qualité technique dans la relance. Après avoir beaucoup tenté de jouer vers Di Maria en début de match, il a étendu son jeu de passes par la suite, sans se montrer spécialement brillant. Sa meilleure action reste sa superbe frappe sur le poteau.

Cavani l'a remplacé pour les vingt dernières minutes et il a, cette fois-ci, joué dans l'axe et pas sur le côté. Son entrée fut bien meilleure que face à Marseille et il s'est notamment procuré une belle occasion sur un centre de Kurzawa. De façon inattendue, il va aussi très bien s'entendre avec Icardi, lui offrant deux ballons de but.

Bernat : Positionné comme milieu relayeur gauche, l'Espagnol va signer un premier acte tout bonnement catastrophique. Non seulement il ne ferme pas vraiment son côté pour venir aider un Diallo trop seul mais il l'occupe en revanche probablement trop sur les phases offensives et n'aide donc en rien. Il conserve bien le ballon et va se retrouver parfois à percer balle au pied mais il ne fait pratiquement jamais avancer la balle par ses passes. Repositionné comme piston gauche après la pause, il est un peu mieux, avec notamment une justesse technique qui devient plus utile, mais sort quand même dès l'heure de jeu.

Kurzawa l'a remplacé sur ce côté gauche et, s'il a encore sorti quelques actions déconnectées de toute réalité, il a aussi été l'auteur de plusieurs bons centres en fin de match dont l'un aurait pu être converti en but par Cavani.

Di Maria : L'Argentin n'était pas dans un de ses soirs de grâce mais il aura quand même été productif et impliqué dans de très nombreuses actions. Placé côté droit, il n'y reste pas bien longtemps en première période et tente d'animer la très endormie équipe parisienne, n'y parvenant que partiellement. C'est en revanche lui qui crée le 1-0 en récupérant un ballon haut avant de servir Mbappé. S'il est dans des bons coups, donnant notamment un ballon de but à Icardi, il va perdre en justesse au fur et à mesure du match et sa fin de rencontre est pénible. Dommage également qu'il se soit montré trop peu précis dans ses frappes, notamment vu à quel point le but était dans ses cordes vu les positions de frappe.

Mbappé : De nouveau placé côté gauche, le génie français ne va participer au jeu que quand le PSG attaque, ce qui aura pour conséquence de laisser Chafik monter autant qu'il veut, mais il fait mal quand il accélère, à l'image d'une percée conclue par une intervention douteuse d'un Dijonnais dans la surface ou de son but, sa finition étant clinique face au gardien. Quand le PSG se retrouve mené, c'est lui qui fait le plus de différences sur son côté pour tenter de ramener son équipe et ses coéquipiers, tout particulièrement Icardi et Di Maria, vont juste goinfrer pas moins de quatre passes qui auraient pu (et même dû pour la plupart) être décisives. Dur de lui en vouloir même s'il est évident qu'il aurait pu faire plus, notamment sans le ballon.

Icardi : L'attaquant argentin va montrer toutes ses facettes en mal ce vendredi soir et il sort sa première mauvaise copie sous le maillot parisien. En première période, il touche en tout et pour tout trois ballons, les perdant tous, et ne se montre nullement disponible pour ses coéquipiers alors qu'il aurait pu être un point d'appui bienvenue. Après la pause, son match change forcément vu que son équipe pousse et il se montre d'entrée très intéressant avec une excellente remise vers Di Maria. Après l'heure de jeu, c'est le chasseur de buts qui est de sortie mais rien ne va aller pour l'Argentin avec cinq occasions ratées, toutes largement dans ses cordes même s'il va aussi voir la malchance s'en mêler quand c'est la barre qui repousse sa tête. Mais alors que Paris avait besoin de marquer pour égaliser, c'est lui qui a le plus été servi et s'est donc le plus loupé. 

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

mercredi 25 novembre

mardi 24 novembre

lundi 23 novembre

dimanche 22 novembre

samedi 21 novembre

vendredi 20 novembre

jeudi 19 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux